Le KKL-JNF lance un projet en ligne « cliquer et planter » avant Tou Bichvat
Rechercher

Le KKL-JNF lance un projet en ligne « cliquer et planter » avant Tou Bichvat

Le Fonds national juif KKL-JNF a eu une idée pour aider à sauver la planète (et pour lever des fonds) appelée "Cliquer et planter" - un site internet où acheter des arbres

On profite d'une marche dans une forêt financée par le Fond national juif KKL JNF autour de Jérusalem, le 21 avril 2011. (Miriam Alster/Flash90).
On profite d'une marche dans une forêt financée par le Fond national juif KKL JNF autour de Jérusalem, le 21 avril 2011. (Miriam Alster/Flash90).

En préparation de la fête juive annuelle de Tou Bichvat le 9 février prochain, le Fonds national juif KKL-JNF a eu une idée pour aider à sauver la planète (et pour lever des fonds) : un site web où acheter des arbres, baptisé Cliquer et planter.

Avant de lancer le site, le programme mène une campagne de publicité pendant deux semaines (à partir de jeudi et qui se termine le 12 février), offrant aux donateurs la possibilité d’acheter des arbres pour 18 shekels (4,7 euros) – la moitié du prix normal – dans n’importe quelle des nombreuses forêts du pays. Les certificats seront délivrés gratuitement en ligne ou pour une petite somme par courrier classique si moins de cinq arbres sont achetés.

Pour chaque arbre à prix réduit acheté lors de la promotion, le KKL plantera un arbre supplémentaire le long de la frontière avec la bande de Gaza dans le sud d’Israël pour contribuer à protéger les communautés israéliennes des roquettes lancées depuis l’enclave contrôlée par le Hamas.

Planter des arbres est l’une des choses les moins chères et les plus simples pour répondre au dérèglement climatique. Les arbres produisent de l’oxygène et absorbent le gaz carbonique dans l’atmosphère lors de son processus de photosynthèse.

Les forêts du monde ont toujours joué un rôle important pour équilibrer la proportion de gaz dans l’atmosphère.

Un orang-outan se dirige vers un bulldozer qui rase la forêt tropicale pour une plantation destinée à la production d’huile de palme. (Capture d’écran : YouTube)

Mais les émissions continues d’énergies fossiles par l’activité humaine combinées à la déforestation massive à travers le monde pour le secteur industriel, comme l’exploitation forestière, l’agriculture et la construction, ont perturbé cet équilibre et contribué au changement climatique.

L’écologiste britannique Tom Crowther, qui dirige un laboratoire à l’université suisse ETH Zürich, a fait sensation l’année dernière quand il a affirmé qu’il y avait assez d’espace libre sur le monde pour planter 1,2 milliard de nouveaux arbres et qu’en faisant cela, on retirerait deux tiers des émissions non souhaitées de gaz à effet de serre.

Selon le New Scientist, de nombreux collègues scientifiques étaient sceptiques. Voudrait-il les planter sur des zones d’herbe naturelle comme les savanes ? Se pourrait-il que ses forêts ajoutent même au réchauffement en modifiant la manière dont les rayons du soleil sont réfléchis ? Tom Crowther plancherait actuellement sur des réponses à ce type de questions.

En Israël, la Société pour la protection de la nature s’est opposée au projet du KKL quant à la pertinence de planter autant d’arbres dans des zones désertes du sud d’Israël, où la présence d’arbres est naturellement assez rare et les espèces de plantes et d’animaux se sont développés en fonction de cet environnement.

Tou Bichvat (littéralement le 15 du mois hébreu de Chvat) est connu comme une fête pour le plantage d’arbres en Israël. A l’époque biblique, le jour marquait la fin de l’année fiscale et le début de l’année suivante.

Puisqu’il n’y a aucun fruit sur les arbres israéliens à cette période, Tou Bichvat marquait le point de rupture entre les fruits de l’année passée et ceux de la nouvelle saison afin de déterminer l’impôt à verser au Temple.

C’est pourquoi Tou Bichvat est habituellement célébré par la consommation de fruits secs.

Un enfant tient une boîte bleue pour collecter des donations dans cette photo sans date. La boîte bleue était l’une des manières de collecter de l’argent pour l’organisation en développement. (Crédit: KKL-JNF)

Depuis sa fondation en 1901, le KKL-JNF Fonds national juif a planté 240 millions d’arbres sur 920 kilomètres-carrés de terre. Avant, toute maison sioniste de la diaspora disposait d’une petite boîte bleue du KKL-JNF où l’on pouvait faire don d’une petite pièce de toute devise pour aider à financer le plantage d’arbres en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...