Le Likud attaque « l’hypocrite » Natalie Portman qui a critiqué Netanyahu
Rechercher

Le Likud attaque « l’hypocrite » Natalie Portman qui a critiqué Netanyahu

La star hollywoodienne née en Israël précise qu'elle ne boycotte pas Israël, mais elle n'acceptera pas le "Nobel juif" pour ne pas être perçue comme approuvant le Premier ministre

Natalie Portman lors de la 68e édition du Festival du Film de Cannes, le 17 mai 2015.(Crédit : JTA/Pascal Le Segretain/Getty Images)
Natalie Portman lors de la 68e édition du Festival du Film de Cannes, le 17 mai 2015.(Crédit : JTA/Pascal Le Segretain/Getty Images)

Le parti du Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, samedi, a qualifié l’actrice Natalie Portman d’“hypocrite” après avoir clairement indiqué qu’elle refusait de venir en Israël pour accepter un prix prestigieux connu sous le nom de « Nobel juif » parce qu’elle ne voulait pas que sa présence soit perçue comme un soutien à Netanyahu, qui devait prendre la parole lors de la cérémonie.

« Quelle hypocrisie ! Natalie Portman parle de démocratie, mais elle a soutenu l’organisation V15 qui a tenté, grâce à un financement d’un gouvernement étranger, de saboter les élections démocratiques en Israël », a déclaré le Likud, faisant référence à un groupe financé par les Etats-Unis qui a ostensiblement tenté de renverser Netanyahu lors des élections nationales de 2015.

Portman aurait réalisé une vidéo pour V15 – en réponse à une vidéo « Chuck Norris Made for the Likud » – mais elle n’a jamais été diffusée. Le contrôleur de l’État a innocenté l’organisation V15 de toute ingérence politique inappropriée lors de l’élection de 2015, dont il a été accusé par le Likud.

« Portman parle des droits de l’homme mais participe à des festivals dans des pays qui censurent les films et dont le bilan en matière de droits de l’homme est bien inférieur à celui d’Israël », a ajouté le Likud, sans entrer dans les détails.

« Aucune excuse ne pourra servir. Portman refuse simplement d’accepter le choix du peuple d’Israël », a déclaré le Likud.

Natalie Portman (D) dans le quartier Nahlaot de Jérusalem, réalisant une scène de « A Tale of Love and Darkness », le 11 février 2014. (Yonatan Sindel/Flash 90)

Portman, née à Jérusalem, devait recevoir le prix « Genesis Award » en Israël en juin et a déclaré dans un communiqué publié vendredi soir que les raisons pour lesquelles elle avait refusé de participer à la cérémonie avaient été « mal interprétées » par certains.

« Laissez-moi parler en mon nom. J’ai choisi de ne pas y assister parce que je ne voulais pas apparaître comme approuvant Benjamin Netanyahu, qui devait faire un discours à la cérémonie », a-t-elle écrit.

« Je ne fais pas partie du mouvement BDS et ne l’approuve pas », a-t-elle dit, faisant référence à un mouvement mondial de boycott, de désinvestissement et de sanctions contre Israël, dirigé par les Palestiniens.

« Comme beaucoup d’Israéliens et de Juifs du monde entier, je peux critiquer les dirigeants d’Israël sans vouloir boycotter la nation entière. J’adore mes amis et ma famille israéliens, la nourriture israélienne, les livres, l’art, le cinéma et la danse. »

La nouvelle de la décision de Portman de ne pas assister à l’événement a déclenché de la colère vendredi auprès de certains membres de la classe politique israélienne.

Cette situation était due au fait que jeudi, Portman, par l’intermédiaire d’un représentant, avait dit à la Fondation du Prix Genesis qu’elle ressentait une « profonde détresse » à l’idée d’assister à la cérémonie et qu’elle ne se sentirait « pas à l’aise de participer à des événements publics en Israël ».

Pour justifier davantage sa position, Portman a déclaré dans son communiqué du vendredi : « Israël a été créé il y a exactement 70 ans comme refuge pour les réfugiés de l’Holocauste. Mais les mauvais traitements infligés à ceux qui souffrent des atrocités d’aujourd’hui ne correspondent tout simplement pas à mes valeurs juives. Parce que je me soucie d’Israël, je dois me battre contre la violence, la corruption, l’inégalité et l’abus de pouvoir ».

Elle a ajouté qu’elle avait l’intention de « soutenir en privé un certain nombre d’organisations caritatives en Israël », ce qu’elle annoncera bientôt.

Elle a demandé de ne pas « m’attribuer des propos ne me venant pas directement de moi ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion de cabinet au Bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 11 avril 2018. (Yoav Ari Dudkevitch)

Les déclarations de l’actrice n’ont pas précisé quels événements ont spécifiquement causé sa détresse.

Ils pourraient faire référence aux efforts controversés du gouvernement israélien pour expulser des dizaines de milliers de demandeurs d’asile africains vers des pays tiers africains où leur sécurité n’est peut-être pas garantie.

Une grande partie de la communauté juive américaine a été en désaccord avec le gouvernement de droite d’Israël ces dernières années sur la position de ce dernier sur le conflit israélo-palestinien, son soutien aux juifs ultra-orthodoxes sur les questions d’identité et de pratiques religieuses, et sa position sur les migrants africains.

Un ministre israélien a écrit à Portman vendredi après sa décision de ne pas venir en Israël pour recevoir le prix, disant à la star hollywoodienne née à Jérusalem qu’elle avait été trompée par la propagande du Hamas et l’invitant à venir voir la vérité sur place.

Portman avait initialement accepté le prix de 2 millions de dollars lors d’une cérémonie prévue en juin.

Mais jeudi, la fondation a déclaré qu’elle avait été informée par le représentant de Portman que « les événements récents en Israël ont été extrêmement pénibles pour elle et qu’elle ne se sent pas à l’aise de participer à des événements publics en Israël » et qu’“elle ne peut en toute bonne conscience participer à la cérémonie”.

Portman ne pourra plus choisir le bénéficiaire de son prix de 2 millions de dollars. Au contraire, c’est la Fondation du Prix Genesis qui décidera où va l’argent.

« Il semble que les événements auxquels vous faites référence sont ceux qui ont eu lieu à notre frontière avec Gaza », a écrit le ministre des Affaires stratégiques et de la Sécurité publique Gilad Erdan à Portman.

« Malheureusement, il semble que vous ayez été influencée par la campagne de désinformation médiatique et de mensonges concernant Gaza orchestrée par le groupe terroriste du Hamas », a-t-il dit, l’invitant à venir visiter la frontière, ses communautés et les soldats israéliens qui la gardent.

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan prend la parole à la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, à l’hôtel Inbal à Jérusalem, le 19 février 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Son invitation est arrivée le jour d’autres affrontements lorsque quelque 3 000 Palestiniens ont protesté le long de la frontière de Gaza avec Israël, brûlant des pneus et faisant voler des cerfs-volants enflammés de l’autre côté de la frontière pour incendier les champs israéliens, ont déclaré des témoins et l’armée. Les soldats ont répondu par des gaz lacrymogènes et des tirs réels, tuant quatre Palestiniens, dont un jeune de 15 ans, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

« Il n’est pas surprenant que vous ayez vu les reportages des médias qui ont déformé la vérité et dépeint les récentes manifestations pacifiques à la frontière entre Israël et Gaza, et la réponse d’Israël comme disproportionnée », a écrit Erdan. « C’est précisément ce récit que le Hamas espérait dépeindre lorsqu’il a organisé les manifestations. Malheureusement, il semble que ce récit conçu par le Hamas a eu un impact sur votre décision. »

Erdan a dit que la vérité était que le Hamas utilisait les « manifestations comme couverture pour mener des attaques terroristes armées ».

Erdan a exhorté Portman à venir voir la situation par elle-même, en avertissant que la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) « profitait » de son attitude.

Plus tôt, la ministre de la Culture Miri Regev avait critiqué Portman, disant qu’elle était « tombée entre les mains » de la campagne du BDS qui vise à isoler l’Etat juif.

La ministre de la Culture et des Sports, Miri Regev, arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet du Premier ministre à Jérusalem, le 11 mars 2018 (Crédit : Marc Israel Sellem)

Regev a dit qu’elle était désolée que Portman soit « tombée comme un fruit mûr entre les mains des partisans du BDS ».

Elle a ajouté : « Natalie, une actrice juive née en Israël, se joint à ceux qui relatent l’histoire du succès et de la renaissance merveilleuse d’Israël comme une histoire sombre ».

Appelant le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri à annuler la citoyenneté israélienne de Portman, le député Likud Oren Hazan l’a qualifiée de « juive israélienne qui, d’une part, utilise cyniquement ses origines pour faire avancer sa carrière et qui, d’autre part, se targue d’avoir évité d’être enrôlée dans l’armée israélienne ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...