Rechercher

Le Likud critique Elhayani pour son soutien au projet de loi sur les implantations

Le chef du Conseil de Yesha a demandé à l'opposition de soutenir le renouvellement d'une mesure juridique cruciale ; "pensez à la sécurité des résidents qui ont voté pour vous"

Le chef de faction du Likud, Yariv Levin, lors d'une conférence à Kedem, en Cisjordanie, le 5 septembre 2019. (Crédit: Hillel Maeir/Flash90)
Le chef de faction du Likud, Yariv Levin, lors d'une conférence à Kedem, en Cisjordanie, le 5 septembre 2019. (Crédit: Hillel Maeir/Flash90)

Yariv Levin, président du parti du Likud, a assailli le chef de l’organisation faîtière des implantations jeudi soir après que ce dernier, ainsi que plusieurs autres dirigeants d’implantations, ont exhorté l’opposition à soutenir le renouvellement d’une loi étendant le droit israélien aux citoyens vivant en Cisjordanie.

Le Likud et les autres partis d’opposition ont juré de ne soutenir aucune loi soutenue par la coalition, quelle que soit son idéologie.

Le ministre de la Justice, Gideon Saar, a mis en garde contre un chaos juridique pour les résidents d’implantation si la loi, une « mesure d’urgence » renouvelée tous les cinq ans, n’était pas renouvelée la semaine prochaine.

Dans une lettre envoyée aux chefs des partis d’opposition, le chef du Conseil de Yesha, David Elhayani, leur a demandé de « mettre un terme aux querelles politiques pour le moment, de penser à la sécurité et au statut des résidents, ces mêmes résidents qui ont voté pour vous, et de voter en faveur de l’extension des règlements en Judée et Samarie ».

En réponse, Levin a accusé Elhayani et d’autres personnes qui partagent son point de vue de « travailler pour sauver » le gouvernement du Premier ministre Naftali Bennett.

« Ma douleur n’est pas en réponse à leur lettre honteuse. Ma douleur est due aux terribles dommages qu’ils causent à l’image de l’entreprise d’implantation et des premiers résidents d’implantations. »

Le président du Conseil de Yesha, David Elhayani, sous une tente de protestation devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 4 janvier 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Je peux dire en toute confiance qu’ils ne représentent pas la grande majorité des résidents d’implantations, dont les voix sont bien entendues dans l’annonce claire et louable des chefs des branches du Likud en Judée et Samarie », a-t-il déclaré.

Levin a également noté qu’Elhayani s’était opposé aux efforts du Likud pour annexer les implantations de Cisjordanie sous l’administration de l’ancien président américain Donald Trump. L’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu a finalement mis ces projets au placard dans le cadre des accords d’Abraham, l’accord de normalisation des relations avec les Émirats arabes unis et Bahreïn.

« Lorsque nous avons travaillé à l’application de la souveraineté à toutes les implantations juives de Judée et de Samarie, ce qui aurait assuré leur avenir et n’aurait plus nécessité une législation telle que [le projet de loi actuel], certains de ces chefs de conseil se sont rendus jusqu’à Washington pour contrecarrer cette initiative », a déclaré Levin.

En juin 2020, Elhayani était l’un des nombreux dirigeants des implantations israéliennes qui se sont prononcés contre le plan de paix de Trump, annoncé en janvier de cette année-là. Ce plan aurait permis à Israël d’annexer le territoire de 15 implantations israéliennes existantes et de laisser le territoire environnant comme terre pour un futur État palestinien.

Elhayani avait déclaré que ce plan était « un danger pour Israël » car il désignait spécifiquement des terres pour un État palestinien.

Le président de la faction du Likud, Yariv Levin, prend la parole au Parlement israélien à Jérusalem, le 23 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Tout comme à l’époque », écrit Levin, « ils ne voient pas la situation dans son ensemble et sont incapables de se montrer à la hauteur. Les dommages énormes et généralisés dans tous les domaines de la vie résultant de l’existence de ce gouvernement sont incommensurablement plus importants que n’importe quelle loi qui sera ou ne sera pas adoptée. »

La mesure que la coalition cherche à renouveler a été promulguée après la guerre des Six Jours en 1967. Elle étend le droit pénal et civil israélien à ses citoyens vivant dans les implantations de Cisjordanie, leur permettant d’être jugés par des tribunaux civils et de conserver l’accès aux systèmes d’assurance médicale israéliens. Les Palestiniens vivant en Cisjordanie restent soumis au droit militaire israélien, lui-même basé sur le droit jordanien d’avant 1967 en Cisjordanie.

Les citoyens israéliens vivant à Ariel, comme dans toutes les autres implantations juives de Cisjordanie, sont soumis au droit civil israélien. Un garde de sécurité israélien à l’entrée de l’implantation juive d’Ariel en Cisjordanie, le 30 avril 2022. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

La loi a été continuellement renouvelée tous les cinq ans depuis son adoption, et doit expirer à la fin du mois. Si elle expire, les résidents d’implantations juifs seront soumis au système de justice militaire pour la première fois.

La coalition de la Knesset, qui ne compte que 60 membres sur 120 et n’a donc pas la majorité, semble incapable d’adopter le projet de loi sans les votes des députés de l’opposition (il y a également plusieurs jokers, comme la députée rebelle Yamina Idit Silman, mais elle aurait signalé qu’elle voterait contre).

En outre, le parti islamiste Raam de la coalition n’a pas dit s’il voterait en faveur du projet de loi, ce qui pourrait laisser le projet de loi avec seulement 56 voix de soutien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...