Le Likud tente de dépeindre Gantz comme instable psychologiquement
Rechercher

Le Likud tente de dépeindre Gantz comme instable psychologiquement

"Benny est devenu fou", dit le message, en référence à un enregistrement où Gantz suppose que le Premier ministre Benjamin Netanyahu serait heureux de le voir mort

Benny Gantz, leader du parti Khakol lavan, durant une réunion de sa formation à Tel Aviv, le 20 mars 2019 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Benny Gantz, leader du parti Khakol lavan, durant une réunion de sa formation à Tel Aviv, le 20 mars 2019 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le parti du Likud a diffusé une série de vidéos, mardi, dans lesquelles il cherche à dépeindre Benny Gantz, leader de la formation Kakhol lavan et principal adversaire, comme instable psychologiquement.

« Benny est devenu fou », dit le message, en référence à un enregistrement diffusé il y a quelques jours où Gantz suppose que le Premier ministre Benjamin Netanyahu serait heureux de le voir mort et qu’il pourrait avoir demandé aux Russes d’intervenir dans les élections.

« Ses apparitions parlent d’elles-mêmes. Gantz a peur et il est faible », dit le Likud. « Apparemment, Gantz pense que le Premier ministre va envoyer des tueurs pour l’assassiner et les Russes pour pirater son téléphone ».

« L’homme est paranoïaque et une personnalité qui affirme que le mois qui vient de s’achever a été le plus dur de son existence ne tiendra pas un moment sous les pressions que subit chaque jour un Premier ministre », affirment les spots de campagne.

Dans l’enregistrement d’une conversation qui, selon la Treizième chaîne, aurait été tenue récemment lors d’une rencontre à huis-clos en présence d’un public limité, Gantz lance plusieurs accusations apparemment infondées à l’encontre de Netanyahu.

« Si Netanyahu avait un moyen de me faire du mal, s’il avait un moyen de me tuer, il le ferait », dit Gantz, ajoutant que le prochain scrutin avait réduit au désespoir l’actuel Premier ministre.

« Est-ce que Benjamin Netanyahu, celui que je connais, voudrait me faire du mal ? La réponse est non. Est-ce que Benjamin Netanyahu, à la veille d’élections, voudrait me faire du mal ? Malheureusement, je dirais oui », dit Gantz, qui a servi au poste de chef d’Etat-major de l’armée israélienne sous Netanyahu de 2011 à 2015.

Le chef d’état-major général, le lieutenant-général Benny Gantz, (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu avant une réunion du cabinet en novembre 2012 (crédit photo : Kobi Gideon/GPO/Flash 90).

Gantz, qui est le principal adversaire de Netanyahu lors du prochain scrutin, a été ces derniers jours sur la défensive en raison d’informations portant sur le piratage de son téléphone cellulaire par les Iraniens.

Le parti du Likud a tenté d’exploiter ce piratage, dont Gantz avait été informé l’année dernière par des responsables de la sécurité israélienne, pour montrer son inaptitude à prendre la tête du pays. Le leader de Kakhol lavan a accusé la fuite de cette information dans les médias.

Dans le cadre de la campagne visant à présenter Gantz sous les traits d’une personnalité mentalement instable, le Likud présente également une vidéo montée d’une récente interview au cours de laquelle Gantz bégaie plusieurs fois et un autre qui zoome de manière répétée sur ses yeux, sur un fond musical de film d’horreur, tentant apparemment de transmettre l’idée d’un regard fou.

« Complètement stable », note la légende.

Dans l’enregistrement, dont la Treizième chaîne n’a diffusé que quelques extraits dimanche, Gantz reconnaît que les Iraniens sont peut-être derrière le piratage, évoquant dans la foulée une théorie différente dans laquelle il attribue la responsabilité de l’incident à Netanyahu.

« D’accord, si ce n’est pas l’ennemi, alors qui l’a fait ? Ce sont nos opposants. Si ce sont nos opposants, comment ont-ils fait ? D’une manière ou d’une autre », suppute Gantz. « La première possibilité, c’est qu’ils aient fait appel à des privés pour mener ce type de cyber-activité. Une deuxième possibilité, qui irait bien à Bibi – même si je ne considère pas cela très probable – c’est qu’il ait demandé aux Russes d’intervenir dans les élections », explique-t-il en se référant à Netanyahu par son surnom.

Le parti du Likud a nié ces accusations, disant à la Treizième chaîne que « Benny Gantz est devenu fou ».

« Après qu’il a accusé le Premier ministre de trahison contre l’Etat [en lien avec un accord allemand de vente de sous-marins à l’Egypte], il accuse maintenant le Premier ministre d’envoyer des tueurs pour l’assassiner », a dit le parti dans une déclaration. « Si Benny Gantz montre des signes de paranoïa avancée après deux semaines de pression au cours d’une campagne électorale, après le piratage de son téléphone, comment peut-il diriger le pays ? »

Dans l’enregistrement, Gantz s’en prend également aux déboires judiciaires du Premier ministre en exercice et à la réputation autoritaire de son épouse Sara.

« Cet homme sait qu’il va aller en prison, il sait qu’il sera en prison quoi qu’il arrive », affirme Gantz. « Si son mandat de Premier ministre s’achève, il ira en prison. S’il n’est pas traduit devant la justice et qu’il n’est pas incarcéré, il sera avec Sara – et il restera ainsi en prison. Le seul endroit où il est un homme libre, c’est quand il est dans son bureau ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et son épouse Sara, s’adressant aux journalistes avant de s’envoler pour Washington, le 24 mars 2019. (Raphael Ahren/Times of Israel)

Netanyahu doit être inculpé pour fraude et abus de confiance dans trois dossiers de corruption distincts et de pots-de-vin dans l’un d’entre eux – à moins qu’il ne parvienne à convaincre le Procureur-général de reprendre en compte sa décision lors d’une audience prévue pour cet été.

Ce n’est pas la première fois que des enregistrements des rencontres à huis-clos de Gantz avec ses partisans font surface. Récemment, il a dit dans l’un d’entre eux qu’il n’excluait pas Netanyahu comme partenaire de coalition possible, contredisant ses déclarations publiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...