‘Le lit original de calcaire’ sur lequel a été enterré Jésus aurait été découvert
Rechercher
National Geographic: 'Quelques heures avant qu’il ne faille re-sceller la tombe, le lit original de calcaire a été révélé intact’

‘Le lit original de calcaire’ sur lequel a été enterré Jésus aurait été découvert

L’équipe chargée des recherches affirme qu’une découverte extraordinaire a été faite alors qu’elle viennt d’achever sa première mission depuis des siècles dans la grotte vénérée comme étant le tombeau de Jésus dans l’Eglise du Saint Sépulcre de Jérusalem

Ilan Ben Zion est journaliste au Times of Israel. Il est titulaire d'une maîtrise en diplomatie de l'Université de Tel Aviv et d'une licence de l'Université de Toronto en études du Proche-Orient et en études juives

Détail de 'La mise au tombeau' (1611-12), à la National Gallery of Canada, de Peter Paul Rubens (Crédit : Wikimedia)
Détail de 'La mise au tombeau' (1611-12), à la National Gallery of Canada, de Peter Paul Rubens (Crédit : Wikimedia)

Les conservateurs oeuvrant sur le site de l’Eglise du Saint-Sépulcre à Jérusalem clament avoir trouvé le lit original de calcaire sur lequel Jésus aurait été étendu pour son dernier sommeil.

Cette découverte spectaculaire a été rapportée par le National Geographic en partenariat avec une équipe d’experts travaillant sur ce site qui est considéré comme le plus saint du christianisme. En effet, c’est là que Jésus aurait été crucifié et enterré.

Les travaux de restauration à l’Eglise ont commencé au printemps. Mais, de mercredi à samedi dernier, ce sont des chercheurs venus de l’Université Nationale Technique d’Athènes, à la tête de dizaines d’ouvriers qui ont été autorisés par les diverses autorités de l’Eglise à procéder à une mission de 60 heures sur ce qui est traditionnellement considéré comme étant le tombeau de Jésus.

Ils ont ôté la plaque de marbre qui était posée depuis des siècles sur le tombeau et ont travaillé avec ferveur pour exposer ce qui apparaissait en dessous.

“Quand le plateau de marbre a été en tout premier lieu déplacé dans la nuit du 26 octobre, une inspection initiale… a seulement révélé une couche de matériaux de remblais qui se trouvait en dessous”, a rapporté le National Geographic.

“Toutefois, alors que les ouvriers continuaient leur travail sans s’arrêter sur les 60 heures qui leur étaient imparties, une autre plaque de marbre avec une croix creusée sur sa surface a été exposée. Vendredi soir, quelques heures seulement avant que le tombeau ne doive être re-scellé, le lit original de calcaire a été révélé intact ».

Des experts en restauration replace la plaque de marbre qui couvrait le Tombeau de Jésus, où son corps aurait été enterré, après son ouverture pendant trois jours pour permettre sa restauration et son étude, à Jérusalem, le 28 octobre 2016. (Crédit : AFP/Gali Tibbon)
Des experts en restauration replace la plaque de marbre qui couvrait le Tombeau de Jésus, où son corps aurait été enterré, après son ouverture pendant trois jours pour permettre sa restauration et son étude, à Jérusalem, le 28 octobre 2016. (Crédit : AFP/Gali Tibbon)

Martin Biddle, spécialiste de l’histoire de la tombe, a indiqué que les spécialistes devraient dorénavant examiner avec soin les données qui ont été collectées lorsque le lit de pierre qui a accueilli le corps du Christ et les murs de la grotte ont été examinés. Objectif : Permettre l’établissement définitif d’une connexion avec Jésus.

« Les surfaces de la pierre doivent être étudiées avec le plus grand soin, je veux dire de manière infime, pour déceler d’éventuelles traces de graffiti, » a indiqué Biddle au National Geographic. « Pourquoi l’évêque Eusèbe [historien du 4e siècle] a-t-il identifié ce tombeau comme étant celui du Christ ? Il ne le dit pas et nous ne le savons pas », a ajouté Biddle.

“Je ne pense pas pour ma part qu’Eusèbe se soit trompé – c’était un très grand érudit – alors il y a probablement une preuve si seulement nous nous donnons le mal de la chercher”.

L’équipe grecque, qui a dorénavant quitté le site, a déclaré qu’elle avait collecté une documentation considérable concernant le tombeau. Et elle a en effet l’intention de mener des tests extensifs sur les découvertes qui ont été faites.

L’équipe grecque est également entrée dans le lieu vénéré la semaine dernière dans le cadre du projet de rénovation et de préservation de l’Edicule, construit au 18e siècle, un petit édifice qui contient l’ancien tombeau.

Les historiens ont longtemps cru que les vestiges originaux de la tombe avaient été détruits au cours des siècles. L’Eglise originale qui avait été construite au sommet du site traditionnel d’ensevelissement de Jésus avait été démolie en 1009, presque un siècle avant le commencement de la Première Croisade en 1099.

Le califat Fatimide d’Egypte avait ordonné au gouverneur de Ramla la destruction de l’Eglise, et un chroniqueur chrétien d’Antioche avait écrit pour sa part que les Arabes “essaient de faire disparaître le Saint-Sépulcre et toutes ses traces… … [et] qu’ils ont cassé et démoli la plus grande partie de l’édifice. »

Mais les scientifiques – à leur grande surprise, ont-ils reconnu – ont établi que des vestiges de la grotte étaient encore là.

Mercredi, en déplaçant sur le côté la plaque de marbre qui reposait sur la tombe – pour la première fois depuis la construction de l’Edicule – ils ont trouvé un second plateau, de couleur grise, doté d’une petite gravure en forme de croix qui daterait du 12e siècle, a rapporté jeudi Daniel Estrin de l’Associated Press.

Après avoir ôté le plateau de marbre gris, ils ont pu exposer une partie des murs de la grotte.

“C’est la pierre sainte vénérée depuis des siècles mais qui n’a pu être aperçue que maintenant”, a déclaré Antonia Moropoulou, chef du projet de conservation et de restauration au magazine.

“Je suis absolument sidéré. J’ai les genoux qui tremblent un peu parce que je ne m’attendais pas à cela” a ajouté Fredrik Hiebert, archéologue au National Geographic. « On ne peut pas le dire à 100 % mais il apparaît que c’est une preuve bien visible du fait que le lieu de la tombe n’a pas bougé à travers les siècles, ce qui était une question que se posaient depuis des décennies les scientifiques et les historiens ».

Le magazine note que s’il est encore impossible d’établir avec certitude si la tombe taillée dans la pierre a été le lieu de sépulture de Jésus, la découverte d’au moins six autres tombeaux taillés dans la pierre autour de l’Eglise indique que l’endroit était assurément un cimetière juif durant la période du Second temple – l’époque où Jésus, le Juif de Nazareth, a vécu.

Dan Bahat, ancien archéologue de la ville de Jérusalem, a expliqué au National Geographic : “Nous ne pouvons pas être absolument certains que le site de l’Eglise du Saint Sépulcre est celui du lieu où repose Jésus, mais nous n’avons certainement aucun autre site qui puisse y prétendre de manière si forte, et nous n’avons vraiment aucune raison de rejeter l’authenticité du lieu ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...