Le Luxembourg signe un accord de réparations avec les communautés juives
Rechercher

Le Luxembourg signe un accord de réparations avec les communautés juives

L'accord est conclu notamment avec la Fondation luxembourgeoise pour la mémoire de la Shoah, dont le président François Moyse a salué "la fin d'une terrible injustice"

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel lors d'un discours le 3 juin 2015 lors d'entretiens dans le cadre des Journées européennes du développement (eudevdays) événement de deux jours, tenue le 3 et 4 juin à Bruxelles. (Crédit : AFP PHOTO / JOHN THYS)
Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel lors d'un discours le 3 juin 2015 lors d'entretiens dans le cadre des Journées européennes du développement (eudevdays) événement de deux jours, tenue le 3 et 4 juin à Bruxelles. (Crédit : AFP PHOTO / JOHN THYS)

Le Luxembourg a signé mercredi un accord qualifié « d’historique » avec la communauté juive, prévoyant une série de gestes symboliques et des compensations financières visant à réparer des spoliations de biens liées à la Shoah.

« Il n’est jamais trop tard, mais il était temps », a commenté le Premier ministre Xavier Bettel, lors d’une cérémonie organisée à la date anniversaire de la libération du camp nazi d’Auschwitz, le 27 janvier 1945.

« Les erreurs commises par des administrations méritent réparation et excuses », a ajouté le dirigeant libéral. « Cet accord n’effacera aucune souffrance, mais redonne de la dignité », a-t-il souligné.

L’accord est conclu notamment avec la Fondation luxembourgeoise pour la mémoire de la Shoah, dont le président François Moyse a salué « la fin d’une terrible injustice ».

Il prévoit le versement d’un million d’euros – somme « symbolique » selon les organisations juives – aux survivants et ayants droit des déportés ayant vécu au Grand-Duché pendant la Seconde Guerre mondiale.

La Fondation pour la mémoire de la Shoah se voit par ailleurs dotée de
120 000 euros par an pendant une durée de 30 ans pour poursuivre son travail mémoriel.

Sur cet aspect du souvenir, le couvent de Cinqfontaines (nord du Luxembourg), site d’où a été organisée la sélection vers les camps nazis, doit être acquis et rénové par l’État pour y créer un « centre éducatif et commémoratif » avec un investissement de 25 millions d’euros.

« L’accord apporte des réponses à toutes les questions non résolues dans le cadre des spoliations de biens juifs liées à la Shoah », indique un communiqué officiel.

L’Organisation mondiale pour la restitution de biens juifs (World Jewish Restituion Organization, WJRO) était également associée à la cérémonie.

« Il s’agit d’un événement d’une profonde importance », a déclaré à l’AFP un de ses dirigeants, Gideon Taylor.

Jusqu’à maintenant, la restitution des biens issus de spoliations durant la guerre 1939-45 s’était heurtée à une loi de 1950 ayant réservé l’indemnisation des dommages de guerre aux seuls nationaux, ce qui excluait de fait 75 % des quelque 4 000 Juifs qui vivaient au Luxembourg avant l’invasion nazie du 10 mai 1940.

L’État luxembourgeois avait présenté ses excuses à la communauté juive en juin 2015 mais le travail engagé quelques années plus tôt sur la réparation des spoliations n’avait jusqu’alors jamais abouti.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...