Le magnat de l’immobilier israélien ruiné voit sa dette allégée de 92 %
Rechercher

Le magnat de l’immobilier israélien ruiné voit sa dette allégée de 92 %

Les créanciers voteront mardi un accord conclu entre le magnat de l'immobilier et des médias Eliezer Fishman et un administrateur nommé par la cour

L'homme d'affaires Eliezer Fishman à la bourse de Tel Aviv (Crédit : Flash90)
L'homme d'affaires Eliezer Fishman à la bourse de Tel Aviv (Crédit : Flash90)

Un ancien magnat israélien s’apprête à voir près de 92 % de sa dette d’1,7 milliard de shekels (428 millions d’euros) aux banques et aux autorités fiscales effacés dans le cadre d’un accord conclu durant le week-end avec l’administrateur de son patrimoine désigné par le tribunal.

L’accord, que les créanciers voteront mardi, permettra à Eliezer Fishman, le magnat de l’immobilier, qui possède le quotidien économique Globes et d’importantes parts dans le quotidien Yedioth Aharonot, de rembourser 140 millions de shekels (35 millions d’euros) pour commencer et de racheter des actions dans ses sociétés dans 5 ans pour 260 millions de shekels (65 millions d’euros), qui seront ensuite transférées à ses créanciers, selon le quotidien Haaretz lundi.

L’accord permettra également à Fishman et à sa femme de rester dans le luxueux manoir de Savyon dans le centre du pays, pour les deux années qui suivront l’accord.

Le portefeuille de Fishman devait près de 4,5 milliards de shekels (1,1 milliard d’euros) à une dizaine de créanciers, selon Haaretz. Fishman avait déposé en garantie personnelle près de 3,4 milliards (850 millions d’euros). Le chiffre d’1,7 milliard de shekels correspond à la valeur de sa garantie combinée.

L’histoire a montré que les plus grandes banques d’Israël, Leumi et Hapoalim, acceptaient de continuer à prêter des sommes faramineuses à l’homme d’affaires pendant des années, sur la base de ses promesses de remboursement, et ce malgré son défaut de remboursement sur des prêts existants.

Fishman, né en Russie, s’est écroulé avec la crise financière internationale et la récession en Russie, qui a décimé ses affaires et ses investissements.

En décembre, un autre homme d’affaires israélien, Nochi Dankner a été condamné à 2 ans de prison et à une amende de 800 000 shekels (200 347 €) pour manipulation frauduleuse du cours de l’action avant l’introduction en bourse de sa société financière IDB.

En juin dernier, Motti Zisser a succombé à un cancer. Le magnat de l’immobilier avait accumulé 2,5 milliards de shekels de dettes (626 millions d’euros), dont 1,8 milliard (450 millions d’euros) a été effacé. Zisser a dû abandonner le contrôle de sa société financière Elbit Imaging, dont il était actionnaire majoritaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...