Le maire de Jérusalem fustige les émeutiers du mont du Temple
Rechercher

Le maire de Jérusalem fustige les émeutiers du mont du Temple

Nir Barkat a dit que les décisions ne devaient pas être prises "sous la pression des troubles violents" ; la police a arrêté 17 Palestiniens pour jets de pierres

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Des Palestiniens masqués avec des pierres pendant des affrontements avec la police sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 28 juin 2016. (Crédit : Muammar Awad/Flash90)
Des Palestiniens masqués avec des pierres pendant des affrontements avec la police sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 28 juin 2016. (Crédit : Muammar Awad/Flash90)

Mardi, le maire de Jérusalem, Nir Barkat, a pesté contre les manifestants violents du mont du Temple à Jérusalem qui empêchent la police de faire son travail afin de pouvoir « protéger le statu quo », une situation qui a incité les autorités à interdire les non-Musulmans sur le site sujet aux litiges.

Suite à de nombreux incidents de jeter de pierres par les Palestiniens, la police a annoncé mardi que le mont, qui est sacré pour les Juifs et les Musulmans, serait fermé aux visiteurs juifs et aux touristes pendant trois jours et que des forces supplémentaires seraient déployées pour empêcher d’autres émeutes.

En réponse aux jets de pierres, la police a pénétré dans l’enceinte pour empêcher d’autres incidents. Dix-sept personnes ont été arrêtées mardi, a déclaré la police, qui viennent s’ajouter aux cinq détenus la veille.

Barkat a déclaré dans un communiqué que la police devrait être « autorisée à faire son travail et à continuer à protéger le statu quo sur le mont du Temple ».

En vertu des accords datant de 1967, le Waqf basé en Jordanie administre le mont du Temple, qui abrite la mosquée Al-Aqsa, mais doit permettre aux visiteurs de toutes confessions d’entrer sur le site.

La police israélienne se met à couvert alors que des manifestants palestiniens jettent de pierres sur le mont du Temple à Jérusalem, au cours du troisième jour consécutif d'affrontements, le 28 juin 2016 (Crédit : AFP PHOTO/AHMAD GHARABLI)
La police israélienne se met à couvert alors que des manifestants palestiniens jettent de pierres sur le mont du Temple à Jérusalem, au cours du troisième jour consécutif d’affrontements, le 28 juin 2016 (Crédit : AFP PHOTO/AHMAD GHARABLI)

Le maire de Jérusalem a prononcé une critique voilée de la décision de la police de restreindre le site à certains visiteurs.

« Nous ne devons pas prendre des décisions sous la pression des troubles violents. Seule une pratique cohérente et déterminée dans la protection du statu quo assurera une réduction sur le long terme des incidents violents et amènera le calme à Jérusalem », a déclaré Barkat.

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, au sommet du musée de la Tour de David, le 14 avril 2015 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)
Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, au sommet du musée de la Tour de David, le 14 avril 2015 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Des Palestiniens sur le site ont jeté des pierres sur la police israélienne, mardi matin. L’une de ces pierres a touché une femme juive de 73 ans sur la place du mur Occidental, qui est dominée par le mont. Elle a subi des blessures mineures et a reçu un traitement médical sur les lieux.

« Après avoir évalué la situation ce matin, la police du district de Jérusalem a décidé que le mont du Temple serait fermé aujourd’hui aux visiteurs », a déclaré le porte-parole de la police du district de Jérusalem, Luba Samri, dans un communiqué.

« De même, il a été décidé que le mont serait fermé aux visiteurs également mercredi et jeudi. Les policiers sont prêts avec les forces de soutien pour maintenir le calme sur le mont et empêcher les émeutes. Toute perturbation sera traitée avec fermeté « .

Les fidèles musulmans continueront d’avoir accès à la mosquée Al-Aqsa. Dans le judaïsme, c’est le site le plus sacré et il est vénéré comme l’emplacement des premier et deuxième Temples.

« La police entretient un dialogue permanent avec les dirigeants locaux et le Waqf, et exige qu’ils empêchent toute perturbation des arrangements sur le mont et qu’ils préservent la paix », a déclaré Samri.

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...