Le maire de Sderot veut une opération terrestre à Gaza pour « éradiquer » le Hamas
Rechercher

Le maire de Sderot veut une opération terrestre à Gaza pour « éradiquer » le Hamas

"Seule la force peut les arrêter", a déclaré Alon Davidi ; un ministre a indiqué qu'une opération de grande ampleur n'était pas imminente

Alon Davidi, maire de la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, assiste à une conférence de presse à Jérusalem, le 27 mars 2017. (Hadas Parush/Flash90)
Alon Davidi, maire de la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, assiste à une conférence de presse à Jérusalem, le 27 mars 2017. (Hadas Parush/Flash90)

Dimanche matin, le maire de la ville du sud de Sderot a appelé à une opération israélienne terrestre dans la bande de Gaza pour « éradiquer » le groupe terroriste palestinien du Hamas, après un regain de tensions à la frontière et alors que plusieurs roquettes ont été tirées par des groupes terroristes sur la ville, tristement baptisée, capitale des abris anti-bombes.

Samedi soir, des terroristes palestiniens à Gaza ont tiré trois roquettes dans le sud d’Israël pour la deuxième nuit d’affilée. Deux roquettes ont été interceptées par le système de défense du Dôme de fer, a déclaré l’armée.

Des fragments de l’une des roquettes ont endommagé la cour d’une maison à Sderot. Alors qu’il n’y a pas eu de blessés suite à ce tir dans la ville, une femme a été soignée après voir subi une crise de panique en raison de l’impact, ont déclaré des médecins.

Plus tard dans la nuit, les soldats israéliens ont éliminé un groupe de Palestiniens armés qui tentaient de s’infiltrer en Israël le long de la barrière de sécurité.

En réaction, les villes de Beer Sheva, d’Ashdod, Ofakim, Gan Yavne et Yavne ont ouvert leur abris anti-bombes publics alors que l’on s’attend à une reprise des attaques de roquettes. Le service d’ambulance Magen David Adom a dit qu’il était en état d’alerte maximal.

Des urgentistes arrivent à la maison de Sderot où des éclats d’obus sont tombés, après une attaque de roquettes lancées depuis la bande de Gaza, le 17 août 2019. (Magen David Adom)

Le lendemain, dans plusieurs interviews, le maire de Sderot Alon Davidi a appelé le gouvernement à lancer une opération militaire de grande ampleur qui impliquerait l’entrée de soldats dans l’enclave palestinienne.

« Nous avons besoin de mener une opération de grande ampleur maintenant afin d’éradiquer le Hamas, sans plus tarder, a déclaré David à la Radio de l’Armée. Seule la force peut les arrêter ».

« Nous avons passé un weekend très désagréable avec les alertes rouges pendant deux jours d’affilée, a-t-il dit à la Treizième chaîne. D’un côté les résidents de Sderot essaient de maintenir leur routines, mais, d’un autre côté, il n’y a pas d’autre choix, dans la situation actuelle, que d’aller vers une opération terrestre dans la bande de Gaza ».

« La chose la plus importante est de préparer l’armée et, au bon moment, de porter le coup le plus fort au Hamas, a déclaré Davidi à Radio Galey Israel. La culture de cette organisation est d’apporter la mort dans la région ».

Pourtant, le ministre des Affaires étrangères Israël Katz a rejeté cette hypothèse, tout en menaçant dans le même temps d’une réaction plus limitée.

« Ce qui s’est passé hier à Sderot ne restera pas sans réponse, a déclaré Katz, un membre du cabinet restreint de sécurité, à la Radio de l’Armée. Nous maintenons une politique qui consiste à ne pas lancer d’opération de grande ampleur, mais de dissuasion ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...