Le Maroc inscrit une synagogue de Casablanca au patrimoine national
Rechercher

Le Maroc inscrit une synagogue de Casablanca au patrimoine national

Désormais, aucune modification de l’aspect du lieu de culte, construit en 1937 et situé sur le boulevard Bourgogne, ne pourra être apportée sans préavis

Lever du soleil à Casablanca. (Crédit : SpreeTom / CC BY-SA 4.0)
Lever du soleil à Casablanca. (Crédit : SpreeTom / CC BY-SA 4.0)

Le Maroc a inscrit la synagogue Elias Hazan de Casablanca au patrimoine national, a rapporté le site Yabiladi la semaine dernière.

Cette décision a été prise par le ministère de la Culture, de la communication, de la jeunesse et des sports et été inscrite au dernier Bulletin officiel du 21 octobre 2020.

Désormais, aucune modification de l’aspect du lieu de culte, construit en 1937 et situé sur le boulevard Bourgogne, ne pourra être apportée sans préavis et concertation avec le propriétaire et le ministère.

Georges Benarroch, unique petit-fils du rabbin Elias Hazan, a expliqué que l’édifice avait constitué un lieu de culte de référence pour certains grands rabbins.

« Les héritiers d’Elias Hazan, dont je suis l’unique petit fils, ont été heureux d’apprendre que la synagogue familiale a fait l’objet d’une inscription au Patrimoine national (…) », a-t-il réagi.

Il a également salué les « hommes et femmes, particuliers ou membres de l’Administration du Royaume, pour leur exceptionnelle coopération qui a permis d’atteindre cette première étape ».

Présente depuis l’Antiquité, la communauté juive marocaine a crû au cours des siècles, avec notamment l’arrivée de ceux que les rois catholiques avaient expulsés d’Espagne à partir de 1492.

Dans les années 1940, ils étaient environ 250 000, soit 10 % de la population. Mais beaucoup sont partis après la fondation d’Israël en 1948. Aujourd’hui, la communauté juive marocaine compte entre 2 500 et 3 000 personnes et reste la plus importante d’Afrique du Nord.

Les autorités marocaines mettent souvent en exergue cet héritage judéo-marocain, avec différents programmes de réhabilitation de cimetières, de synagogues et de quartiers historiques juifs. Deux musées sont consacrés à la communauté, à Casablanca et Fès.

Si ce pays de 35 millions d’habitants n’entretient officiellement aucune relation avec Israël, des milliers de Juifs d’origine marocaine viennent chaque année – y compris en provenance de l’Etat hébreu – retrouver la terre de leurs ancêtres ou célébrer des fêtes religieuses.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...