Le meurtrier de Tair Rada assigné à résidence avant la révision du procès
Rechercher

Le meurtrier de Tair Rada assigné à résidence avant la révision du procès

Le ministère public examine l'appel contre la libération de Roman Zadorov, qui a passé plus de dix ans en prison pour le meurtre d'une écolière

Le meurtrier condamné Roman Zadorov devant la Cour suprême à Jérusalem, le 10 novembre 2020 (Yonatan Sindel/Flash90)
Le meurtrier condamné Roman Zadorov devant la Cour suprême à Jérusalem, le 10 novembre 2020 (Yonatan Sindel/Flash90)

Un homme emprisonné depuis qu’il a été condamné pour le meurtre d’une écolière de 13 ans, il y a 15 ans, a été libéré mardi en résidence surveillée avant la tenue d’un nouveau procès dans cette affaire qui a horrifié la nation.

Roman Zadorov a toujours maintenu qu’il n’était pas coupable du meurtre de Tair Rada en 2006.

Le tribunal de district de Nazareth a ordonné la libération de Roman Zadorov sous certaines conditions, notamment le port d’un bracelet électronique à la cheville qui permet de le localiser.

L’accord est intervenu après que Zadorov a demandé à être libéré avant le nouveau procès, qui a été annoncé le mois dernier.

Son avocat Yoram Halevi a demandé un délai de dix jours avant la libération afin de réunir la caution de 150 000 shekels requise et de prendre d’autres dispositions pour respecter les conditions de l’assignation à résidence de Zadorov, qui comprend une garde constante.

« Je ressens une grande satisfaction, mais l’objectif est de l’acquitter », a déclaré Halevi. Il a expliqué que Zadorov passera le temps de son assignation à résidence dans la maison des parents de sa femme, dans la ville de Katzrin, au nord du pays.

Tair Rada (Capture d’écran YouTube)

La femme de Zadorov, Olga, a déclaré après l’audience que c’était « une décision positive ».

« Il est difficile de mettre des mots sur la joie et le bonheur que j’ai ressentis, et certainement pour Roman », a-t-elle déclaré aux médias au palais de justice.

« Je ne l’ai pas complètement digéré, tout d’abord, parce que physiquement, il n’est toujours pas sorti », a-t-elle déclaré. « Il y a beaucoup de choses à organiser selon les conditions de l’assignation à résidence ».

Olga Zadorov (C), l’épouse de Roman Zadorov, arrive pour une audience au tribunal de district de Nazareth, le 3 août 2021 (David Cohen/Flash90).

La procureure Sharon Har-Zion a déclaré qu’ils décideront s’ils font appel après avoir étudié la décision, mais ils pensent que Zadorov est dangereux.

« Nous pensons que l’accusé est un danger et il est donc approprié qu’il reste en détention provisoire jusqu’à la fin de la procédure », a déclaré Har-Zion.

Dans sa décision, le tribunal a déclaré qu’il trouvait que l’argument de l’État contre la libération de Zadorov selon lequel les nouvelles preuves ne seraient pas suffisantes pour annuler la condamnation était « en contradiction directe » avec la décision d’organiser un nouveau procès.

Le mois dernier, le bureau du procureur de l’État a annoncé la tenue d’un nouveau procès pour Zadorov, qui a été condamné à la prison à vie pour le meurtre de Rada malgré ses affirmations répétées qu’il avait été condamné à tort.

L’affaire du meurtre de Rada a longtemps passionné le pays, en raison à la fois de la manière brutale dont elle a été tuée et des affirmations persistantes de certains selon lesquelles ce n’est pas Zadorov qui a commis le meurtre.

Zadorov a passé plus de dix ans en prison depuis qu’il a été reconnu coupable du meurtre brutal de l’adolescente. L’acte d’accusation à son encontre n’a pas été abandonné.

Rada a été retrouvée morte dans les toilettes de son école de Katzrin, sur le plateau du Golan, en 2006. Elle avait été entaillée au cou, poignardée sur le corps et frappée à la tête.

Peu de temps après le meurtre, Zadorov, qui travaillait alors à l’école comme agent d’entretien, a été arrêté et accusé du meurtre.

Deux semaines après son arrestation, la police a annoncé que Zadorov avait avoué le meurtre de Rada et avait reconstitué l’attaque pour les enquêteurs. Mais un jour plus tard, l’avocat de Zadorov a annoncé que son client s’était rétracté, affirmant que ses aveux et sa reconstitution avaient été obtenus sous la contrainte et contenaient des informations erronées.

En 2010, près de quatre ans après son arrestation, le tribunal de district de Nazareth l’a condamné à la prison à vie.

Ses avocats, ainsi que des milliers de membres du public qui se font entendre, insistent sur le fait que Zadorov a été piégé pour un acte qu’il n’a pas commis et que la véritable coupable est Olga Kravchenko, dont l’identité a d’abord été bâillonnée par une ordonnance du tribunal et a été appelée « O.K. ».

Yarom Halevi, avocat du meurtrier condamné Roman Zadorov vu lors d’une audience au tribunal de district de Nazareth, le 3 août 2021. (David Cohen/Flash90)

À la suite d’une analyse ADN effectuée par les enquêteurs, l’Institut médico-légal Abu Kabir a annoncé en 2018 qu’un cheveu trouvé sur le corps de Rada n’appartenait pas à Zadorov mais correspondait plutôt à celui de l’ancien petit ami de Kravchenko, relançant les spéculations sur l’auteur du meurtre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...