Le ministère de la Santé pourrait confiner une banlieue contaminée de Jérusalem
Rechercher

Le ministère de la Santé pourrait confiner une banlieue contaminée de Jérusalem

Un quart des habitants de Kiryat Yéarim sont en quarantaine, avec 8 cas confirmés ; parmi les malades figurent plusieurs membres d'une famille et une femme qui a récemment accouché

Kiryat Yearim, une petite ville près de Jérusalem, le 29 juin 2010. (Nati Shohat/Flash90)
Kiryat Yearim, une petite ville près de Jérusalem, le 29 juin 2010. (Nati Shohat/Flash90)

Le ministère de la Santé envisage de boucler une ville ultra-orthodoxe près de Jérusalem après que huit habitants ont été confirmés infectés par le COVID-19 et que plus de 1 500 ont été mis en quarantaine.

Le ministre de la Santé, Yaakov Litzman, a annoncé lundi que son ministère réfléchissait au confinement de Kiryat Yéarim (Telz-Stone), qui serait une première pour une localité israélienne.

Le ministère attendait les résultats des tests de cinq autres familles de la localité Haredi, qui compte quelque 6 000 habitants, avant de prendre une décision finale, selon le site web de Kikar Hashabat.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a approuvé lundi une aide de 500 000 shekels (125 000 euros) au conseil de Kiryat Yéarim.

Parmi les personnes atteintes du virus dans la ville, on comptait plusieurs membres d’une même famille et une femme qui venait d’accoucher. Kiryat Yéarim abrite un centre de récupération post-natale et une personne atteinte du coronavirus s’y est rendue au début du mois avant son diagnostic, selon les itinéraires détaillés des personnes infectées par le ministère.

« Il est important pour moi de souligner que la propagation s’est produite parce qu’un visiteur est arrivé de France et n’est pas entré en quarantaine », a déclaré à Kikar Hashabat un habitant de la localité, qui a refusé d’être identifié. « Il est donc important de diffuser le message : Ceux qui craignent d’être infectés doivent immédiatement se mettre en quarantaine ».

Des personnes portant des masques de protection entrent au Samson Assuta Ashdod University Hospital, le 16 mars 2020 dans la ville d’Ashdod, au sud d’Israël (JACK GUEZ / AFP)

Lundi également, le ministère a déclaré qu’il envisageait d’augmenter considérablement ses restrictions de mouvement pour tous les Israéliens afin de tenter de ralentir davantage la propagation du coronavirus.

« Nous pourrions demander aux gens de quitter la maison moins souvent, et seulement pour les courses indispensables. Le gouvernement envisage une quarantaine générale pour tous les citoyens, et si cela se produit, cela signifierait que toutes les tranches d’âge seront invitées à rester à la maison jusqu’à nouvel ordre », a déclaré le directeur général adjoint du ministère, Itamar Grotto.

Grotto a également déclaré que le ministère « prévoyait une plus grande surveillance pour la population de plus de 70 ans, qui est en danger. Nous nous préparons maintenant à ce que les hôpitaux puissent accueillir les patients atteints du coronavirus qui auront besoin d’un traitement, et la plupart des patients les moins urgents seront hospitalisés à domicile, à moins qu’ils ne puissent être hospitalisés à domicile pour des raisons socio-économiques ou familiales ».

Ces déclarations ont été faites dans le cadre d’une nouvelle série de consultations menées par de hauts fonctionnaires sur des mesures de plus en plus drastiques visant à limiter les contacts et à ralentir la propagation du virus.

« Pour l’instant, un arrêt général de l’économie n’est pas prévu », a déclaré lundi à la presse un haut fonctionnaire non identifié. Mais, a-t-il ajouté, « le gouvernement se prépare à réduire les transports publics ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...