Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, rencontre son homologue de l’AP
Rechercher

Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, rencontre son homologue de l’AP

Les discussions prévues à Jérusalem relèvent de la coopération entre les deux parties sur les sujets économiques comme les questions fiscales et bancaires

Le ministre des Finances Moshe Kahlon  durant une conférence à Jérusalem, le 7 mai 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances Moshe Kahlon durant une conférence à Jérusalem, le 7 mai 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, a rencontré mercredi son homologue de l’Autorité palestinienne, Shukri Bishara, et le ministre des Affaires civiles, Hussein al-Sheikh, pour discuter de la coopération économique actuelle entre Israël et les Palestiniens.

Le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires, le général (de réserve), Kamil Abu Rukun, a également participé à la réunion bilatérale organisée au ministère des Finances à Jérusalem.

Les discussions, tenues régulièrement depuis quelques années, étaient consacrées à des questions économiques et civiles, d’après le communiqué du bureau de Moshe Kahlon.

Les parties n’abordent pas les questions politiques. Ces rencontres ont lieu malgré la stagnation des relations diplomatiques entre Israël et les Palestiniens.

Shukri Bishara, ministre des Finances de l’Autorité palestinienne, lors d’une conférence de presse à Ramallah, le 11 mars 2019. (Crédit : Wafa)

Dans le même temps, plusieurs pays étaient réunis à Manama, au Bahreïn pour le sommet dirigé par les États-Unis — sans les Israéliens ni les Palestiniens — pour aborder les aspects économiques du plan de paix de Washington, dont les volets politique et territorial n’ont pas encore été dévoilés.

Moshe Kahlon devait être présent dans la capitale bahreïnie, mais après des discussions entre officiels américains et bahreïnis, les organisateurs auraient décidé de ne pas inviter de dirigeants politiques israéliens, notamment car le pays dispose actuellement d’un gouvernement intérimaire, qui changera après le scrutin du 17 septembre.

Les Palestiniens ont fermement rejeté ce sommet. Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a assuré que Ramallah n’y participerait pas et n’en accepterait pas les décisions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...