Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

Le monde pas assez préparé aux catastrophes, déplorent des scientifiques

Depuis 1990, plus de 10 700 catastrophes ont touché plus de 6 milliards de personnes dans le monde, selon les données du Bureau de l'ONU pour la réduction des risques de catastrophes

Dégâts causés par le séisme de magnitude 8,2 sur la côte pacifique du Mexique, à Ixtaltepec, le 9 septembre 2017. (Crédit : Mario Vasquez de la Torre/AFP)
Dégâts causés par le séisme de magnitude 8,2 sur la côte pacifique du Mexique, à Ixtaltepec, le 9 septembre 2017. (Crédit : Mario Vasquez de la Torre/AFP)

Séismes, inondations ou tempêtes : le monde n’est pas assez préparé à affronter les catastrophes, auxquelles les gouvernements ne font trop souvent que réagir après coup, déplore un rapport publié mardi qui appelle à repenser la gestion des risques.

En 2015, la communauté internationale avait adopté les objectifs de Sendai visant à réduire d’ici 2030 le nombre de victimes et les dommages en investissant dans l’évaluation et la réduction des risques, et la préparation aux catastrophes – que ce soient des séismes ou des catastrophes climatiques renforcées par le réchauffement.

Or « il est très improbable » que les objectifs soient remplis, estime le rapport de l’International Science Council, qui compte des dizaines d’organisations scientifiques.

Depuis 1990, plus de 10 700 catastrophes (séismes, éruptions volcaniques, sécheresses, inondations, températures extrêmes, tempêtes…) ont touché plus de 6 milliards de personnes dans le monde, selon les données du Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes. En haut de la liste, inondations et tempêtes, multipliées par le changement climatique, qui comptent pour 42 % du total.

Des voitures sont coincées dans l’eau d’une inondation dans l’émirat de Sharjah, dans le Golfe, à la suite de fortes pluies, aux Émirats arabes unis, le 1er janvier 2022. (Crédit : AFP)

Ces catastrophes aux conséquences en cascade « sapent des avancées de développement difficilement réalisées dans de nombreuses régions du monde », souligne le rapport.

Mais « alors que la communauté internationale se mobilise rapidement après des catastrophes comme les séismes en Turquie et en Syrie, trop peu d’attention et d’investissements sont dirigés vers la planification à long terme et la prévention, que ce soit le renforcement des codes de construction ou la mise en place de systèmes d’alerte », a commenté dans un communiqué Peter Gluckman, président du ISC.

« Les défis multiples des trois dernières années ont mis en lumière le besoin fondamental d’une meilleure préparation aux prochaines catastrophes », a renchéri Mami Mizutori, représentante spéciale de l’ONU pour la réduction des risques. « Nous devons renforcer les infrastructures, les communautés et les écosystèmes maintenant, au lieu de les reconstruire après. »

Le rapport attire ainsi l’attention sur un problème d’allocation des ressources. Par exemple, seulement 5,2 % de l’aide aux pays en développement pour faire face aux catastrophes entre 2011 et 2022 ont été dédiés à la réduction des risques, le reste étant alloué aux secours et à la reconstruction après coup.

Un homme marche devant un bâtiment détruit à Samandag, au sud de Hatay, le 16 février 2023, dix jours après qu’un séisme de magnitude 7,8 ait frappé la région frontalière de la Turquie et de la Syrie. (Crédit : Yasin AKGUL / AFP)

L’ISC appelle également à la généralisation des systèmes d’alerte précoces, notant qu’avertir d’une tempête 24 heures à l’avance pouvait réduire les dommages de 30%.

Un rapport publié fin janvier par l’Assemblée générale de l’ONU soulignait lui aussi que les pays n’étaient « pas en voie » d’atteindre les objectifs de Sendai.

Le nombre de personnes affectées chaque année par les catastrophes augmente, tout comme les dommages directs, qui atteignent une moyenne de 330 milliards de dollars par an sur la période 2015-2021.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.