Rechercher

Le musée de Boston règle la demande de restitution de figurines vendues sous les nazis

Le Musée des Beaux-Arts a payé aux héritiers une somme non divulguée pour exposer les figurines datant du XVIIIe siècle, vendues par des propriétaires juifs à Berlin en 1937

Une figurine d'harlequin en porcelaine fabriquée par Höchst, Fürstenburg et Fulda (Crédit : Musée des beaux-arts de courtoisie, Boston via JTA)
Une figurine d'harlequin en porcelaine fabriquée par Höchst, Fürstenburg et Fulda (Crédit : Musée des beaux-arts de courtoisie, Boston via JTA)

BOSTON – Le Musée des Beaux-Arts de Boston a trouvé une solution à une demande de restitution de figurines d’un collectionneuse juive qui permet au musée de conserver sept pièces de porcelaine allemande datant du XVIIIe siècle qui ont été vendues à Berlin en 1937, pendant la persécution nazie .

La signature de l’accord qui inclut un montant non divulgué qui sera reversé aux héritiers d’Emma Budge a été annoncée mercredi par le musée.

Les figurines d’Arlequin fabriquées par les fabricants de porcelaine Höchst, Fürstenburg et Fulda ont été exposées mercredi dans la galerie Angelica Lloyd Russell du musée, a annoncé le Boston Globe.

« C’est une responsabilité morale du propriétaire actuel de réparer ces injustices passées », a déclaré Victoria Reed, la conservatrice en charge de la provenance du musée, qui a fait des recherches sur la demande des héritiers.

L’affaire est « plus nuancée que beaucoup de demandes dont nous avons entendu parler sur les œuvres d’art pillées par les nazis », a-t-elle ajouté.

Les sept pièces de porcelaine ont été léguées au musée en 2006 par Edward et Kiyi Pflueger, qui les ont achetées à Otto et Magdalena Blohm, qui ont acheté la collection lors d’une vente aux enchères en 1937 à Berlin.

Budge, qui possédait une grande collection d’arts décoratifs dans sa maison de Hambourg, est décédé en 1937. Après sa mort, les figurines ont été vendues par ses héritiers dans le cadre d’une vente aux enchères à Berlin, malgré son exigence spécifique que sa collection ne soit pas vendue dans l’Allemagne nationale-socialiste, selon le musée. Budge et tous ses exécuteurs testamentaires étaient juifs.

Le produit de la vente a probablement été crédité sur le compte de succession de Budge au M. M. Warburg Bank à Hambourg, qui a été vendu à des propriétaires non juifs selon la loi nazie. Beaucoup de ses héritiers ont fui l’Allemagne et ceux qui sont restés ont été persécutés, selon le musée.

« En conséquence directe de la persécution nazie, le produit de la vente n’a jamais été réalisé », a déclaré le musée dans un communiqué.

Reed a déclaré au Globe: « il était difficile de mesurer dans quelle mesure les exécuteurs testamentaires avaient le choix de disposer des collections, alors ce que nous regardions vraiment était ce qui est arrivé au produit. Ce que nous considérons, c’est la persécution économique qui est directement liée à la persécution raciale. »

Les figurines se distinguent des autres produites à la même époque, selon Thomas Michie, le conservateur principal des arts décoratifs et de la sculpture. Michie a déclaré au Globe que « six des figurines contribuent à former les deux ensembles complets des sculptures connues du monde fabriquées par Höchst et Fürstenberg », et qu’il était important de garder l’ensemble intact.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...