Le Musée de l’Homme rend hommage à un geste de défi aux nazis, 80 ans après
Rechercher

Le Musée de l’Homme rend hommage à un geste de défi aux nazis, 80 ans après

En 1940, le directeur antifasciste du Musée de l'Homme avait placardé sur sa porte le célèbre Poème "If" de Rudyard Kipling, un appel à ne pas se soumettre aux nazis

Le Musée de l'Homme, à côté de la Tour Eiffel, à Paris, en France, le 14 octobre 2015. (Crédit : AP / Francois Mori)
Le Musée de l'Homme, à côté de la Tour Eiffel, à Paris, en France, le 14 octobre 2015. (Crédit : AP / Francois Mori)

Le 14 juin 1940, alors que les Allemands entrent dans Paris en pleine débâcle, le directeur antifasciste du Musée de l’Homme Paul Rivet placarde sur sa porte le célèbre Poème « If » de Rudyard Kipling : un appel à ne pas se soumettre quatre jours avant l’appel du 18 Juin.

80 ans plus tard, André Delpuech, directeur du Musée du Trocadéro, a placardé le poème sur la porte du musée encore fermé du fait du coronavirus, pour rappeler ce geste symbolique et fort, au moment où les thèmes de l’intolérance et du racisme refont l’actualité.

Le poème de 1885 de Kipling, appel vibrant à rejeter les soumissions et le découragement, s’achève sur ces vers célèbres : « Si tu peux conserver ton courage et ta tête / Quand tous les autres les perdront, / Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire / Seront à tout jamais tes esclaves soumis, / Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire / Tu seras un homme, mon fils. »

Ce sera autour de l’équipe du tout jeune musée – avec Boris Vildé, Anatole Lewitsky, Germaine Tillion et Yvonne Oddon notamment – que se formera dès l’été 1940 un des premiers réseaux de résistance.

Des véhicules de l’armée nazie traversant les rues endommagées d’une ville inconnue du nord de la France, en direction de Paris, la capitale, le 14 juin 1940. (Crédit : AP Photo)

Le 14 juillet 1940, Paul Rivet publiera sa première lettre au maréchal Pétain : « Le pays n’est pas avec vous, la France n’est plus avec vous. »

« Rivet est en 1940 le prototype de l’intellectuel engagé, ancien député du Front Populaire, fondateur en 1934 du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes. Les anthropologues qui travaillent au musée se révoltent en tant que scientifiques. Pour eux, bien évidemment, les races sont égales. La veille, on conseillera à Rivet de fuir, mais il décidera de rester et d’ouvrir son musée, avec ce poème traduit en français affiché sur sa porte, que les Allemands verront forcément », a décrypté André Delpuech à l’AFP.

Ce musée, fondé deux ans plus tôt, en 1938, par Paul Rivet, se veut toujours en 2020 ancré dans l’actualité, un musée de société, avec un devoir de mémoire.

Paul Rivet fuira en 1941 vers la Colombie, échappant de très peu à son arrestation par la Gestapo.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...