Le Musée du judaïsme de Casablanca reçoit sa plus grande donation d’art Judaica
Rechercher

Le Musée du judaïsme de Casablanca reçoit sa plus grande donation d’art Judaica

Le chanteur d’opéra David Serero a remis à l’établissement des œuvres marocaines collectionnées à travers le monde depuis 15 ans

Journaliste

David Serero (Crédit : autorisation David Serero)
David Serero (Crédit : autorisation David Serero)

Le mois dernier, le Musée du judaïsme marocain de Casablanca s’est vu remettre une donation unique d’art Judaica marocain de la part du chanteur d’opéra français David Serero, selon un communiqué de presse de l’établissement.

D’origine marocaine – de Fès –, vivant à New York, l’artiste collectionne des œuvres d’art depuis près de vingt ans. Parmi elles figurent une trentaine d’œuvres uniques de Judaica marocain acquises à travers le monde ces quinze dernières années. « C’est au Maroc que cette collection marocaine revient naturellement », a affirmé David Serero lors de la cérémonie tenue en l’honneur de cette donation d’art Judaica marocain, la plus grande jamais offerte à un musée marocain.

Durant la cérémonie, l’artiste a rendu hommage à ses grands-parents, auxquels il a dédié cette collection, et à son père. « Mes grands-parents ont quitté le Maroc, mais le Maroc ne les a jamais quittés… Je suis reconnaissant envers mon père qui nous a toujours élevés dans la culture marocaine. Dédier cette collection à mes grands-parents leur permet de revenir au Maroc par la grande porte », a déclaré avec émotion David Serero.

L’arrière-grand-père de l’homme était le premier Grand rabbin du Maroc, également président du tribunal rabbinique de Fès, Haim David Serero (1883-1967). Des documents originaux liés à la communauté juive locale de l’époque, recueillis par David Serero, ont également été offerts au musée.

Couvert par la première chaîne marocaine, 2M, l’évènement est devenu d’importance nationale. La donation « marque ainsi une nouvelle étape entre l’amour des Juifs et Musulmans marocains et de leurs relations infaillibles dans ce pays qui a toujours considéré tous ses sujets juifs comme des citoyens marocains. David Serero n’a d’ailleurs jamais caché son rêve : celui de chanter pour Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc », avance le communiqué de presse du musée.

« Le geste citoyen de David Serero, qui est un baryton célèbre aux États-Unis, nous a offert une collection magique. Il est un exemple irréfragable de cet amour du Maroc », a affirmé Serge Berdugo, président de la communauté juive de Casablanca et fondateur du Musée du judaïsme marocain.

Créé en 1997, l’établissement est l’un des deux musées de la ville à être consacré au judaïsme, avec le musée El Mellah. Il s’agit des deux seuls à travers le monde arabe.

Engagé dans diverses causes, Serero a par le passé participé à de nombreux galas caritatifs, organisés notamment par l’UNICEF. Également engagé avec le mouvement Hadassah, il a été nommé en 2011 président de
« Young Hadassah France ». Il a aussi fondé les « Talents interdits », qui visent à promouvoir les artistes jadis interdits par le régime nazi.

En février 2020, il organisera le premier festival d’opéra du Maroc, à Casablanca et dans le reste du pays. Il y jouera également plusieurs représentations en avril prochain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...