Le musée hollandais de la Shoah retire deux photos d’Auschwitz d’une exposition
Rechercher

Le musée hollandais de la Shoah retire deux photos d’Auschwitz d’une exposition

Le retrait de clichés pris à Auschwitz d'une exposition sur la persécution des Juifs hollandais a fait polémique aux Pays-Bas

Dans cette photo du 29 juillet 2016, un homme traverse la tristement célèbre voie ferrée de l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau en Pologne. (AP Photo/Alik Keplicz, FILE)
Dans cette photo du 29 juillet 2016, un homme traverse la tristement célèbre voie ferrée de l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau en Pologne. (AP Photo/Alik Keplicz, FILE)

AMSTERDAM (JTA) — Contredisant ses propres conservateurs, le musée national hollandais de la Shoah a enlevé d’une exposition des photos prises à Auschwitz qu’il a qualifiées de choquantes.

Le retrait de quatre photographies prises à Auschwitz de la nouvelle exposition d’un musée sur la persécution des Juifs hollandais a attiré l’attention des médias aux Pays-Bas, entraînant un débat sur comment et où montrer des images dures du génocide.

Dans un communiqué, le Quartier culturel juif d’Amsterdam, qui inclut le musée national de la Shoah, a rejeté les affirmations selon lesquelles il avait censuré des photos. Les photos n’ont pas été retenues pour l’exposition pour des questions de précisions historiques, dans la mesure où ces photos ne représentent pas des Juifs hollandais, qui constituent le point de focalisation de l’exposition, a expliqué le communiqué.

Les conservateurs Erik Somberst et René Kok avaient inclus les photos des corps en train d’être brûlés dans la « Persécution des Juifs en images » pour montrer la réalité de la Shoah, ont-ils déclaré au quotidien Volkskrant, qui a parlé du désaccord vendredi. Un conservateur a laissé entendre à Volkskrant que le retrait des photos était dû à la nature très dure des images.

« La conséquence finale, aussi choquante soit-elle, doit être exposée », parce que cela parle du destin de Juifs hollandais, a déclaré au Volkskrant le conservateur de l’exposition, qui a ouvert en janvier.

Alors que deux photos des Juifs hollandais des camps de concentration ont été incluses dans l’exposition, « les photos qui ne sont pas liées aux Juifs hollandais, d’une manière ou d’une autre, n’ont pas été exposées », a déclaré le communiqué.

Les photos écartées des Juifs hongrois ont été prises à grand risque par Alberto Errera, un Juif grec qui a été assassiné peu de temps après avoir fait sortir secrètement des négatifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...