Le nouveau Parlement égyptien se réunit, une première depuis 2012
Rechercher

Le nouveau Parlement égyptien se réunit, une première depuis 2012

Les députés doivent encore élire le président de la chambre, ainsi que ses deux adjoints

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi est au pouvoir depuis 2013, après avoir destitué Mohammed Morsi, lié aux Frères musulmans. (Crédit : CC BY SA 3.0)
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi est au pouvoir depuis 2013, après avoir destitué Mohammed Morsi, lié aux Frères musulmans. (Crédit : CC BY SA 3.0)

Le nouveau Parlement égyptien, très largement acquis à la cause du puissant président Abdel Fattah al-Sissi, a tenu dimanche sa session inaugurale, une première depuis la dissolution de 2012.

Lors des législatives achevées fin 2015, le taux de participation n’avait été que de 28,3 %.

Dimanche, lors de la session inaugurale retransmise à la télévision publique, les députés ont prêté serment à tour de rôle, certains tenant à la main un drapeau égyptien.

Ils doivent encore élire le président de la chambre, ainsi que ses deux adjoints.

L’Egypte était sans Parlement depuis juin 2012, lorsque l’Assemblée dominée par les Frères musulmans de M. Morsi avait été dissoute par la Cour constitutionnelle en raison d’un vice juridique.

M. Sissi a été élu président en mai 2014 sans coup férir en l’absence d’opposition et contre un candidat considéré par des experts comme un faire-valoir.

Aux législatives de 2015, la coalition « Pour l’amour de l’Egypte », qui affiche un soutien inconditionnel à M. Sissi et comprend un grand nombre d’ex-membres du Parti national démocrate dissous de M. Moubarak, a remporté la totalité des 120 sièges destinés aux partis. Le reste des élus au scrutin uninominal ont, dans leur quasi-totalité, annoncé leur allégeance à M. Sissi.

Le pays est en outre le théâtre d’une insurrection jihadiste, la branche égyptienne du groupe Etat islamique (EI) multipliant les attentats meurtriers contre la police et l’armée. Mais elle a aussi revendiqué un attentat à la bombe contre un avion de touristes russes qui s’est écrasé le 31 octobre après son décollage de la cité balnéaire de Charm el-Cheikh (224 morts).

Un touriste suédois blessé dans l’attaque d’Hourghada a quitté l’hôpital

Vendredi, trois touristes européens ont été blessés dans une attaque au couteau contre un hôtel d’Hourghada, une autre station balnéaire de la mer Rouge.

Un touriste suédois blessé lors d’une attaque au couteau contre un hôtel d’une station balnéaire égyptienne a quitté l’hôpital, tandis qu’un couple d’Autrichiens âgés est toujours hospitalisé, ont indiqué dimanche des responsables hospitaliers.

Sammie Olovsson, un Suédois de 27 ans, a été blessé vendredi soir avec deux Autrichiens, un homme et une femme de 72 ans, quand deux hommes ont attaqué au couteau contre l’hôtel Bella Vista à Hourghada, une station balnéaire de la Mer rouge très prisée des touristes occidentaux.

« Le patient suédois a quitté l’hôpital tard dans la nuit, hier (samedi) » a indiqué à l’AFP un responsable de l’établissement, Alaa Mohamed.

« Le couple autrichien est toujours là, leur état est stable, il n’y a pas d’inquiétude à avoir, mais ils ont besoin de plus de soins », a précisé le responsable.

Le directeur de l’hôpital Reda al-Naggar a confirmé ces informations, précisant cependant que le couple autrichien « pourrait quitter l’hôpital dimanche ».

Vendredi soir, la police a tué l’un des deux assaillants, un étudiant égyptien d’une vingtaine d’années, et blessé grièvement le second, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Ils ont tenté d’entrer dans l’hôtel en passant par le restaurant de l’établissement.

Cette attaque pourrait porter un nouveau coup dur au tourisme égyptien, frappé de plein fouet après le crash le 31 octobre d’un avion de touristes russes dans le Sinaï, revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) et qui avait fait 224 morts.

Depuis que l’armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, l’Égypte est en proie à de nombreuses attaques jihadistes, qui visent principalement les forces de sécurité.

Samedi soir, le ministre du Tourisme Hicham Zazou a promis l’annonce « dans les prochains jours de nouvelles mesures de sécurité pour protéger tous les touristes visitant l’Egypte ».

Plusieurs patrouilles de police circulaient dimanche à Hourghada, a constaté un journaliste de l’AFP.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...