Le pape salue la béatification d’un prêtre allemand, martyr de Dachau
Rechercher

Le pape salue la béatification d’un prêtre allemand, martyr de Dachau

"Tué par haine contre la foi dans le camp d'extermination de Dachau, Engelmar Unzeitig a opposé l'amour à la haine, il a répondu par la douceur à la férocité", a commenté le pontife argentin

Le pape François en train de prier au mur Occidental (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)
Le pape François en train de prier au mur Occidental (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)

Le pape François a salué dimanche la mémoire du prêtre allemand Engelmar Unzeitig, béatifié samedi en Allemagne et mort dans le camp d’extermination de Dachau pour s’être opposé au régime nazi.

« Hier à Würzburg (Allemagne), a été proclamé la béatification d’Engelmar Unzeitig, prêtre de la congrégation des missionnaires de Mariannhill », a-t-il souligné, avant une messe célébrée sur la place Saint-Pierre de Rome à l’occasion d’un pèlerinage international d’enseignants du catéchisme.

« Tué par haine contre la foi dans le camp d’extermination de Dachau, il a opposé l’amour à la haine, il a répondu par la douceur à la férocité », a commenté le pontife argentin.

« Que son exemple vous aide a être des témoins de la charité et de l’espérance, même dans ces temps de tribulations », a-t-il préconisé.

Selon Radio Vatican, l’Allemand né dans les Sudètes (qui appartient aujourd’hui à la République tchèque) avait été ordonné prêtre sous le Troisième Reich, en 1939. Ses prises de position contre le régime antisémite lui avaient valu d’être arrêté par la Gestapo en avril 1941, avant d’être déporté à Dachau sans jugement le 8 juin 1941.

Il soutiendra d’autres religieux regroupés dans une même baraque à Dachau, en partageant ses rations alimentaires et en soignant les malades du typhus, avant de succomber à 34 ans à cette épidémie le 2 mars 1945, résume Radio Vatican, à propos de ce prêtre surnommé « l’ange de Dachau » par des survivants.

Plusieurs prêtres déportés dans des camps nazis ont déjà été béatifiés dans le passé.

Jean Paul II avait notamment béatifié en 1996 dans le stade olympique de Berlin (construit pour les Jeux olympiques de 1936) deux prêtres allemands victimes du nazisme et envoyés à Dachau : Bernhard Lichtenberg, qui avait dénoncé la persécution des Juifs et Karl Leisner, qui avait regretté en public qu’un attentat contre Hitler ait échoué.

A l’époque, l’association contestataire « Catholiques critiques de Berlin », avait toutefois critiqué la béatification de ces deux prêtres allemands courageux, en estimant qu’elle servait « à cacher qu’une majorité de l’Eglise a collaboré avec le nazisme ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...