Le patron du foot palestinien a encore plaidé pour l’exclusion d’Israël de la FIFA
Rechercher

Le patron du foot palestinien a encore plaidé pour l’exclusion d’Israël de la FIFA

Jibril Rajoub a dit "préférer aller directement vers des sanctions et une exclusion" de la fédération israélienne

Jibril Rajoub, responsable du Fatah, à Ramallah le 12 février 2014. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Jibril Rajoub, responsable du Fatah, à Ramallah le 12 février 2014. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Sans illusion au vu des recommandations faites à la fédération internationale sur la tenue de matches israéliens dans les implantations en Cisjordanie, les Palestiniens voudraient voir la FIFA mettre fin aux matches de six clubs de différentes divisions du championnat israélien qui disputent leurs rencontres à domicile dans des implantations de Cisjordanie.

Les implantations sont illégales au regard du droit international et ces matches reconnus par la fédération israélienne – le sont donc indirectement par la fédération internationale dont elle est membre.

Une commission de la FIFA présidée par le Sud-Africain Tokyo Sexwale a été créée en 2015 pour tenter de résoudre la querelle.

M. Sexwale a présenté en mars à Zurich ses recommandations au cours d’une séance qualifiée de « houleuse » en présence des Palestiniens et des Israéliens.

Présent à cette réunion, le président de la Fédération palestinienne de football Jibril Rajoub a détaillé ces préconisations – désormais « finales » selon lui – lundi devant la presse à al-Ram.

M. Rajoub a signifié qu’aucune de ces recommandations ne correspondait aux attentes palestiniennes.

Tokyo Sexwale annonçant sa candidature à la présidence de la FIFA le 27 octobre 2015 (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Tokyo Sexwale annonçant sa candidature à la présidence de la FIFA le 27 octobre 2015 (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Il a de nouveau dit « préférer aller directement vers des sanctions et une exclusion » de la fédération israélienne. Mais il s’est déclaré « réaliste ». « J’apprécie et je respecte ce que (la FIFA) a fait », a-t-il affirmé.

La première recommandation propose le maintien d’un statu quo, « en violation des résolutions internationales », a-t-il dit.

La seconde rappelle que les statuts de la FIFA interdisent à toute fédération d’organiser des matches sur un territoire qui n’est pas le sien, sans l’accord de la fédération du pays concerné.

La troisième consisterait à rechercher un compromis mais, malgré les efforts faits selon lui par les Palestiniens, « l’autre partie persiste dans la politique d’un gouvernement raciste et expansionniste, donc je pense qu’il n’y a pas d’espoir », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...