Le PDG d’Orange dit à Netanyahu regretter « profondément » la polémique
Rechercher

Le PDG d’Orange dit à Netanyahu regretter « profondément » la polémique

Stéphane Richard avait déclaré au Caire, vouloir mettre fin au partenariat avec Partner communications

Le PDG français d'Orange Stéphane Richard (à gauche) assiste à une réunion au laboratoire de télécommunications français à Tel-Aviv, le 11 Juin, 2015. (Crédit :AFP PHOTO / DANIEL BAR ON)
Le PDG français d'Orange Stéphane Richard (à gauche) assiste à une réunion au laboratoire de télécommunications français à Tel-Aviv, le 11 Juin, 2015. (Crédit :AFP PHOTO / DANIEL BAR ON)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a rencontré ce matin, à Jérusalem, le PDG d’Orange Stéphane Richard.

Il lui a dit au début de cette rencontre : « Ce n’est pas un secret que les remarques que vous avez faites la semaine dernière ont été largement considérées comme une attaque contre Israël et donc votre visite ici est une occasion de remettre les pendules à l’heure. Israël est le seul pays au Moyen-Orient qui garantit les droits civiques. C’est l’un des seuls pays dans le Moyen-Orient où tout le monde est protégé en vertu de la loi de façon égale. Nous cherchons une paix authentique et sécurisée avec nos voisins palestiniens, mais qui ne peut être obtenue que par des négociations directes entre les parties sans conditions préalables. Elle ne sera pas obtenue par des boycotts et par des menaces de boycott ».

Le PDG d’Orange Stéphane Richard a expliqué au Premier ministre Benjamin Netanyahu regretter « profondément » la vive controverse causée en Israël par ses récents propos sur un retrait de la marque Orange de ce pays, a indiqué le groupe dans un communiqué.

« J’ai été personnellement et profondément ébranlé devant l’effet produit par les malentendus et les distorsions auxquels ont donné lieu mes récentes déclarations sur la mise en œuvre de notre stratégie de marque ici (en Israël). Je regrette profondément l’impact résultant du contexte et de l’interprétation de ces déclarations », a dit Richard à Netanyahu selon le communiqué du groupe de téléphonie français.

« Cette rencontre est pour moi l’occasion de dire avec clarté et sans ambiguïté qu’Orange ne prend part à aucun boycott en Israël ou ailleurs », a-t-il dit.

Il a aussi certifié qu’Orange n’avait pas l’intention de se retirer d’Israël mais avait au contraire l’intention de « continuer à développer » ses implantations dans le pays.

Richard a provoqué une levée de boucliers en Israël en déclarant le 3 juin au Caire que son groupe retirerait sa marque d’Israël « demain matin » s’il ne s’exposait pas à de gros risques de demande de dédommagement de la part de l’opérateur israélien Partner.

Orange n’est pas opérateur en Israël mais permet à Partner d’utiliser sa marque et son image en vertu d’un contrat de licence courant jusqu’en 2025.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...