Rechercher

Le Pen appelle Zemmour à se rallier à sa candidature

"Il est maintenant clair que s’il n’est pas candidat, je serais devant Emmanuel Macron au premier tour," a affirmé la chef du RN

La présidente du Front National français d'extrême-droite Marine Le Pen s'exprime durant le congrès de son parti à Lille, après sa réélection à la tête du parti, le 11 mars 2018 (Crédit :  AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN)
La présidente du Front National français d'extrême-droite Marine Le Pen s'exprime durant le congrès de son parti à Lille, après sa réélection à la tête du parti, le 11 mars 2018 (Crédit : AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN)

La candidate RN à l’Elysée Marine Le Pen a appelé dimanche le polémiste Eric Zemmour à se rallier à sa candidature, estimant qu’il n’était pas en mesure de battre Emmanuel Macron à la présidentielle de 2022.

« De manière générale, la mue de polémiste en candidat à la présidentielle ne s’est pas faite », a-t-elle affirmé au grand jury LCI/RTL/LeFigaro. Il « n’a pas l’air très à l’aise dans cet exercice », a-t-elle ajouté, en allusion au déplacement chahuté du polémiste à Marseille qui s’est terminé par un échange de doigts d’honneur avec une habitante.

Une femme s’est en effet approchée de la voiture du polémiste, qui a accepté de baisser sa vitre. Elle lui a fait un doigt d’honneur, avant qu’Éric Zemmour n’en fasse un à son tour en affirmant « et bien profond », pendant que sa proche conseillère Sarah Knafo riait, a rapporté le photographe.

La scène a eu lieu à la sortie d’un restaurant à Marseille près de la mairie, après une visite à la cathédrale La Major.

(COMBO) Cette combinaison d’images créée le 27 novembre 2021 montre (à gauche) une femme faisant un doigt d’honneur à Eric Zemmour, puis Zemmour lui faisant un geste, alors qu’il part dans sa voiture après une visite à Marseille, dans le sud de la France, le 27 novembre 2021. (Crédit : Nicolas TUCAT / AFP)

A la sortie de la cathédrale, interrogé sur l’hypothèse qu’il ne soit plus candidat, Eric Zemmour a répondu « voilà une grande question presque métaphysique ».

A propos de la date de l’annonce de sa décision, qui pourrait intervenir mardi ou mercredi, selon plusieurs sources, son entourage a déclaré : « on attend qu’il appuie sur le bouton. On attend tous d’ailleurs. Mais on est prêts, nous ».

Le sénateur RN Stéphane Ravier, soutien de la candidate du RN Marine Le Pen, a fait visiter au polémiste l’église de La Major, sans prévenir la candidate. Les deux hommes ont ensuite appelé chacun, devant la presse, au « rassemblement » au second tour de l’élection présidentielle contre Emmanuel Macron. M. Ravier a fait part de son « soutien amical » à Eric Zemmour.

Eric Zemmour s’est lancé en septembre dans la pré-campagne « sur une promesse qui était celle de pouvoir battre Emmanuel Macron et donc de rassembler plus largement que moi. Cette promesse, aujourd’hui, clairement, elle n’est pas tenue », a-t-elle ajouté.

« Oui, bien sûr », a répondu Mme Le Pen à la question « appelez-vous Eric Zemmour à vous rejoindre ? ». « Il est maintenant clair que s’il n’est pas candidat je serais devant Emmanuel Macron au premier tour. Compte tenu du fait qu’au second je suis donnée à 46 %, je pense que la famille nationale a la possibilité de gagner », a-t-elle ajouté, en référence au dernier sondage Ifop-Fiducial publié dimanche dans le JDD.

Selon elle, Eric Zemmour « n’apporte pas une plus-value supplémentaire à nos idées. Je crois donc qu’il est temps de faire maintenant le rassemblement ».

Dans un sondage Ifop/Fiducial pour le Journal du dimanche et Sud-Radio, Emmanuel Macron (stable, entre 25 et 28 %) et Marine Le Pen (entre 19 et 20 %) seraient toujours en tête si l’élection présidentielle avait lieu dimanche, alors que le candidat putatif Eric Zemmour perd deux à trois points en trois semaines (entre 14 et 15 %).

La visite prévue samedi d’Eric Zemmour du marché au poissons sur le Vieux Port a, elle, été annulée, en raison de la pluie et de la présence de manifestants, selon son entourage.

Vendredi après-midi, le polémiste avait déambulé moins de 15 minutes, sans rencontrer personne, dans le quartier du Panier, sous les cris de manifestants qui scandaient « Zemmour casse-toi, Marseille antiraciste ». « Ce n’est pas des Marseillais, c’est des militants », avait répondu M. Zemmour.

Le matin, à bord du TGV en direction de Marseille, Éric Zemmour était descendu du train à Aix-en-Provence au lieu de la cité phocéenne, où l’attendaient des manifestants opposés à sa venue.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...