Le père de Bar Refaeli inculpé pour avoir menacé un maire-ajoint
Rechercher

Le père de Bar Refaeli inculpé pour avoir menacé un maire-ajoint

Rafi, le père de la mannequin, clame que la police le harcèle après avoir échoué à l'épingler sur de précédentes accusations

Rafi Refaeli, le père de la mannequin israélienne Bar Refaeli, en 2007. (Crédit : Michal Fattal/Flash90)
Rafi Refaeli, le père de la mannequin israélienne Bar Refaeli, en 2007. (Crédit : Michal Fattal/Flash90)

La police israélienne a inculpé mardi le père de la mannequin israélienne Bar Refaeli pour des menaces qu’il aurait faites au maire-adjoint de Hod HaSharon, au cours d’une altercation survenue au bord d’une route au mois d’août.

Selon la mise en accusation, Rafi Refaeli aurait klaxonné de façon répétée à l’attention de Yoav Rozen, tandis que ce dernier était arrêté devant lui à un feu rouge. Lorsque Rozen est reparti à une vitesse estimée par Refaeli comme étant trop lente, le père de la star a commencé à s’en prendre au maire-adjoint, a rapporté la Deuxième chaîne.

Lorsque Rozen a voulu stationner sa voiture, Refaeli a fait la même chose à côté de lui, se précipitant hors de son véhicule, injuriant ouvertement le fonctionnaire et le menaçant de mort, a indiqué le reportage.

Refaeli a démenti les accusations, affirmant ne pas avoir été présent lorsque l’incident a eu lieu. « Ils me poursuivent comme ça parce qu’ils ne sont pas parvenus à me faire inculper dans l’affaire de la policière », a-t-il déclaré à la chaîne de télévision.

Illustration d'une voiture de police à Jérusalem, novembre 2013 (Crédit photo : Yonatan Sindel/Flash 90)
Illustration d’une voiture de police à Jérusalem, novembre 2013 (Crédit photo : Yonatan Sindel/Flash 90)

Au mois d’août, la police avait été appelée au domicile des Refaeli à Kfar Saba à 4 heures du matin environ en raison de plaintes sur le bruit excessif provenant de leur habitation. Lorsqu’une policière était entrée dans la cour de Refaeli et lui avait dit de baisser la musique, il l’aurait faite sortir par la force de la propriété, lui criant qu’elle n’avait pas le droit d’y pénétrer et lui fermant le portail au visage. Toutefois, les accusations contre lui ont été abandonnées le mois dernier en raison d’un manque de preuves.

Répondant à la mise en accusation de mardi, Refaeli a déclaré : « Je poursuivrai le maire-adjoint s’il ne présente pas ses excuses. Il m’accuse de manière mensongère et me calomnie. Même si j’ai voté pour lui, je n’ai jamais rencontré cet homme ».

Refaeli during a shoot in 2011 (photo credit: Meir Partush/Flash90)
Bar Refaeli en 2011 (Crédit : Meir Partush/Flash90)

Après que la plainte a été déposée contre lui, Refaeli s’est rendu de son propre gré au commissariat de Kfar Saba pour donner les séquences vidéo enregistrées par une caméra de sécurité embarquée sur le tableau de bord de son véhicule.

« Je ne me suis querellé avec personne, je n’ai attaqué personne et je n’ai insulté personne. Ma mémoire est bonne », a-t-il commenté.

Le récit fait par Rozen est toutefois différent. « Il m’a semblé être quelqu’un de la pègre », a déclaré le maire-adjoint à la Deuxième chaîne.

« Après qu’il m’a agressé, j’ai demandé au propriétaire d’un magasin de vêtements situé à proximité : ‘C’est qui, ce dingue ?’ et il m’a répondu : ‘Vous ne le connaissez pas ?’ et j’ai dit : ‘Sincèrement, non.’ Je ne l’avais pas reconnu », a raconté Rozen en relatant l’incident.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...