Le père d’un suspect mort dans une course-poursuite à Jaffa clame l’innocence de son fils
Rechercher

Le père d’un suspect mort dans une course-poursuite à Jaffa clame l’innocence de son fils

Après des émeutes déclenchées vendredi par une fusillade, les parents suggèrent que les policiers ont pris leur fils pour le suspect qui était recherché et qui se trouvait lui aussi sur un scooter

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Une voiture de patrouille de la police israélienne. Illustration. (Crédit : Moti Karelitz/Flash90)
Une voiture de patrouille de la police israélienne. Illustration. (Crédit : Moti Karelitz/Flash90)

Le père d’un suspect qui a été tué par la police durant une course poursuite à travers les rues de Jaffa suite à une fusillade a indiqué dimanche que son fils était innocent et qu’il avait été assassiné.

Un habitant de la ville avait été tué par balles par les policiers alors qu’il fuyait la scène d’une fusillade dans le port de la municipalité, lors des premières heures de la matinée de samedi.

Alors que les informations portant sur la fusillade se sont propagées, des émeutes ont éclaté dans la ville et se sont poursuivies au cours des funérailles du jeune homme de 22 ans, dont le nom a été soumis à une ordonnance de non-publication.

S’exprimant au micro de la radio militaire israélienne après la fusillade, le père, en deuil, a déclaré que son fils avait été victime d’une confusion d’identité.

« La police a pourchassé mon fils, lui a tiré dessus et l’a assassiné de sang-froid », a indiqué le père, qui a été identifié sous le nom de Jamal.

« Un garçon avec un scooter », a ajouté Jamal. « A mon avis, la [police] pourchassait quelqu’un d’autre, l’a remarqué et lui a tiré dessus. Il n’avait rien à voir, peut-être qu’ils ont identifié un scooter qui était de la même couleur, ou peut-être que le suspect avait la même corpulence, mais mon fils n’avait rien à voir avec une quelconque fusillade à Jaffa. Il n’était pas armé ».

« On l’a pourchassé et on lui a tiré dessus à bout portant », a-t-il poursuivi, définissant comme « mensongères » les affirmations des policiers disant que le fils avait brandi une arme.

« Il ne faisait apparemment que passer avec son scooter. S’ils le pourchassaient, pourquoi est-ce qu’on lui a tiré dans la tête ? Pourquoi est-ce qu’on l’a tué ? On aurait pu tirer dans ses pneus ».

Jamal a également rejeté les déclarations faites par les forces de l’ordre, qui ont indiqué avoir tenté de tirer sur les roues du scooter. Il a expliqué qu’une autopsie avait révélé que son fils avait reçu cinq balles dans la partie supérieure de son corps.

La police a fait savoir que les agents avaient ouvert le feu, tôt dans la matinée de samedi, sur deux hommes qui étaient soupçonnés d’être impliqués dans une fusillade sur le port de Jaffa.

Selon la police, les hommes avaient tenté de fuir la scène sur des vélomoteurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...