Le petit-fils de Kahane entame une grève de la faim
Rechercher

Le petit-fils de Kahane entame une grève de la faim

Meir Ettinger proteste contre sa détention administrative et dit qu'il est prêt à mourir de faim à moins qu'il puisse parler à sa femme

Meir Ettinger, dirigeant d'un groupe extrémiste juif, devant la cour de justice israélienne à Nazareth Illit le 4 août 2015. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Meir Ettinger, dirigeant d'un groupe extrémiste juif, devant la cour de justice israélienne à Nazareth Illit le 4 août 2015. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le militant d’extrême-droite Meir Ettinger, détenu en détention administrative par Israël pour des liens présumés avec des attaques violentes, a commencé jeudi une grève de la faim pour protester contre sa détention en condition d’isolement.

Ettinger, 23 ans, est le petit-fils du rabbin d’extrême droite assassiné Meir Kahane et le chef présumé d’un groupe extrémiste de résidents des implantations, a été emprisonné sans procès en août dans le cadre d’une vague de répression après que la maison d’une famille palestinienne ait été incendiée dans le village de Duma en Cisjordanie.

Trois membres de la famille – la mère, le père et un bébé de 18 mois – avaient été tués dans l’incendie criminel. Seul Ahmad, 4 ans a survécu, et est actuellement soigné en Israël pour ses graves brûlures.

Deux autres activistes juifs d’extrême-droite, Evyatar Slonim et Mordechai Mayer, ont également été arrêtés et placés en détention administrative, selon les consignes du ministère de la Défense.

Slonim a également été placé en isolement, mais la détention en isolement de Mayer a été retardée en raison d’un recours de dernière minute de son avocat.

L’administration pénitentiaire a refusé de détailler les raisons pour lesquelles Ettinger avait été placé en isolement et que lui a été refusé l’accès à un téléphone, en disant juste qu’elle était due à des considérations venant de son unité du renseignement, a déclaré à la Deuxième chaîne l’avocate d’Ettinger.

Ettinger a dit qu’il allait continuer sa grève de la faim jusqu’à ce qu’il soit autorisé à téléphoner à sa femme.

« Nous sommes consternés de voir la détérioration des conditions des détenus administratifs juifs, » a affirmé son avocate Sima Kochav, « surtout quand elle a lieu sans motif ou raison. La mesure est injustifiée, disproportionnée et illégale ».

Ettinger est soupçonné d’incitation à la violence et de conspiration, et d’être à l’origine de l’incendie de l’église de la Multiplication et l’incendie de la maison des Dawabsha fin juillet, avait déclaré son avocate après son arrestation en août.

Le militant d’extrême-droite avait eu des démêlés antérieurs avec les autorités. Il a été emprisonné pendant six mois dans une « affaire d’espionnage » en 2012, pour avoir recueilli des renseignements sur les plans de l’armée israélienne pour l’évacuation d’implantations.

En janvier 2014, il avait été détenu en captivité par des villageois palestiniens pendant plus de deux heures, avec plusieurs autres activistes qui s’étaient joints à lui à l’époque dans une tentative d’attaque « Prix à payer » présumée. Il avait vécu à Safed dans les mois avant sa détention après que les autorités lui aient ordonné de se tenir à l’écart de la Cisjordanie et de Jérusalem.

Simona Weinglass a contribué à cet article

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...