Le petit-fils d’un terroriste de Munich candidat des démocrates en Californie
Rechercher

Le petit-fils d’un terroriste de Munich candidat des démocrates en Californie

Ammar Campa-Najjar, dont le grand-père avait été l'un des cerveaux du massacre commis aux JO, a rejeté le terrorisme de son aïeul

Une photo non-datée d'Ammar Campa-Najjar, candidat démocrate au congrès du 50ème district de Californie (Capture d'écran : Facebook)
Une photo non-datée d'Ammar Campa-Najjar, candidat démocrate au congrès du 50ème district de Californie (Capture d'écran : Facebook)

WASHINGTON — Les démocrates de Californie ont accepté la candidature à un siège au congrès du petit-fils de l’un des cerveaux du massacre de Munich.

La candidature d’Ammar Campa-Najjar, un Américain palestinien, a été approuvée lors de la convention du parti dans l’état de Californie, le week-end dernier, en vue des primaires du mois de juin dans le 50ème district, une zone située à l’intérieur des terres à l’ouest de San Diego. Campa-Najjar a noué des liens avec la communauté juive locale.

C’est Duncan Hunter, un républicain, qui occupe actuellement le fauteuil.

Le grand-père de Campa-Najjar était Muhammad Yusuf al-Najjar, l’un des cerveaux de l’attentat terroriste au cours duquel 11 athlètes et entraîneurs israéliens avaient été assassinés lors des Jeux olympiques de 1972 en Allemagne. Al-Najjar avait été tué un an plus tard par des commandos israéliens.

Ce qu’il faut retenir des J.O. de Munich 1972, selon Le Monde

Haaretz avait récemment annoncé la candidature de Campa-Najjar, précisant qu’il rejetait le terrorisme mis en oeuvre par son grand-père. Campa-Najjar, qui a vécu pendant qu’il était jeune dans la bande de Gaza, a indiqué que « l’objectif de notre génération est d’être meilleurs que ne l’ont été nos prédécesseurs et de trouver un moyen de mettre un terme à ce conflit ».

Haaretz a cité deux rabbins locaux qui ont évoqué l’engagement de Campa-Najjar à l’égard de la sécurité d’Israël, qu’il ne considère pas comme incompatible avec les droits des Palestiniens.

Après la publication de l’article, Campa-Najjar a expliqué aux médias locaux qu’au nom des familles israéliennes des athlètes assassinées, il espérait que son histoire personnelle ne serait pas manipulée à des fins politiques.

« Au nom des victimes, j’espère que cette tragédie ne sera pas politisée. Mais si ces blessures anciennes doivent être rouvertes, alors je prie Dieu de donner un sens à cette douleur indicible », a-t-il dit au San Diego Tribune dans une déclaration.

« Je prie pour que ce sens soit celui d’une priorité accordée à la paix par ma génération – Palestiniens, Israéliens comme aussi l’humanité toute entière ».

« Les Palestiniens et les Israéliens ont trop perdu au cours de ces années où le sang a coulé, et c’est pour cette raison que je m’engage à négocier une paix durable de mon vivant », a-t-il ajouté.

Dans sa déclaration, Campa-Najjar a qualifié l’accord de paix israélo-palestinien d’élément « qu’aucune partie ne désire mais dont tout le monde a besoin ».

Campa-Najjar souligne, dans sa campagne, les inégalités de revenus. Il est un admirateur du sénateur du Vermont, Bernie Sanders, dont la course à la nomination démocrate pour la présidence a fait de lui le tout premier candidat juif à gagner une telle compétition au sein d’un parti majeur.

Hunter, qui fait actuellement l’objet d’une enquête fédérale concernant des irrégularités financières, doit également affronter plusieurs challengers aux primaires républicaines.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...