Le Planning familial salue la “bagarre” de Simone Veil pour l’IVG
Rechercher

Le Planning familial salue la “bagarre” de Simone Veil pour l’IVG

Alors qu'une femme meurt “toutes les 9 minutes dans le monde des suites d’un avortement clandestin”, le combat de Simone Veil reste d'actualité

Simone Veil, ministre de la Santé, défend le projet de loi autorisant l'avortement à l'Assemblée nationale française, le 26 novembre 1974. (Crédit : AFP)
Simone Veil, ministre de la Santé, défend le projet de loi autorisant l'avortement à l'Assemblée nationale française, le 26 novembre 1974. (Crédit : AFP)

Le Planning familial a exprimé vendredi son « immense tristesse » après le décès de Simone Veil, saluant sa « bagarre » pour le droit à l’avortement dans une « Assemblée profondément hostile », un combat qui « demeure d’une brûlante actualité ».

« Nous sommes très tristes d’apprendre la mort de cette femme qui s’est battue pour faire reconnaître l’avortement comme étant un choix des femmes dans un climat hostile », a expliqué à l’AFP la coprésidente du Planning familial, Véronique Sehier.

« Cette bagarre, elle l’a faite au sein d’une Assemblée [nationale, ndlr] profondément hostile » très majoritairement masculine, a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, le Planning familial souligne que « le combat de Simone Veil demeure d’une brûlante actualité », alors qu’une femme meurt « toutes les 9 minutes dans le monde des suites d’un avortement clandestin ».

« En France et en Europe, les opposants au droit de choisir s’organisent pour attaquer et entraver ce droit fondamental des femmes », s’est-il alarmé.

« ‘Il suffit d’écouter les femmes’, disait Simone Veil ». Continuer à agir pour que toutes les femmes […] soient écoutées […] c’est le plus bel hommage que nous puissions » lui rendre, a jugé le Planning familial.

L’ancienne ministre et rescapée de la Shoah est décédée vendredi, à l’âge de 89 ans. Elle avait défendu la loi légalisant l’avortement en 1974.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...