Le président de l’Association France Palestine interpellé à Paris
Rechercher

Le président de l’Association France Palestine interpellé à Paris

Bertrand Heilbronn a organisé un rassemblement "interdit" à proximité du ministère des Affaires étrangères

Illustration : Manifestation aniti-israélienne - 23 juillet 2014 - (Crédit : AFP)
Illustration : Manifestation aniti-israélienne - 23 juillet 2014 - (Crédit : AFP)

Le président de l’Association France Palestine Solidarité a été placé en garde à vue mercredi après un rassemblement « interdit » à proximité du ministère des Affaires étrangères à Paris, a-t-on appris auprès de la préfecture de police et de l’association.

Bertrand Heilbronn a été interpellé « à la sortie de son entretien au MEAE (Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, ndlr) », a tweeté l’Association France Palestine Solidarité, en exigeant sa « libération immédiate ».

« Il a été arrêté par la police pour avoir organisé le rassemblement pacifiste qui accompagnait la délégation reçue (avec 3 parlementaires dont je fais partie) », a de son côté tweeté la députée d’extrême gauche PCF Elsa Faucillon.

La « manifestation était interdite et l’interdiction avait été rappelée », a précisé la préfecture de police de Paris, interrogée par l’AFP.

Il y a aussi eu des verbalisations, a indiqué la préfecture.

La Préfecture de police a interdit mercredi un rassemblement à Paris à l’appel de plusieurs organisations alors que l’affrontement entre le groupe terroriste palestinien du Hamas et Israël ne montrait aucun signe d’apaisement.

A Grenoble, une manifestation appelée par l’antenne locale de France Palestine Solidarité a réuni sans incident quelque 350 personnes, selon la préfecture.

Aux chants de « honte à toi, Israël » et « vive la Palestine », les activistes ont souhaité « soutenir le peuple palestinien », comme l’a indiqué Ghizlane, 35 ans, qui est venue après « avoir vu ça sur (le réseau social) Snap(chat). »

Entourée de drapeaux palestiniens, elle se dit très émue d’avoir « vu des enfants morts » à Gaza, où l’armée israélienne mène des bombardements depuis lundi en représailles aux quelques 1 300 roquettes et obus lancés par le Hamas et le Jihad islamique sur l’État juif.

Pour Mouaz, 25 ans, ce sont avant tout « les bombardements à Gaza, qui ont fait plusieurs dizaines de morts et de blessés » qui le révoltent et l’ont poussé à venir mercredi soir, drapeau palestinien sur les épaules.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...