Le président des Philippines, qui s’était comparé à Hitler, bientôt en Israël
Rechercher

Le président des Philippines, qui s’était comparé à Hitler, bientôt en Israël

Rodrigo Duterte sera le premier président de son pays à visiter l'État juif et il n'ira pas à Ramallah

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président philippin Rodrigo Duterte passe en revue la garde d'honneur alors qu'il arrive à l'aéroport international de Manille le 24 mai 2017. (AFP/Noel Celis)
Le président philippin Rodrigo Duterte passe en revue la garde d'honneur alors qu'il arrive à l'aéroport international de Manille le 24 mai 2017. (AFP/Noel Celis)

Le président controversé des Philippines, Rodrigo Duterte, est attendu en Israël début septembre, a confirmé mardi un responsable israélien.

Duterte, qui s’était comparé à Adolf Hitler, sera le premier dirigeant des Philippines à visiter l’État juif.

En mai 2017, Duterte, qui a été largement critiqué pour des exécutions extrajudiciaires massives, avait annoncé qu’il viendrait en Israël, mais la visite ne s’était jamais produite.

Les Philippines sont considérées comme un pays plus ou moins favorable à Israël. Par exemple, le pays s’est abstenu lors d’un vote à l’Assemblée générale des Nations unies en décembre 2017, critiquant la reconnaissance par l’administration américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël.

Selon des rapports non vérifiés, Duterte est favorable au souhait d’Israël de voir tous les pays déplacer leurs ambassades à Jérusalem et il envisage de le faire.

En Israël, Duterte signera des accords sur les ressortissants philippins qui prodiguent des soins de longue durée dans l’État juif, et sur la lutte contre le trafic de drogue, selon un article paru dans le quotidien Yedioth Ahronoth. Avec ses interlocuteurs israéliens, il devrait être question de la création de liaisons aériennes directes entre Israël et les Philippines, de coopération agricole et d’accords de sécurité.

Il semblerait qu’il ne rencontrera pas l’Autorité palestinienne.

Alors que Duterte, qui est président depuis 2016, a été critiqué pour sa politique sévère à l’égard des consommateurs de drogue et pour ses commentaires offensants, notamment en qualifiant l’ancien président américain Barack Obama de « fils de pute », Israël a maintenu des liens fructueux avec Manille, et continue de lui vendre des armes.

Dans un discours prononcé en 2016 dans une synagogue aux Philippines, Duterte a déclaré qu’il avait demandé à son conseiller à la sécurité nationale, le général à la retraite Hermogenes Esperson, de « n’acheter à personne d’autre qu’à Israël ».

Duterte s’était rendu à la synagogue pour s’excuser pour les propos qu’il avait tenus la semaine précédente, comparant son désir d’“exterminer” les toxicomanes de son pays avec l’extermination des Juifs par Hitler.

« Hitler a exterminé trois millions de Juifs. Aujourd’hui, il y a trois millions de toxicomanes [aux Philippines]. Je serais heureux de les exterminer », avait déclaré Duterte dans sa ville natale de Davao après son retour d’une visite au Vietnam le 30 septembre.

Duterte a dit avoir « présenté de sincères excuses » au peuple juif, mais a maintenu qu’il « exterminera trois millions de personnes ».

Les critiques ont mis en garde contre les exécutions extrajudiciaires et d’autres violations généralisées des droits humains lors de la répression, et Amnesty International a déclaré l’année dernière que Duterte pourrait être coupable de crimes contre l’humanité.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...