Rechercher

Une proposition de loi sur l’indemnisation des victimes de Meron repoussée

Pour le ministre de la Justice, la question doit être résolue par une décision du gouvernement et non par une loi ; le ministre des Finances n'interviendra qu'à la fin de l'enquête

Les victimes de Lag B'Omer à Meron, du 30 avril 2021 : Chen Doron, Haim Rock, Ariel Tzadik, Yossi Kohn, Yisrael Anakvah, Yishai Mualem, Yosef Mastorov, Elkana Shiloh and Moshe Levy, Shlomo Zalman Leibowitz, Shmuel Zvi Klagsbald, Mordechai Fakata, Dubi Steinmetz, Abraham Daniel Ambon, Eliezer Gafner, Yosef Greenbaum, Yehuda Leib Rubin and Yaakov Elchanan Starkovsky, Haim Seler, Yehoshua Englard, Moshe Natan Neta Englard, Yedidia Hayut, Moshe Ben Shalom, David Krauss, Eliezer Tzvi Joseph, Yosef Yehuda Levy and Yosef Amram Tauber, Menachem Knoblowitz, Elazar Yitzchok Koltai, Yosef David Elhadad, Shraga Gestetner, Yonatan Hebroni, Shimon Matalon, Elazar Mordechai Goldberg, Moshe Bergman, Daniel Morris, Ariel Achdut, Moshe Mordechai Elhadad, Hanoch Slod, Yedidya Fogel, Menahem Zakbah, Simcha Diskind, Moshe Tzarfati, Nahman Kirshbaum et Eliyahu Cohen (de haut en bas, de gauche à droite).
Les victimes de Lag B'Omer à Meron, du 30 avril 2021 : Chen Doron, Haim Rock, Ariel Tzadik, Yossi Kohn, Yisrael Anakvah, Yishai Mualem, Yosef Mastorov, Elkana Shiloh and Moshe Levy, Shlomo Zalman Leibowitz, Shmuel Zvi Klagsbald, Mordechai Fakata, Dubi Steinmetz, Abraham Daniel Ambon, Eliezer Gafner, Yosef Greenbaum, Yehuda Leib Rubin and Yaakov Elchanan Starkovsky, Haim Seler, Yehoshua Englard, Moshe Natan Neta Englard, Yedidia Hayut, Moshe Ben Shalom, David Krauss, Eliezer Tzvi Joseph, Yosef Yehuda Levy and Yosef Amram Tauber, Menachem Knoblowitz, Elazar Yitzchok Koltai, Yosef David Elhadad, Shraga Gestetner, Yonatan Hebroni, Shimon Matalon, Elazar Mordechai Goldberg, Moshe Bergman, Daniel Morris, Ariel Achdut, Moshe Mordechai Elhadad, Hanoch Slod, Yedidya Fogel, Menahem Zakbah, Simcha Diskind, Moshe Tzarfati, Nahman Kirshbaum et Eliyahu Cohen (de haut en bas, de gauche à droite).

Une commission de la Knesset a repoussé dimanche une proposition de loi de l’opposition prévoyant l’indemnisation des victimes de la catastrophe du mont Meron en avril dernier, qui a fait 45 morts et plus de 150 blessés dans un mouvement de foule mortel. Le ministre de la Justice Gideon Saar a en effet déclaré que la question devait être résolue par une décision du gouvernement plutôt que par une loi.

Cependant, une telle décision ne semble pas être à l’ordre du jour, le ministère des Finances ayant déclaré qu’il ne discuterait de la question qu’une fois que la commission d’enquête de l’État sur le drame aurait présenté ses conclusions finales. Il n’y a pas de date limite connue pour la finalisation des conclusions de l’enquête, bien que des conclusions provisoires aient été publiées en novembre et qu’une nouvelle discussion ait été organisée par la commission dimanche.

La commission ministérielle de la Knesset chargée de la législation s’est réunie pour discuter d’une proposition de loi présentée par le député Yaakov Asher (Yahadout HaTorah), visant à indemniser les familles des victimes et les personnes blessées lors de la célébration surpeuplée de Lag Baomer sur le site de pèlerinage dans le nord d’Israël.

« L’aide financière aurait dû être accordée il y a longtemps », a déclaré Asher. « Chaque jour qui passe est synonyme de détresse et de difficultés pour les familles qui attendent en vain depuis plus de huit mois. »

Le député Yaakov Asher (JUT) lors de sa prestation de serment au plénum de la Knesset, le 25 mai 2016. (Bureau du porte-parole de la Knesset)

Au cours de la discussion, Saar a indiqué avoir appelé le ministre des Finances Avigdor Liberman à allouer des fonds pour la compensation dans le cadre d’une décision du cabinet.

« Je pense que le gouvernement peut et doit résoudre ce problème », a déclaré Saar. « Nous pouvons résoudre ce problème non pas par le biais d’une loi mais par une décision du gouvernement. J’ai remis une certaine proposition au ministre des Finances qui comprend les grandes lignes d’une solution. »

Saar a plaidé pour que le texte d’Asher soit repoussé de trois mois, soulignant qu’il ne s’agissait « pas d’un rejet de la question, c’est un rejet de la proposition de loi. » Il a dit être au courant de la menace des familles des victimes d’intenter une action en justice sur la question, exprimant l’espoir que la question serait résolue « bien avant ».

Plusieurs élus de la coalition ont soutenu la position de Saar. Asher a déclaré qu’il soutiendrait une telle décision, ajoutant que cela ne devrait pas prendre plus de deux ou trois semaines.

Le ministre de la Justice Gideon Sa’ar dirige une réunion de la faction Nouvel espoir à la Knesset, le 8 novembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

« C’est le cas de certaines familles qui sont dans une réelle pauvreté », a déclaré la ministre de l’Environnement Tamar Zandberg (Meretz). « Il est assez évident qu’elles ont besoin d’une indemnisation. Pour une raison quelconque, on les a laissées attendre la commission. »

« Les familles des sinistrés de Meron seront indemnisées, et mieux vaut tôt que tard que jamais », a déclaré la députée travailliste Efrat Rayten.

Cependant, reflétant les opinions divergentes au sein de la coalition hétéroclite – qui comprend des partis dépensiers pro-gouvernementaux ainsi que des factions capitalistes centristes et de droite – le bureau de Liberman a déclaré dimanche que « l’approche du ministre est d’attendre les résultats de la commission d’enquête de l’État, et seulement ensuite de discuter de l’indemnisation. »

Un forum représentant les familles des victimes a réagi au report du projet de loi, exprimant l’espoir qu’une décision du gouvernement est effectivement à venir.

Les forces de secours israéliennes et la police sur les lieux de l’écrasement mortel lors des célébrations de Lag B’Omer sur le mont Meron, dans le nord d’Israël, le 30 avril 2021. (David Cohen/Flash90)

« L’aide initiale aux familles de la tragédie n’aurait pas dû prendre autant de mois ; c’est un retard inutile qui n’aurait pas dû se produire », a-t-il déclaré.

La tragédie de Meron s’est produite le 30 avril, alors que des milliers de personnes célébrant les festivités de Lag B’Omer sur la tombe du sage du deuxième siècle Rabbi Shimon bar Yochaï se sont engouffrées dans une allée étroite. Certaines personnes sont tombées sur la passerelle et ont dévalé une volée d’escaliers à son extrémité, tombant sur ceux qui se trouvaient en dessous et déclenchant un effet domino fatal.

Ce mouvement de foule fatal été attribué à des remparts et des passerelles mal installés.

La commission d’enquête de l’État, présidée par Miriam Naor, ex-présidente de la Cour suprême à la retraite, a entendu les témoignages d’un large éventail de personnalités du gouvernement, de représentants des forces de l’ordre et de religieux depuis sa formation en août.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...