Le propriétaire du Beitar Jérusalem vend le club, invoquant le racisme de fans
Rechercher

Le propriétaire du Beitar Jérusalem vend le club, invoquant le racisme de fans

L'homme d'affaires Moshe Hogeg a cité le groupe de supporters racistes La Familia comme raison de son départ du club, trois ans après l'avoir acheté

Moshe Hogeg, homme d'affaires israélien et propriétaire du Beitar Jérusalem, sur le terrain d'entraînement de l'équipe à Jérusalem, le 25 juin 2019. (Crédit : Flash90) 
Moshe Hogeg, homme d'affaires israélien et propriétaire du Beitar Jérusalem, sur le terrain d'entraînement de l'équipe à Jérusalem, le 25 juin 2019. (Crédit : Flash90) 

L’homme d’affaires Moshe Hogeg a annoncé par surprise qu’il mettait en vente le Beitar Jérusalem, l’une des équipes de football les plus célèbres d’Israël, trois ans après avoir acheté le club. Son mandat a été tumultueux, alors qu’il s’est opposé au racisme anti-arabe de certains supporters et qu’il a essayé – sans succès – de vendre la moitié des parts du club à un homme d’affaires émirati.

Dans un communiqué, Hogeg a déclaré qu’après avoir consulté sa famille pendant la fête de Rosh HaShana, il avait décidé de quitter immédiatement le Beitar et de nommer l’avocat Itzhak Yunger en tant qu’administrateur temporaire, attribuant au groupe de supporters racistes La Familia la raison de son départ.

« Le Beitar Jérusalem n’est pas une entreprise », a-t-il écrit. « Moi et d’autres avant moi avons donné beaucoup d’argent à ce club. Je n’ai jamais demandé de médaille ni même un petit merci. Mais d’un autre côté, avec tout le respect que je vous dois, il est inacceptable que je donne des sommes énormes chaque mois, près de 120 millions de shekels, et que, lorsque j’entre dans le stade, j’entende des injures incessantes contre moi, ma femme et même mes enfants. »

« Je n’ai jamais été découragé par La Familia. J’ai combattu le racisme et la violence sans peur, j’ai fait venir un joueur musulman et je n’ai jamais baissé les bras, même aujourd’hui », a-t-il confié. « Ce combat ne s’arrête pas et continuera après moi. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...