Le rabbin Habad de Poway avait demandé à l’agent de prier armé – juste au cas où
Rechercher

Le rabbin Habad de Poway avait demandé à l’agent de prier armé – juste au cas où

L'agent Jonathan Morales avait conduit pendant 3h30 pour assister aux offices après avoir récemment découvert ses racines juives

Debra est chroniqueuse pour le Times of Israel.

Le rabbin Yisroel Goldstein prend la parole lors d'une conférence de presse à la synagogue Habad de Poway, le 28 avril 2019, à Poway, en Californie. (AP Photo/Denis Poroy)
Le rabbin Yisroel Goldstein prend la parole lors d'une conférence de presse à la synagogue Habad de Poway, le 28 avril 2019, à Poway, en Californie. (AP Photo/Denis Poroy)

POWAY, Californie – Jonathan Morales, un agent armé de la US Customs and Border Patrol qui a récemment découvert ses racines juives, faisait partie des fidèles de la synagogue Habad de Poway samedi lorsque John Earnest est entré dans la synagogue près de San Diego, pendant les offices de Pessah et a commencé à tirer.

Le tireur de 19 ans a tué Lori Gilbert-Kaye, 60 ans, et blessé trois personnes : le rabbin Yisroel Goldstein, Noya Dahan, 8 ans, et son oncle, Almog Peretz.

« Morales a récemment découvert ses racines juives. Il a fait trois heures et demie de route depuis [la ville californienne de] El Centro pour prier avec nous dans notre shul« , a dit Goldstein aux médias lors d’une conférence de presse tenue dimanche devant la synagogue. « Il considérait que c’était son lieu de culte. Et je lui ai souvent dit : ‘Jonathan, tu travailles pour la patrouille frontalière. S’il te plaît, sois armé quand tu es là, on ne sait jamais quand on en aura besoin' ».

Le président américain Donald Trump s’est entretenu avec Goldstein dimanche et s’est rendu sur Twitter pour féliciter le rabbin et Morales, écrivant : « Il n’était peut-être pas en service, mais ses compétences dans le domaine de l’application de la loi étaient bien réelles ! »

Quant à savoir pourquoi il n’y avait pas de gardes en service actif à la synagogue, dans une interview précédente avec CNN, Goldstein a déclaré : « Malheureusement, nous ne pouvions nous permettre d’avoir un agent de sécurité armé à chaque office, alors chaque fois que nous disposions de renforts, nous en étions très heureux ».

A un instant que Goldstein qualifia de « miraculeux », l’arme d’Earnest se bloqua et Oscar Stewart, un vétéran de l’armée de 51 ans, et Morales tentèrent de maîtriser l’homme armé. Morales a également réussi à ouvrir le feu et à le poursuivre.

Le tireur présumé de San Diego, John Earnest. (Capture d’écran : YouTube)

Après qu’Earnest s’est enfui de l’immeuble, Morales l’a poursuivi avec son propre véhicule et a tiré sur la voiture d’Earnest et l’a heurtée. Earnest s’est rapidement rendu aux forces de l’ordre.

Dimanche, Goldstein, avec ses deux mains bandées de pansements bleus récents, a raconté en détail la déchirante fusillade de samedi à Poway, une ville de banlieue située juste au nord de San Diego.

« Je me préparais pour mon sermon, je suis sorti du sanctuaire et je suis entré dans le hall et j’ai vu ma chère amie Lori Kaye », dit Goldstein. « Je suis entré dans la salle de banquet pour me laver les mains, j’ai marché deux ou trois pas et j’ai entendu un grand bruit. »

Ce bruit était le son des premiers coups de feu tirés par Earnest, un étudiant d’université qui est entré dans le centre Habad sans être détecté parmi un flot de personnes en deuil qui se réunissaient pour Yizkor, le service commémoratif traditionnel qui a lieu le dernier jour de Pessah.

Le rabbin Yisroel Goldstein, (à droite), est étreint alors qu’il quitte une conférence de presse à la synagogue Habad de Poway, le 28 avril 2019, à Poway, Californie. (AP Photo/Denis Poroy)

« Je me suis retourné et j’ai vu quelque chose d’indescriptible », poursuit Goldstein. « Il y avait là un jeune homme debout avec un fusil pointé droit sur moi. Il avait des lunettes de soleil. Je ne pouvais pas voir ses yeux, je ne pouvais pas voir son âme. »

Le rabbin a raconté que lorsqu’il a vu le tireur, il a d’abord été paralysé, puis il a levé les mains pour se couvrir le visage. Deux de ses doigts ont été arrachés ; l’un d’eux a été recousu par des chirurgiens au Palomar Medical Center de San Diego dans la soirée de samedi.

Mme Gilbert-Kaye, que sa famille et ses amis ont décrit samedi dernier comme une femme d’amour inconditionnel et de générosité sans limite, a été la seule victime du massacre d’Earnest.

Lori Gilbert-Kaye. (Crédit : Facebook)

Goldstein a pris plusieurs minutes pour remercier les forces de l’ordre du comté de San Diego et pour saluer le chaleureux soutien que la communauté locale a apporté à la suite de cette tragédie.

Un enchaînement de miracles

Au cours d’une série d’événements inouïs, le rabbin et une poignée de fidèles ont pu sauver un groupe d’enfants qui jouaient dans la salle de banquet adjacente, empêchant un véritable massacre.

« J’ai couru [pour rassembler les enfants] », dit Goldstein. « Ma petite-fille, qui a quatre ans et demi, a vu son grand-père avec une main qui saignait. Elle m’a vu crier : « Sortez ! Dehors ! Elle ne méritait pas de voir son grand-père comme ça. »

Aidé par Peretz, un ancien combattant israélien qui se trouvait également au centre Habad de Poway avec sa famille dimanche, Goldstein a pu faire sortir les enfants de la salle de banquet avec le tireur qui les poursuivait.

Mais, dans ce que Goldstein a qualifié de « miracle », l’arme d’Earnest s’est bloquée. Même lorsque Morales était encore aux trousses d’Earnest, les fidèles – qui s’étaient rassemblés dans le sanctuaire et qui auraient fait des cibles faciles pour Earnest si son arme n’avait pas été bloquée – se sont tous dirigés vers l’entrée du centre Habad.

Noya Dahan, 8 ans, se tient sur les épaules de son père, Israel Dahan, lors d’une veillée aux flambeaux organisée pour les victimes de la fusillade de la synagogue Habad de Poway, le 28 avril 2019 à Poway, Californie. (AP Photo/Denis Poroy)

La main de Goldstein saignait abondamment et ses deux doigts pendaient par le cartilage. « J’ai attrapé un châle de prière », dit-il, en bandant ses blessures et en se tenant debout sur une chaise pour s’adresser à ses fidèles.

« Je me suis dit : ‘Je dois faire quelque chose' », a-t-il raconté. « J’ai dit à nos fidèles : ‘Am Yisrael haï [Le peuple d’Israël est vivant]. Nous sommes une nation juive qui restera debout et nous ne laisserons personne ou quoi que ce soit nous abattre' ».

L’adieu à un « ange ».

« Lori a pris la balle à notre place. Elle est morte pour nous protéger. Elle ne méritait pas de mourir », a dit le rabbin Goldstein.

Mme Gilbert-Kaye était l’une des membres les plus anciennes et les plus dévouées de la communauté, a déclaré le rabbin aux médias. Ancienne employée de Wells Fargo, elle a joué un rôle déterminant pour aider le mouvement Habad Loubavitch à obtenir le prêt pour l’immeuble au début des années 1990. Elle et son mari Howard étaient si proches du rabbin et de sa femme qu’il y a deux semaines, ils se sont envolés pour New York pour le mariage de la plus jeune fille des Goldstein, et ont dansé avec la mariée.

Roneet Lev, amie de Lori Gilbert-Kaye, victime de la fusillade de la synagogue Habad de Poway, le 28 avril 2019. (Debra Kamin/Times of Israel)

Sa générosité et sa gentillesse ont été saluées dimanche par Roneet Lev, qui participait aux cérémonies de deuil au centre Habad de Poway. Lev a dit qu’elle était la meilleure amie de Kaye.

« Lori Kaye était un ange sur cette planète », a dit Lev. « Elle a marqué beaucoup de gens dans sa propre vie. Pas seulement dans cette communauté, mais dans le monde entier. »

Décrivant une femme qui avait toujours des cartes-cadeaux et des cartes de souhaits à offrir et qui achetait régulièrement des cafés et des donuts aux sans-abri qui se trouvaient dans la rue, Lev a expliqué que Kaye se trouvait à la synagogue Habad de Poway pour réciter la première prière de deuil, le kaddish, pour sa mère, qui venait de décéder.

La fille de Kaye, Hannah, vit à Los Angeles et est venue en voiture pour être avec sa mère pour l’office.

Lev a exprimé de l’espoir et de l’optimisme en parlant de son amie.

« Même dans cet horrible et douloureux événement, nous savons que le bien en sortira, a dit Mme Lev. « Lori était connue pour révéler le bon côté des gens. Et regardez ces fleurs. Regardez ces forces de l’ordre. Regardez les bonnes gens de San Diego. Lori est en train de les réunir. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...