Le rail néerlandais va enfin indemniser les victimes de la Shoah
Rechercher

Le rail néerlandais va enfin indemniser les victimes de la Shoah

La NS, qui qualifie cette période de son histoire de "page noire", s'est officiellement excusée en 2005, mais aucune indemnité n'a été versée jusqu'à maintenant

Ce monument à Amsterdam commémore Walraven van Hall. (Crédit : Wikimedia Commons/via JTA)
Ce monument à Amsterdam commémore Walraven van Hall. (Crédit : Wikimedia Commons/via JTA)

La compagnie néerlandaise des chemins de fer a annoncé mercredi qu’elle versera plusieurs dizaines de millions d’euros afin d’indemniser les Juifs déportés vers les camps de concentration nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ces indemnisations concernent à la fois les survivants et les proches de ceux qui sont décédés, a indiqué la société nationale Nederlandse Spoorwegen (NS).

« On estime que plusieurs milliers de personnes ont droit à l’allocation, dont environ 500 survivants », a déclaré la NS dans un communiqué.

La compagnie « consacrera plusieurs dizaines de millions d’euros » à ces indemnisations dans les années à venir.

La NS avait annoncé en novembre 2018 qu’elle allait indemniser les proches de Juifs déportés, et avait mis en place une commission afin de déterminer les montants.

L’entreprise, qui qualifie cette période de son histoire de « page noire », s’est officiellement excusée en 2005 pour ses actes commis pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aucune indemnité n’a été versée jusqu’à maintenant.

L’ancien physiothérapeute de l’équipe de football d’Amsterdam Ajax, Salo Muller, qui a perdu ses deux parents pendant la guerre, militait depuis 2017 pour une indemnisation de la part de la NS.

Le montant de l’indemnisation s’élèvera à 15 000 euros pour les survivants de la Shoah et entre 5 000 et 7 500 euros pour les enfants nés « avant, pendant ou après la Guerre », ainsi que pour les veufs et veuves, a déclaré un porte-parole de la NS auprès de l’AFP.

Environ cinq à six mille personnes au total « pourrait obtenir l’allocation individuelle », a-t-il ajouté.

Comme nombre d’autres entreprises néerlandaises, la NS a poursuivi ses activités au service des occupants nazis après l’invasion du pays par l’Allemagne en mai 1940, gagnant l’équivalent de millions d’euros en transportant des familles juives vers Westerbork, à la frontière avec l’Allemagne, selon la radio-télévision publique NOS.

Au total, quelque 107 000 des 140 000 juifs résidant aux Pays-Bas ont été acheminés à Westerbork avant d’être envoyés vers des camps de la mort comme Auschwitz, Sobibor et Bergen-Belsen.

Anne Frank, adolescente juive connue pour son journal intime, a notamment été emmenée à Westerbork début août 1944 après avoir été dénoncée puis arrêtée par la Gestapo.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...