Le sommet de Visegrad à Jérusalem annulé, annonce Prague
Rechercher

Le sommet de Visegrad à Jérusalem annulé, annonce Prague

La crise entre les deux pays a atteint un point d'orgue avec les propos du nouveau chef de la diplomatie israélienne : les Polonais « boivent l’antisémitisme du lait de leur mère »

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, à gauche, et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la conférence sur la paix et la sécurité au Moyen-Orient à Varsovie, en Pologne, le 14 février 2019 (Crédit : AP/Michael Sohn)
Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, à gauche, et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la conférence sur la paix et la sécurité au Moyen-Orient à Varsovie, en Pologne, le 14 février 2019 (Crédit : AP/Michael Sohn)

Le sommet des quatre pays du groupe de Visegrad prévu cette semaine à Jérusalem n’aura pas lieu, à la suite de la décision de la Pologne de ne pas y participer en raison d’une controverse avec Israël, et sera remplacé par des discussions bilatérales, a annoncé lundi le Premier ministre tchèque Andrej Babis.

Cela se transformera en « discussions bilatérales entre chaque pays et il n’y aura pas de sommet du V4 (Hongrie, Pologne, République Tchèque et Slovaquie) avec Israël », a déclaré M. Babis aux médias tchèques.

La Pologne avait auparavant annulé sa participation en raison d’accusations d’antisémitisme lancées à son égard par le nouveau chef de la diplomatie israélienne.

La porte-parole du gouvernement slovaque – qui préside le V4 jusqu’au 30 juin – a déclaré à l’AFP que le sommet était « repoussé » jusqu’à la deuxième moitié de l’année, à la demande de la Pologne.

Mardi, « les Premiers ministres de la Slovaquie, de la République Tchèque et de la Hongrie profiteront de cette visite pour avoir des rencontres bilatérales avec le Premier ministre d’Israël Netanyahu et une rencontre trilatérale », a dit Patricia Macikova, porte-parole du chef du gouvernement de Bratislava, Peter Pellegrini.

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon a confirmé qu’il n’y aurait pas de sommet complet, précisant toutefois que les trois Premiers ministres hongrois, slovaque et tchèques étaient toujours attendus en Israël.

« On ne l’appellera pas Visegrad, car cela requiert la présence de tous les quatre (pays). Ce sera un sommet avec des membres du groupe de Visegrad », a-t-il déclaré à l’AFP.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...