Rechercher

Le Soudan saisit des entreprises liées au Hamas

Les biens confisqués comprendraient un hôtel, une station de télévision et des terres agricoles, - entre autres

Le chef du Hamas Khaled Meshaal rencontre le président soudanais Omar Al-Bashir à Khartoum, Soudan, en août 2008. (AP / Abd Raouf)
Le chef du Hamas Khaled Meshaal rencontre le président soudanais Omar Al-Bashir à Khartoum, Soudan, en août 2008. (AP / Abd Raouf)

Les autorités soudanaises ont saisi au moins 12 sociétés liées au Hamas, a rapporté jeudi l’agence de presse Reuters.

Selon l’agence de presse, ces saisies s’inscrivent dans le cadre des efforts déployés par le Soudan pour se rapprocher de l’Occident après le renversement du dirigeant de longue date, Omar el-Béchir, en 2019, afin de priver les agents du groupe terroriste palestinien d’un refuge sûr pour collecter des fonds et acheminer des armes iraniennes vers Gaza.

Citant des responsables d’un groupe de travail impliqué dans le démantèlement du régime de Béchir, l’agence indique que les biens confisqués – qu’il qualifie de « lucratifs » – comprennent notamment des actions de sociétés immobilières, un hôtel à Khartoum, une station de télévision et plus de 404 685 hectares de terres agricoles.

« La Commission a saisi des entreprises liées au Hamas, dont la compagnie d’immobilier Hassan & al-Abed, un projet agricole du nom d’al-Bidaya, l’hôtel Paradise dans le centre de Khartoum, la compagnie de transfert d’argent al-Fayha qui servait (au Hamas) à faire des virements à l’étranger, et rompu un accord entre le mouvement et un homme d’affaires soudanais de Dongola, dans le nord du Soudan », a indiqué cette source à l’AFP.

« Ils ont bénéficié d’un traitement préférentiel dans les appels d’offres, d’une exonération fiscale, et ils ont été autorisés à effectuer des transferts vers le Hamas et Gaza sans aucune limite », déclare à Reuters un membre du groupe de travail, sous couvert d’anonymat.

Une source anonyme du conseil de souveraineté au pouvoir au Soudan a confirmé les saisies à la station de radio israélienne Kan et a affirmé que tous les actifs du groupe terroriste au pouvoir à Gaza dans le pays ont été confisqués.

La source indique également que les autorités soudanaises ont l’intention de saisir tous les biens futurs appartenant au Hamas.

Le mouvement terroriste islamiste qui contrôle la bande de Gaza a de son côté assuré à l’AFP n’avoir « aucun investissement au Soudan ». « Nous n’avons aucun problème avec aucune instance soudanaise », a déclaré son porte-parole Hazem Qassem.

Omar el-Béchir, renversé en 2019 après 30 ans d’un règne sans partage, avait un temps fait du Soudan la plaque tournante de figures islamistes internationales.

Israël accusait alors Khartoum de fournir illégalement des armes au Hamas avec l’aide de l’Iran, ce que le Soudan, qui a, lui, accusé l’Etat hébreu d’avoir bombardé une usine d’armement sur son sol en 2012, a toujours fermement démenti.

Les nouvelles autorités soudanaises ont depuis signé en janvier un accord portant sur la normalisation des relations avec Israël, décidée en 2020.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...