Le suspect dans la vente d’armes à un pays asiatique est un récidiviste
Rechercher

Le suspect dans la vente d’armes à un pays asiatique est un récidiviste

Les deux tentatives - impliquant des drones suicides, qui recherchent puis attaquent leur cible - révèlent des failles dans le contrôle des exportations de l'armée israélienne

Une photo qui décrirait le développement illégal de missiles pour un pays asiatique non nommé, publiée le 11 février 2020. (Shin Bet)
Une photo qui décrirait le développement illégal de missiles pour un pays asiatique non nommé, publiée le 11 février 2020. (Shin Bet)

Le Times of Israel a appris qu’un suspect qui aurait fabriqué et vendu illégalement des missiles à un pays asiatique était impliqué dans une affaire similaire il y a plus de dix ans.

Jeudi, le Shin Bet et la police ont annoncé que 20 suspects faisaient l’objet d’une enquête pour avoir prétendument développé, fabriqué, testé et vendu illégalement des drones suicides, ou drones kamikazes, à un pays non nommé quelque part en Asie.

Dans un communiqué, le Shin Bet a déclaré qu’ils comprenaient d’anciens employés de l’industrie de la défense et que les crimes présumés comprenaient des infractions contre la sécurité de l’État, des violations de la loi sur la supervision des exportations de sécurité, le blanchiment d’argent et d’autres infractions économiques.

La plupart des détails de l’affaire, y compris ceux obtenus par le Times of Israel, restent sous le coup du secret judiciaire imposé par le tribunal de première instance de Rishon Lezion. Cependant, l’affaire a mis en lumière une faille dans le mécanisme du ministère de la Défense destiné à superviser les exportations d’armes ou de matériel de qualité militaire, géré par l’Agence de contrôle des exportations de la Défense (DECA).

L’affaire précédente concernait une tentative de contrebande d’un type d’armes similaire vers un pays d’Asie. Les munitions prétendument développées dans l’affaire actuelle utilisent une version plus avancée de la technologie au centre de l’ancienne affaire, selon les informations obtenues par le Times of Israel.

Les drones suicides, également connus sous le nom de drones kamikazes, sont un type de missile très recherché qui s’attarde dans l’air jusqu’à ce qu’il identifie une cible, qu’il attaque ensuite. Une vidéo diffusée par les autorités a montré un test illégal de l’arme effectué en plein jour dans le centre d’Israël en 2019. La police a déclaré que la munition avait été tirée non loin de quartiers résidentiels.

« Cette affaire souligne les dommages potentiels à la sécurité de l’État inhérents aux transactions illégales effectuées par des citoyens israéliens avec des éléments étrangers, y compris la crainte que cette technologie puisse atteindre des pays hostiles à Israël », a déclaré le Shin Bet dans un communiqué.

Selon des sources connaissant bien les détails de l’affaire, le tribunal a autorisé la publication des faits bruts de l’enquête une fois qu’il est apparu clairement que l’ampleur et l’importance de l’affaire rendraient impossible le maintien du secret. Cependant, le moment de la publication a soulevé certaines questions, étant donné qu’aucun média n’avait demandé la levée de la consigne de silence et que la police et le Shin Bet ont activement communiqué les détails au public.

Sur la défensive

De 2015 à 2019, Israël a été le huitième exportateur d’armes au monde, selon un rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, [SIPRI], avec plus de 4,3 milliards de dollars de ventes dans le monde.

Le rapport a noté que les ventes d’armes d’Israël représentaient 3 % du commerce mondial des armes pendant cette période, avec ses trois principaux acheteurs, l’Inde, l’Azerbaïdjan et le Vietnam. Selon le SIPRI, les principaux importateurs d’armes pendant la même période étaient l’Arabie Saoudite, l’Inde, l’Égypte, l’Australie et la Chine, par ordre décroissant.

Israël compte quelque 1 600 exportateurs d’armes agréés, qui emploient entre 150 000 et 200 000 personnes. En outre, il existe une importante chaîne de sous-traitants qui fournissent des logiciels, du matériel, des matières premières et d’autres biens nécessaires à la production d’armes.

La surveillance de ce système massif est censée être opérée par la DECA, qui est guidée par des règles strictes régissant l’industrie israélienne d’exportation d’armes. Cet organisme, qui fonctionne dans la plus grande transparence, est censé contrôler les ventes d’armes pour s’assurer qu’elles ne vont pas vers des pays ennemis, qu’elles ne mettent pas Israël en danger de quelque manière que ce soit, qu’elles ne contiennent pas de technologies classifiées et qu’elles ne nuisent pas à la réputation internationale d’Israël.

Cependant, il existe des failles dans l’appareil de surveillance et elles ont apparemment été exploitées par le suspect dans les deux cas. Une façon d’essayer de contourner la DECA est de ne jamais demander de licence d’exportation, ce qui permet de rester hors du radar de l’organisme.

Un exportateur peut également tenter de contourner la DECA en exportant des armes vers un pays intermédiaire où les ventes sont autorisées et, pendant son séjour dans ce pays, en transférant son savoir-faire ou sa technologie à l’acteur interdit.

Ni le ministère de la Défense ni la DECA n’ont répondu aux demandes de commentaires.

Le mécanisme DECA a été créé en 2007, des années après qu’un accord de vente d’avions de chasse israéliens se soit enlisé dans les tensions entre les États-Unis et la Chine.

À la fin des années 1990 et au début des années 2000, les États-Unis ont demandé à Israel Aerospace Industries d’annuler des accords séparés avec la Chine pour les systèmes de radar de détection précoce aéroportés Phalcon et les drones Harpy. Israël s’est plié à cette demande à deux reprises, après avoir reçu de nombreuses menaces des États-Unis, et a accepté de cesser de vendre du matériel militaire à la Chine, ce qui a suscité la colère de Pékin et porté atteinte aux relations.

Depuis lors, Israël ne peut pas exporter de produits de sécurité vers la Chine sans l’accord de Washington.

Sous l’administration Trump, Israël a subi d’intenses pressions pour annuler les accords non sécuritaires avec la Chine alors que les États-Unis tentaient de faire pression sur Pékin.

Sur l’insistance de l’ancien secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, Israël a accepté de mettre en place un mécanisme pour examiner les accords avec la Chine qui pourraient avoir des implications en matière de sécurité nationale, ce qui peut aller de la vente d’un port à l’infrastructure 5G.

On s’attend généralement à ce que l’administration Biden maintienne la pression sur la Chine et continue d’exiger une surveillance étroite des accords concernant les grands travaux d’infrastructure, la défense ou les télécommunications.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...