Le vaccin Pfizer efficace à 96,7 % dans la prévention des morts COVID-19 – Étude
Rechercher

Le vaccin Pfizer efficace à 96,7 % dans la prévention des morts COVID-19 – Étude

Les injections sont aussi efficaces à 97,5 % pour empêcher des formes graves du coronavirus, et à 95,3 % efficaces dans la prévention de l'infection, selon une étude israélienne

Un infirmier militaire prépare une dose de vaccin Pfizer contre la COVID-19 à administrer dans un hôpital d'Ashdod, dans le sud d'Israël, le 7 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
Un infirmier militaire prépare une dose de vaccin Pfizer contre la COVID-19 à administrer dans un hôpital d'Ashdod, dans le sud d'Israël, le 7 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

Les vaccins sont efficaces à 96,7 % pour protéger les Israéliens d’un décès entraîné par la COVID-19 et efficaces à 97,5 % s’agissant de prévenir une forme grave de la maladie, montre une nouvelle recherche.

L’étude, qui est remplie de statistiques sur le vaccin qui renforceront assurément les espoirs nourris dans le monde entier, a été publiée mercredi dans The Lancet, prestigieux journal médical peer-reviewed.

« En Israël, nous pouvons observer la réalité de l’impact du vaccin autour de nous mais cette recherche est importante dans la mesure où elle quantifie et documente cet impact pour les autres populations du monde entier, pour qu’elles comprennent le plein bénéfice du vaccin », a commenté auprès du Times of Israël le professeur Michael Edelstein, épidémiologiste au sein de l’université Bar-Ilan.

« Cette étude présente notre nouvelle réalité sous la forme d’une recherche universitaire accessible à tous », a-t-il ajouté.

Un étudiant est vacciné contre la COVID-19 au lycée Amal dans la ville de Beer Sheva, dans le sud d’Israël, le 17 mars 2021. (Crédit : Flash90)

L’analyse a été menée par la docteure Sharon Alroy-Preis, à la tête de la Division des services de santé publique au sein du ministère israélien de la Santé, aux côté de collaborateurs de différents pays. Elle a découvert que la pleine vaccination – qui implique l’injection de deux doses de vaccin Pfizer – est à 95,3 % efficace dans la prévention de l’infection. Les essais cliniques de Pfizer avaient suggéré un tel pourcentage mais les médecins n’avaient aucune certitude sur l’exactitude de ces chiffres, une fois le vaccin administré dans le monde réel.

Dr. Sharon Alroy-Preis lors d’un point presse en janvier 2021. (Capture d’écran vidéo)

Il est à 97 % efficace pour empêcher une maladie symptomatique et à 91,5 % efficace s’agissant de protéger contre une infection asymptomatique.

Les chercheurs ont découvert que les vaccins étaient à 97,2 % efficaces contre les hospitalisations liées à la COVID-19. Ils ont souligné que les bénéfices du vaccin se faisaient ressentir dans toutes les classes d’âge, écrivant que « dans toutes les catégories d’âge, la couverture vaccinale s’étendant, les conséquences de l’incidence du SARS-CoV-2 ont décliné ».

Utilisant le nom entier du vaccin Pfizer, ils ont ajouté que « deux doses de BNT162b2 sont hautement efficaces dans tous les groupes d’âge s’agissant de prévenir les infections symptomatiques et asymptomatiques au SARS-CoV-2 ainsi que les hospitalisations, maladies graves et décès liés à la COVID-19, notamment causés par le variant britannique ».

Le professeur Jonathan Gershoni, de l’École de biologie cellulaire moléculaire et de biotechnologie de la Faculté George S. Wise des sciences de la vie de l’Université de Tel Aviv. (Crédit : Zman)

« Il y a eu un déclin marqué et durable dans l’incidence de l’infection au SARS-CoV-2, un déclin qui a correspondu à l’augmentation de la couverture vaccinale. Ces conclusions suggèrent que la vaccination contre la COVID-19 peut aider à contrôler la pandémie. »

Le professeur Jonathan Gershoni, expert en vaccins de l’université de Tel Aviv qui n’a pas été lui-même impliqué dans l’étude, a expliqué au Times of Israël « qu’une fois encore, la communauté scientifique a évalué de manière importante l’efficacité du vaccin Pfizer en Israël, confirmant sa performance exceptionnelle ».

« Plus important que toutes les autres statistiques, c’est que le vaccin ne se contente pas de réduire le taux d’infection mais que, sur plusieurs mois, il fait également significativement diminuer le taux de décès. »

Gershoni a indiqué que cette recherche survenait à un moment important, alors que la FDA (Food and Drug Administration) américaine devrait donner son approbation à l’usage du vaccin Pfizer sur les enfants de 12 à 15 ans – un feu vert qui permettra à Israël et aux autres pays de commencer à immuniser cette classe d’âge.

« Les parents doivent réaliser grâce à cette étude que le vaccin est un moyen déterminant de protéger les enfants », a-t-il poursuivi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...