Le voyage de Pence en Israël reporté à la mi-janvier
Rechercher
'Les Etats-Unis démentent que la colère autour de Jérusalem soit un élément de motivation de ce report et la visite de Greenblatt est maintenue'

Le voyage de Pence en Israël reporté à la mi-janvier

Le vote crucial sur la réforme fiscale doit avoir lieu aux Etats-Unis, reportant la visite du vice-président au mois prochain

Le vice-président Mike Pence durant une conférence de presse conjointe avec le président colombien Juan Manuel Santos à la maison d'hôtes présidentielle de Cartagena, en Colombie, le 13 août 2017 (Crédit :  AFP/ STR)
Le vice-président Mike Pence durant une conférence de presse conjointe avec le président colombien Juan Manuel Santos à la maison d'hôtes présidentielle de Cartagena, en Colombie, le 13 août 2017 (Crédit : AFP/ STR)

WASHINGTON — La visite en Israël du vice-président américain Mike Pence prévue cette semaine a été reportée à une date indéterminée à la mi-janvier, a annoncé lundi soir la Maison Blanche alors que l’administration Trump tente de faire avancer une législation de réforme fiscale historique.

Ce report permettra à Pence de rester à Washington en cas de partage égal des voix lors du vote au sénat de la réforme fiscale avancée par le président Donald Trump.

« La plus grande réduction d’impôts de toute l’histoire des Etats-Unis est une réalisation historique pour le président Trump et un soulagement pour des millions d’Américains qui travaillent dur », a indiqué dans une déclaration Alyssa Farah, la porte-parole du vice-président.

« Le vice-président est déterminé à voir arriver son projet de réduction d’impôts à terme. Le vice-président est impatient de se rendre en Egypte et en Israël au mois de janvier ».

Un autre responsable de l’administration a déclaré au Times of Israel que parce que le vote peut « avoir lieu juste avant minuit mardi, il était en pratique impossible pour Pence de partir ».

La visite de Pence avait déjà été décalée de plusieurs jours en raison des tentatives de faire adopter cette législation au Congrès. Il devait initialement arriver dimanche, mais avait ajourné son départ.

Prenant en compte la possibilité que le vote pourrait l’amener encore à repousser son déplacement, la Maison Blanche a décidé que ce voyage survenait à un moment inopportun – et qu’il pourrait également accomplir plus de choses en venant le mois prochain.

« Le vote sur la réforme fiscale se présente très bien, mais nous ne voulons pas prendre le moindre risque », a indiqué un responsable de l’administration.

Les républicains disposent d’une toute petite majorité au Sénat : 52 sièges sur 100. Or, en cas d’égalité 50-50, le vice-président peut apporter la voix cruciale.

Le sénateur John McCain, malade, est retourné dans l’Arizona pour se faire soigner et passer les fêtes de fin d’année, ce qui réduit le groupe majoritaire à 51, les procurations n’étant pas autorisées.

Le président américain Donald Trump s’exprime devant les journalistes à la Maison Blanche le 16 décembre 2017 (Crédit : AFP Photo/Nicholas Kamm)

Si le vote avait été reporté, Pence serait arrivé en Egypte tard dans la nuit de jeudi et aurait inclus, durant sa visite en Israël, le Shabbat et Noël, des dates peu propices au travail, a indiqué le responsable. « En conséquence, pour obtenir le maximum de ce voyage, le vice-président le fera à la mi-janvier ».

Jason Greenblatt, l’envoyé de Trump qui tente de négocier un accord entre Israël et les Palestiniens, viendra pour sa part dans la région dans le cadre de l’initiative de paix menée par l’administration américaine, désireuse de parvenir à un accord.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à droite, avec Jason Greenblatt, représentant spécial pour les négociations internationales du président Trump, à Ramallah, le 14 mars 2017. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Les responsables ont démenti que la décision de Pence aurait été motivée par la vague de manifestations meurtrières qui a suivi la décision très controversée prise par le président Trump de déclarer Jérusalem capitale d’Israël.

« Il s’agit vraiment de la plus importante réduction d’impôts de toute l’histoire américaine et il est important de pouvoir disposer ici du vice-président et de toute l’équipe », a noté le responsable.

« C’est un procès étrange qui nous est fait puisque nous serons là dans deux ou trois semaines », a renchéri un autre responsable.

Rompant avec des décennies de politique américaine, Trump a également déclaré le 6 décembre qu’il ferait déménager l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s’exprime lors d’une conférence de presse à la suite du sommet de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) sur la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël le 13 décembre 2017 à Istanbul. (AFP PHOTO / YASIN AKGUL)

En conséquence, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a annulé une rencontre prévue avec M. Pence, affirmant que les Etats-Unis n’avaient plus de rôle à jouer dans le processus de paix israélo-palestinien. Le Fatah a appelé à des « manifestations de rage » dans et autour de Jérusalem mercredi pour protester contre sa visite.

Le grand imam d’Al-Azhar a également refusé de s’entretenir avec lui tout comme le pape des coptes d’Egypte Tawadros II qui a estimé que M. Trump avait « fait fi des sentiments de millions d’Arabes ».

Dans son discours, Trump avait reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et insisté sur le fait que, après plusieurs années d’échec, une nouvelle approche était impérative afin de régler le conflit. Il avait expliqué que sa décision de reconnaître Jérusalem comme siège du gouvernement d’Israël se basait simplement sur la réalité.

Les Etats-Unis ont opposé lundi leur veto à un projet de résolution des Nations unies rejetant la décision de Trump après que les 14 autres membres du Conseil de sécurité ont soutenu la mesure. Le texte a été présenté par l’Egypte où Pence devait arriver mercredi.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...