L’économie souterraine représente 10% du PIB d’Israël, en baisse selon un expert
Rechercher

L’économie souterraine représente 10% du PIB d’Israël, en baisse selon un expert

Selon un chercheur du Centre Taub, l'évasion fiscale basée sur l'argent liquide baisse alors que le cash pour drogue et prostitution augmente

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Illustration d'une valise remplie d'argent liquide. (ungorf; iStock by Getty Images)
Illustration d'une valise remplie d'argent liquide. (ungorf; iStock by Getty Images)

C’est un phénomène régulier en Israël : Vous montez dans un taxi, et au lieu d’allumer le compteur, le chauffeur insiste pour négocier un prix pour le trajet. Il se peut que vous cédiez et que vous le payiez en liquide.

Un réparateur de climatiseurs vient chez vous. Il vous offre une remise importante si vous acceptez de renoncer à un reçu. Peut-être accepterez-vous.

Ces faits, et bien d’autres, font partie de ce que l’économiste Labib Shami appelle « l’économie non observée », ou économie souterraine, qu’il définit comme le sous-ensemble des transactions financières dans l’économie qui se produisent loin des yeux du gouvernement, ou plus précisément de l’autorité fiscale.

Selon une nouvelle étude rédigée par Shami, chercheur principal au Centre Taub pour les études de politique sociale en Israël, la taille de l’économie non observée en Israël a diminué de 14 % en 1996 à 10 % en 2018.

Dr. Labib Shami du Centre Taub pour les études de politique sociale en Israël. (Autorisation)

Une étude réalisée par l’OCDE en 2015 avait estimé la taille de l’économie parallèle israélienne à 19 %, dans la moitié inférieure des pays de l’OCDE, mais en utilisant une méthodologie différente (l’approche de la demande de numéraire, par opposition à la méthode MIMIC utilisée par l’OCDE). Shami est arrivé à un chiffre beaucoup plus bas.

Parallèlement, cependant, Shami a estimé que le pourcentage de l’économie parallèle d’Israël constitué de biens et services légitimes fournis sous la table (par exemple, les courses en taxi ou les réparations de climatiseurs) a connu une tendance à la baisse, et ne représentait en 2018 que 1 % du PIB. En utilisant les statistiques criminelles de la police israélienne, il a estimé que 90 % de l’économie souterraine d’Israël, soit 9 % du PIB total du pays, provient de transactions en espèces liées à des activités criminelles, principalement la vente de drogue et la prostitution. Et les transactions en espèces en Israël impliquant des crimes de mœurs ont fortement augmenté au cours des deux dernières décennies, selon son étude.

L’argent caché offshore

L’étude de Shami n’a pas mesuré les formes sophistiquées d’évasion fiscale ou d’activités criminelles impliquant l’utilisation de sociétés étrangères et offshore, en particulier lorsque cet argent n’a pas été rapatrié en Israël de manière observable, a-t-il déclaré au Times of Israël.

Lors d’un entretien téléphonique, M. Shami a expliqué qu’il était parvenu à ses estimations de l’économie non observée d’Israël en mesurant la quantité d’argent liquide retirée des banques et des distributeurs israéliens, y compris celle retirée à l’aide d’une carte de retrait étrangère, puis en la comparant à la quantité d’argent liquide utilisée dans des transactions traçables impliquant des reçus.

L’écart entre les deux chiffres l’a conduit à estimer à 10 % la taille de l’économie non observée d’Israël. L’une des raisons pour lesquelles la taille de cette économie parallèle a diminué ces dernières années est la baisse de l’utilisation des espèces dans l’ensemble de l’économie, a expliqué Shami.

« Depuis 2016, la tendance à retirer des espèces des comptes bancaires s’est inversée [et est en baisse] alors que le volume des transactions non payées en espèces a augmenté », a écrit M. Shami dans le rapport.

Un distributeur de billets de la Bank Hapoalim. (Yonatan Sindel/Flash90)

Mais de nombreux fraudeurs et criminels sophistiqués utilisent aujourd’hui des sociétés et des comptes bancaires enregistrés à l’étranger pour cacher leur argent et/ou leurs activités illégales au gouvernement.

Dans son livre La richesse cachée des nations publié en 2015, l’économiste français Gabriel Zucman a estimé que « globalement, 8 % du patrimoine financier des ménages est détenu dans des paradis fiscaux ».

Le Times of Israël a demandé à Shami comment cet argent pouvait apparaître dans les chiffres offshore dans sa description de l’économie non observée.

« Si l’argent est à l’étranger, il n’affecte pas le PIB d’Israël, donc je ne le calcule pas quand je calcule la taille de l’économie souterraine d’Israël. Mais si quelqu’un ayant un compte bancaire offshore essaie de rapatrier une partie de son argent en Israël, parce qu’il veut acheter un appartement, je peux voir cet argent arriver. Si l’argent entre sur un compte bancaire en Israël, alors l’administration fiscale en a connaissance. »

Shami a déclaré que même si un criminel tente de rapatrier de l’argent en Israël par des moyens trompeurs, par exemple en utilisant des factures fictives, cet argent serait toujours enregistré comme revenu d’une société israélienne et cette société devrait toujours payer des impôts sur cet argent, bien que moins que s’il avait été déclaré comme revenu personnel de quelqu’un.

Il pourrait s’agir d’argent blanchi, mais il n’entrerait pas dans ce calcul particulier de l’économie souterraine israélienne basée sur l’argent liquide.

Si, d’autre part, quelqu’un faisait entrer secrètement de l’argent en Israël dans une valise sans se faire prendre, « il n’y a aucun moyen de le retracer », a-t-il dit.

D’autres moyens de rapatrier l’argent offshore en Israël et d’échapper à la détection sont les gemachim, ou sociétés de prêt libre ultra-orthodoxes, qui sont totalement non réglementées, ou les fournisseurs de services monétaires extra-bancaires qui, même s’ils sont réglementés par l’État, pourraient effectuer des transactions illégales en parallèle, a déclaré M. Shami.

« Les prestataires de services financiers sont légaux et ont une licence du ministère des Finances », a déclaré M. Shami. « Mais si l’un d’entre eux effectuait des transactions illégales, mon étude ne pourrait pas le détecter », a-t-il déclaré. « Ce que l’étude aurait détecté, c’est si un Israélien utilisait les services d’un fournisseur de services monétaires, par exemple en achetant des dollars, sans reçu. »

Mais en général, a déclaré Shami au Times of Israël, l’économie parallèle qu’il décrit dans le rapport fait référence aux transactions en espèces non déclarées en Israël.

Quant à l’argent détenu offshore, y compris par les Israéliens, Shami a décrit cet argent comme « l’équivalent d’un autre pays dans le monde qui n’existe pas mais qui a sa propre économie ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...