L’édifiant livre posthume d’Aaron Swartz, héros juif américain du net
Rechercher

L’édifiant livre posthume d’Aaron Swartz, héros juif américain du net

'Celui qui pourrait changer le monde' rassemble les principaux écrits de la figure de proue américaine du combat pour la liberté de la circulation des données sur internet

Petit génie de l’informatique, programmeur, écrivain et activiste, le jeune Aaron Hillel Swartz est très vite devenu une figure du combat pour la liberté numérique aux Etats-Unis, combat qu’il a d’abord mené principalement depuis son blog, dont certaines contributions ont alimenté le débat national américain (notamment sur la mauvaise influence de la finance sur les médias, les politiques, et l’opinion publique, rappelle son site internet).

Celui qui pourrait changer le monde (ed. B42), un livre qui rassemble ses principaux textes, dont certains ont été écrits à l’âge de 14 ans, vient d’être traduit en français et instruit sur les combats et les idées de ce défenseur de la liberté numérique.

Co-fondateur du plus grand groupe de discussion ouvert sur internet, Reddit, Swartz a également développé des standards pour partager des données sur internet, comme la licence Creative Commons, largement utilisée aujourd’hui par les personnes voulant donner un accès libre à leur travail.

Considéré comme un « des architectes de la deuxième génération d’internet », Swartz est également à l’origine de Securedrop, une plate-forme utilisée par des journalistes d’investigation pour recevoir des informations de lanceurs d’alertes, rapporte Le Monde qui lui a consacré un portrait.

A partir de 2010, il fut chargé de recherches à Harvard, au laboratoire central d’éthique sur la corruption dans les institutions dirigées par Lawrence Lessing.

Mais Aaron Swartz fut une comète, dont la vie fut aussi brève que brillante. Quelques temps après l’un de ses plus grands coups d’éclat, le piratage de millions d’articles scientifiques, qui lui valut d’être la cible d’une enquête du FBI, Aaronn Swartz se donna la mort en 2013 à l’âge de 26 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...