L’Église d’Angleterre admet que l’antisémitisme chrétien a contribué à la Shoah
Rechercher

L’Église d’Angleterre admet que l’antisémitisme chrétien a contribué à la Shoah

Le rapport dénonce un "terreau fertile à l'antisémitisme meurtrier de l'époque contemporaine" ; La postface du grand rabbin dénonce les évangéliques qui veulent convertir les Juifs

Détail d'une peinture représentant une accusation de meurtre rituel d'enfants chrétiens par des juifs, dans l'église Saint-Paul de Sandomierz, en Pologne. (Domaine public, Wikimedia Commons)
Détail d'une peinture représentant une accusation de meurtre rituel d'enfants chrétiens par des juifs, dans l'église Saint-Paul de Sandomierz, en Pologne. (Domaine public, Wikimedia Commons)

LONDRES – L’Église d’Angleterre a admis jeudi que des siècles d’antisémitisme chrétien ont contribué à conduire à la Shoah.

Dans un important rapport rédigé il y a trois ans, l’Église officielle d’Angleterre a cité « l’attribution de la culpabilité collective au peuple juif pour la mort du Christ et l’interprétation qui en a découlé de leur souffrance comme punition collective envoyée par Dieu » comme étant parmi les idées qui « ont contribué à encourager le soutien passif sinon positif de nombreux chrétiens dans leurs actions qui ont conduit à la Shoah ».

Le rapport, “God’s Unfailing Word : Theological and Practical Perspectives on Christian–Jewish Relations”, [La Parole infaillible de Dieu : Perspectives théologiques et pratiques sur les relations judéo-chrétiennes], a également exhorté les chrétiens à accepter l’importance du sionisme pour la plupart des Juifs.

Dans une attaque contre le chef de l’opposition Jeremy Corbyn, il a averti que « certaines approches et certains termes utilisés par les défenseurs pro-palestiniens rappellent en effet ce qu’on pourrait appeler l’antisémitisme traditionnel ».

L’Église d’Angleterre est au centre de la Communion anglicane, un réseau mondial d’Églises. En Angleterre, c’est l’église d’État dirigée par la reine Elizabeth II.

Dans la postface de « God’s Unfailing Word », le grand rabbin du Royaume-Uni et du Commonwealth reproche à l’Eglise de ne pas avoir rejeté catégoriquement l’œuvre des chrétiens évangéliques qui tentent de convertir les juifs.

Ephraim Mirvis fait l’éloge du rapport de 105 pages pour avoir été « sensible et sans équivoque à l’héritage du rôle du christianisme dans l’amère saga de la persécution juive ».

L’archevêque de Cantebury Justin Welby, (à gauche), et le Grand rabbin britannique Ephraim Mirvis, au mur Occidental, le site le plus saint du judaïsme, dans la Vieille ville de Jérusalem, le 3 mai 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Mirvis continue cependant en exprimant sa « grande réticence » à condamner « les efforts de ces chrétiens, quel que soit leur nombre, qui, dans le cadre de leur foi missionnaire, se consacrent à la conversion ciblée et spécifique des Juifs à la foi chrétienne ».

Mirvis note qu’une déclaration du Vatican en 2015 demandait à l’Eglise catholique de « ne pas mener ni soutenir un travail missionnaire institutionnel spécifique dirigé vers les juifs ». Le document de l’Église d’Angleterre, en revanche, ne prend pas un tel engagement général, mais exhorte plutôt les chrétiens à « réfléchir attentivement à la mission et à l’évangélisation dans le cas de leurs voisins juifs ».

Le grand rabbin met en garde contre une « préoccupation réelle et persistante, située dans un contexte historique tragique, selon laquelle même aujourd’hui, au XXIe siècle, les Juifs sont perçus par certains comme un gibier à débusquer et à convertir. »

Même aujourd’hui, au XXIe siècle, les Juifs sont perçus par certains comme un gibier à débusquer et à convertir

« L’existence, au sein de l’Église anglicane, d’une approche théologique permissive de ce comportement nuit considérablement à la relation entre nos traditions religieuses et, par conséquent, la recherche d’un nouveau paradigme chrétien-juif complet dans ce contexte est un défi exceptionnel », poursuit Mirvis.

Dans un avant-propos au rapport, l’archevêque de Canterbury, Justin Welby, le principal ecclésiastique de l’Église d’Angleterre, répond aux critiques du grand rabbin.

« Ses paroles sont écrites en tant qu’ami, et elles sont reçues dans le même esprit, même si elles sont difficiles à lire », écrit Welby.

« Le Grand Rabbin a ouvert, avec l’honnêteté et l’affection qui le caractérisent, un défi auquel nous devons réfléchir », écrit-il. « Nous ne pouvons pas mener cette réflexion honnêtement tant que nous n’aurons pas ressenti la cruauté de notre histoire. »

Le document est implacable dans son acception du rôle historique du christianisme dans la perpétuation de l’antisémitisme. « La reconnaissance de la part de l’Église qu’elle porte une part considérable de responsabilité dans la propagation de l’antisémitisme exige une réponse de la part de l’Église », y est-il expliqué.

L’archevêque de Canterbury et chef de l’Eglise anglicane Justin Welby dans la Salle des Noms du musée de la mémoire de Yad Vashem à Jérusalem, le 27 juin 2013. (Crédit : Isaac Harari/Flash90)

Le rapport poursuit en appelant à « prêter attention à la persécution et aux préjugés subis par le peuple juif à travers l’Histoire » et à « la responsabilité des chrétiens à cet égard et à sa persistance dans le contexte contemporain ». L’enseignement chrétien, admet-il, a fourni « un terreau fertile pour l’antisémitisme meurtrier de l’ère moderne ».

Citant les paroles de Welby en 2016, selon lesquelles les enseignements théologiques de l’Église ont « aggravé la propagation du virus » de l’antisémitisme, le rapport dit que « l’attribution de la culpabilité collective au peuple juif pour la mort du Christ et l’interprétation conséquente de sa souffrance comme punition collective envoyée par Dieu en est un exemple très clair ».

« De mémoire d’homme, de telles idées ont contribué à favoriser l’acquiescement passif, sinon positif, de nombreux chrétiens dans les actions qui ont conduit à la Shoah », ajoute-t-il.

Dans un passage majeur, Welby se souvient d’une visite à Birkenau avec des dirigeants chrétiens en 2016 : « Le froid glacial et les contours incolores du paysage reflétaient l’horreur dans nos esprits, nos esprits et nos cœurs, que cela avait eu lieu et que les chrétiens y étaient pour beaucoup. »

Libération d’enfants d’Auschwitz-Birkenau, avec des travailleuses humanitaires adultes qui ont été pixelisées dans le magazine « Mishpacha », numéro du 24 janvier 2018. (HistClo. com)

Bien qu’il affirme que « certains trouveraient les germes de l’antisémitisme chrétien dans le Nouveau Testament lui-même », le rapport attire particulièrement l’attention sur le rôle historique du christianisme en Angleterre.

« L’Angleterre a eu son propre rôle dans cette histoire, avec la prétention d’être le lieu de naissance de ce que l’on a appelé l’accusation de « meurtre rituel », selon laquelle les Juifs étaient faussement accusés d’assassiner des enfants chrétiens pour fabriquer des matzot pour la Pâques avec leur sang », dit-il.

Deux cathédrales anglaises, Norwich et Lincoln, ont été associées au développement et à la diffusion de l’accusation de meurtre rituel au Moyen Age.

La première fois que cela a été enregistré, c’est lorsqu’un garçon de 12 ans a été retrouvé assassiné à l’extérieur de la ville de Norwich, en East Anglia, en 1144. Des membres de sa famille ont accusé les Juifs de Norwich de l’avoir tué.

Le rapport note que « cette accusation, provenant d’Angleterre, est devenue le catalyseur de l’assassinat de nombreux Juifs dans ce pays et à travers l’Europe, en particulier lors des pogroms perpétrés pendant la période pascale ».

En 1290, poursuit-il, l’Angleterre « devint le premier pays à ordonner à toute la communauté juive de partir, cherchant ainsi à être un territoire chrétien sans présence juive ».

Cathédrale de Norwich. (Wikimedia Commons)

Au-delà du Royaume-Uni, le rapport reconnaît l’histoire sombre de la vie juive en Europe.

« Les siècles de gouvernement chrétien dans l’histoire européenne comprennent un long catalogue de mesures anti-juives, telles que la discrimination juridique et les expulsions périodiques, ainsi que des accès de violence communautaire qui, dans certains cas, ont conduit au massacre de communautés entières », y lit-on.

Le rapport ajoute : « La croyance populaire était largement répandue que l’état misérable des Juifs, condamnés à errer, était le châtiment de Dieu pour leur intransigeance, leur rejet du Christ et leur responsabilité dans sa mort.

En plus de faire face aux « péchés du passé », le rapport exhorte l’Eglise à être le fer de lance de la lutte contre l’antisémitisme. « Les chrétiens se sont rendus coupables de promouvoir et d’encourager des stéréotypes négatifs à l’égard du peuple juif qui ont contribué à de graves souffrances et injustices. Ils ont donc le devoir d’être attentifs à la persistance de ces stéréotypes et de les combattre », dit-il.

Dans son introduction, Welby ajoute que « trop souvent dans l’histoire, l’Église a été responsable et complice de l’antisémitisme – et le fait que les propos et attaques antisémites augmentent au Royaume-Uni et en Europe font que nous ne pouvons pas faire preuve de complaisance. »

Le rapport a été publié alors que la Grande-Bretagne se prépare à aller aux urnes dans trois semaines dans le cadre d’une élection générale qui a connu une controverse continue sur l’antisémitisme au sein du Parti travailliste d’opposition. Bien que la date de lancement aurait été choisie avant le déclenchement des élections le mois dernier, certains commentateurs ont noté qu’elle aurait pu être reportée après la campagne.

Le rapport n’aborde pas la question directement, mais suggère plutôt que « les événements récents au Royaume-Uni ont mis en lumière la capacité de l’antisémitisme à trouver des adeptes dans tout l’éventail politique, aussi bien à gauche qu’à droite ».

Des militants anti-israéliens manifestent en marge d’une réunion du Comité exécutif national du Labour à Londres, le 4 septembre 2018. (Stefan Rousseau/PA via AP)

« Certaines des approches et du vocabulaire utilisés par les défenseurs pro-palestiniens rappellent en effet ce que l’on pourrait appeler l’antisémitisme traditionnel, y compris ses formes chrétiennes, et les chrétiens doivent être conscients du fait que cela peut accroître les tensions entre juifs et chrétiens en Grande-Bretagne », note le rapport. M. Corbyn, un partisan de longue date des campagnes pro-palestiniennes, il a été accusé par ailleurs d’une volonté manifeste de s’associer à de présumés antisémites, terroristes et négationnistes de la Shoah.

Le rapport reconnaît ensuite les « relations profondes et étendues entre le peuple juif et à la fois la terre et l’Etat d’Israël ».

Tout en reconnaissant que la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale de la mémoire de la Shoah (International Holocaust Remembrance Alliance) dit que des critiques d’Israël semblables à celles formulées contre tout autre pays ne peuvent être considérées comme antisémites, le rapport met en garde contre le fait que « l’impulsion politique dans les contextes britanniques pour protester contre l’injustice perçue par Israël a… dans de nombreux cas ignoré la peur et la détresse que cela implique pour le peuple juif ici, en particulier pour les jeunes Juifs dans les universités du Royaume-Uni ».

En ce qui concerne le conflit entre Israël et les Palestiniens, le rapport tente d’adopter une approche équilibrée.

Photo d’illustration : Des drapeaux palestiniens sont brandis par des délégués au cours d’un débat organisé au troisième jour de la conférence du Labour, à Liverpool, au Royaume-Uni, le 25 septembre 2018. (Crédit : AFP PHOTO / Oli SCARFF)

« Alors que les chrétiens ont des approches différentes sur un certain nombre de questions contemporaines concernant l’Etat d’Israël », il déclare : « Tous devraient accepter que (a) la plupart des juifs considèrent le sionisme comme un aspect important et légitime de l’identité juive, (b) l’Etat d’Israël a droit à une existence sûre dans des frontières reconnues et sûres selon les principes communs du droit international, (c) les principes du droit international garantissent également les droits et la sécurité du peuple palestinien, (d) l’impasse actuelle présente de graves difficultés morales et est finalement insoutenable ».

Le rapport appelle également à mettre fin à l’utilisation dans le culte de cantiques et d’œuvres liturgiques qui pourraient « transmettre l’enseignement du mépris » envers les juifs.

« Dans quelle mesure l’enseignement et la pratique qui transmettent la foi chrétienne – des sermons et de l’éducation confessionnelle à l’hymnodie et à l’iconographie – transmettent-ils également, même par inadvertance, un anti-judaïsme qui est utilisé pour justifier l’antisémitisme », demande-t-il.

Le rapport appelle à « un traitement exact et véridique de l’Écriture », mais dit qu’il faut « accorder une attention sensible aux prières et aux hymnes liturgiques dans le culte et l’enseignement chrétiens ».

Il cite comme exemple un hymne bien connu de Charles Wesley, l’un des fondateurs de l’Église méthodiste protestante, qui inclut le passage :

Tous les yeux vont maintenant le voir
Vêtu d’une majesté épouvantable ;
Ceux qui n’ont rien fait et l’ont vendu,
Transpercé et cloué sur l’arbre,
Gémissant profondément,
Le vrai Messie le voit.

« Il est possible de lire les lignes 3-6 et d’imaginer qu’il s’agit du peuple juif comme étant collectivement coupable d’avoir crucifié le Messie, qui, lorsqu’il reviendra au pouvoir et à la gloire, le reconnaîtra – trop tard ? – le terrible crime qu’ils ont commis », suggère le rapport.

« Ainsi compris, ils transmettent ‘l’enseignement du mépris’ que l’Église d’Angleterre rejette aujourd’hui », prévient-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...