Rechercher

L’Egypte a rouvert pour 72h le passage de Rafah vers la bande de Gaza

Le poste-frontière a été rouvert dans un seul sens pour permettre aux Gazaouis bloqués en Egypte de rentrer chez eux

Un Palestinien tend son passeport de l'Autorité palestinienne au poste-frontière de Rafah, le 12 juin 2015. Illustration. (Crédit : Aaed Tayeh/Flash90)
Un Palestinien tend son passeport de l'Autorité palestinienne au poste-frontière de Rafah, le 12 juin 2015. Illustration. (Crédit : Aaed Tayeh/Flash90)

Les autorités égyptiennes ont rouvert samedi pour trois jours le point de passage de Rafah pour permettre à des centaines de Palestiniens bloqués en Egypte de rentrer chez eux, dans la bande de Gaza, ont annoncé des responsables palestiniens.

Pour les responsables des frontières dans la bande de Gaza, cette réouverture, présentée comme un « geste humanitaire », est destinée à laisser passer les Gazaouis qui étaient bloqués du côté égyptien de la frontière.

« Les autorités égyptiennes ont rouvert le point de passage de Rafah de samedi à lundi dans un seul sens pour permettre aux personnes bloquées côté égyptien de regagner la bande de Gaza », a indiqué dans un communiqué l’Autorité des frontières, dépendante du mouvement terroriste du Hamas qui contrôle l’enclave palestinienne.

Rafah est le seul point de passage reliant le territoire palestinien au reste du monde qui ne soit pas contrôlé par Israël.

Des Palestiniens se rassemblent à la frontière de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où ils attendent l'autorisation d'entrer en Egypte, le 12 juin 2015. (Crédit : AAED Tayeh/Flash90)
Des Palestiniens se rassemblent à la frontière de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où ils attendent l’autorisation d’entrer en Egypte, le 12 juin 2015. (Crédit : AAED Tayeh/Flash90)

La majorité des Palestiniens qui transitent par Rafah sont des étudiants se rendant dans des universités en Egypte ou ailleurs, ou des personnes qui ont besoin de soins médicaux.

L’Autorité des frontières a affirmé samedi que « plus de 20 000 Palestiniens enregistrés comme cas humanitaires » et ayant besoin de soin à l’étranger, étaient bloqués dans la bande de Gaza.

Les liens entre Le Caire et le Hamas ont connu une nette détérioration après la destitution par l’armée égyptienne en juillet 2013 du président Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans, une confrérie islamiste dont est issu le groupe terroriste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...