L’Egypte aurait exigé du Hamas qu’il cesse ses attaques incendiaires
Rechercher

L’Egypte aurait exigé du Hamas qu’il cesse ses attaques incendiaires

Le groupe terroriste aurait déclaré au Caire qu'il ne pouvait pas faire cesser les attaques mais qu'il œuvrait à leur réduction

Des Palestiniens masqués préparent des ballons équipés de produits inflammables à envoyer en Israël depuis la bande de Gaza à al-Bureij, au centre de l'enclave, le 14 juin 2018 (Crédit :  / AFP PHOTO / MAHMUD HAMS
Des Palestiniens masqués préparent des ballons équipés de produits inflammables à envoyer en Israël depuis la bande de Gaza à al-Bureij, au centre de l'enclave, le 14 juin 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / MAHMUD HAMS

L’Egypte aurait déclaré au Hamas qu’il devait tout faire pour mettre fin au lancement d’engins incendiaires depuis Gaza vers Israël, et ce dans les jours à venir.

Selon Ynet, Le Caire aurait adressé un message au groupe terroriste palestinien pour l’avertir qu’il avait quelques jours pour faire stopper les cerfs-volants, ballons et autres objets lestés de combustibles qui sont lancés par-dessus la barrière de sécurité.

L’article ne parle pas du moment où ce message a été adressé et aucune confirmation sur son contenu n’a été faite.

Le Hamas a expliqué à l’Egypte qu’il n’est pas en mesure de mettre fin aux attaques mais qu’il œuvre pour réduire leur nombre, selon l’article.

« Le Hamas ne peut pas arrêter les ballons d’un coup, parce que cela portera atteinte à son statut vis-à-vis des résidents de la bande de Gaza, et de ceux qui le soutiennent en général, parce que ce serait une capitulation, donc il faut le faire progressivement », a déclaré une source à Gaza à Ynet.

Les cerfs-volants et les ballons, dont certains sont flanqués d’explosifs, ont ravagé les communautés du sud d’Israël aux abords de la bande de Gaza. Les incendies engendrés ont calciné plus de 2 800 hectares de terres et causé des dégâts estimés à plusieurs millions de shekels.

Des pompiers israéliens combattent un incendie dans un champ dans le sud d’Israël causé par des cerfs-volants incendiaires pilotés par des Palestiniens depuis la bande de Gaza le 5 juin 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le gouvernement et l’armée sont soumis à une intense pression, qui les pousse à intensifier leur riposte aux attaques incendiaires. Pour le moment, des coups de semonce sont tirés en direction des cellules de lanceurs.

L’article de Ynet survient quelques heures après qu’Israël a annoncé de nouvelles restrictions au niveau de Kerem Shalom, le point de passage où transitent les biens commerciaux avant d’être acheminés vers la bande de Gaza.

Parallèlement, les administrateurs du point de passage de Rafah, qui relie l’enclave à l’Egypte, ont annoncé mardi la fermeture du poste-frontière dans les deux sens – sans fournir de détails.

Le bureau du ministre de la Défense Avigdor Liberman a fait savoir que les restrictions ont été renforcées face « aux tentatives terroristes continues » du Hamas, qui autorise, encourage et participe au lancement de dispositifs aériens incendiaires et explosifs vers Israël.

Les incendies se sont poursuivis lundi. Sept incendies ont été signalés dans la région d’Eshkol.

Le groupe terroriste du Hamas a mis en garde Israël contre les « conséquences dangereuses » de ces nouvelles restrictions.

« La fermeture du point de passage de Kerem Shalom par l’occupation (Israël) et la privation des choses les plus rudimentaires est un crime contre l’humanité, qui s’ajoute à la liste des crimes commis contre le peuple palestinien et notamment contre ceux qui vivent dans la bande de Gaza », a déclaré Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas, dans un communiqué publié sur le site officiel du groupe terroriste.

« Ces mesures vengeresses reflètent le degré de l’oppression et de la laideur du crime auquel Gaza est confronté, et aura de dangereuses conséquences, et l’occupation en sera tenue pour responsable », a déclaré le groupe.

Des camions chargés pénètrent dans la bande de Gaza depuis Israël par le passage de Kerem Shalom, ans le sud de Gaza. le 9 jullet 2018, d(Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)

Ces nouvelles restrictions surviennent après un week-end tendu entre Israël et le groupe terroriste du Hamas. Près de 200 roquettes et obus de mortiers ont été tirés en direction d’Israël et l’armée israélienne a mené plusieurs frappes sur l’enclave palestinienne.

Samedi soir, un cessez-le-feu a été négocié par l’Egypte et par d’autres instances internationales, bien qu’Israël n’ait pas été directement impliqué dans les pourparlers. La violence a diminué mais les tensions ont persisté et les attaques transfrontalières se sont poursuivies.

Le Hamas estime que les cerfs-volants et les ballons incendiaires ne sont pas illégitimes et n’enfreignent pas l’accord de cessez-le-feu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...