L’Egypte exécute huit détenus pour des attentats anti-coptes
Rechercher

L’Egypte exécute huit détenus pour des attentats anti-coptes

88 personnes avaient été tuées dans une série d'attentats revendiqués par le groupe Etat islamique contre des églises coptes en 2016 et 2017

Une vue générale montre des personnes rassemblées à l'extérieur de l'église copte Mar Girgis dans le delta du Nil, dans la ville de Tanta, au nord du Caire, après l'explosion d'une bombe lors du rassemblement des fidèles le dimanche 9 avril 2017. (Crédit : Photo AFP / Khaled Desouki)
Une vue générale montre des personnes rassemblées à l'extérieur de l'église copte Mar Girgis dans le delta du Nil, dans la ville de Tanta, au nord du Caire, après l'explosion d'une bombe lors du rassemblement des fidèles le dimanche 9 avril 2017. (Crédit : Photo AFP / Khaled Desouki)

Huit hommes ont été exécutés en Egypte pour leur rôle dans des attentats meurtriers revendiqués par le groupe Etat islamique contre des églises coptes en 2016 et 2017, a-t-on appris mardi de sources judiciaire et médicale.

Ces hommes, exécutés lundi, faisaient partie d’un groupe de 17 personnes condamnées à mort en octobre 2015 pour des attentats dans des églises au Caire en 2016, à Tanta et Alexandrie en 2017, ainsi que contre un poste de contrôle de la police dans le sud-ouest de l’Egypte, a indiqué à l’AFP la source judiciaire.

Les neuf autres accusés avaient été condamnés à mort par contumace, tandis que 19 autres personnes avaient écopé de peines de prison à perpétuité.

Au total, 88 personnes avaient été tuées dans cette série d’attentats.

Les forces de sécurité égyptiennes déployées sur le site d’une explosion à la cathédrale orthodoxe copte Saint-Marc, dans le quartier Abbasiya du Caire, le 11 décembre 2016. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

Les coptes, minorité chrétienne d’Egypte qui représente 10 à 15 % des 100 millions d’habitants du pays, font régulièrement l’objet de persécutions. Les forces de l’ordre sont également la cible de nombreux attentats ces dernières années.

Le 11 décembre 2016, un attentat suicide contre l’église copte Saint-Pierre et Saint-Paul au Caire avait fait 29 morts.

Le 9 avril 2017, en pleine célébration du dimanche des Rameaux, des kamikazes de l’EI avaient pris pour cible deux églises du nord de l’Egypte, à Tanta et à Alexandrie, faisant 45 morts.

Depuis fin 2016, les attentats de l’EI ont tué plus d’une centaine de chrétiens.

Les cercueils des chrétiens coptes tués dans une attaque par l’Etat islamique à Minya en Egypte, le 3 novembre 2018. (Crédit : AP/Amr Nabil, File)

Le président Abdel Fattah al-Sissi avait alors instauré l’état d’urgence, prolongé depuis à plusieurs reprises.

Depuis la destitution par l’armée du président islamiste Mohamed Morsi en 2013, les autorités affrontent plusieurs groupes extrémistes, notamment dans le nord du Sinaï (est), théâtre d’une insurrection de l’EI.

L’organisation de défense des droit humains Amnesty International, qui combat la peine de mort, a qualifié ces dernières exécutions de « punition cruelle ».

« Une exécution de masse ne constitue pas une façon de rendre justice. Ces hommes ont été exécutés à la suite d’un procès militaire injuste », selon Amnesty.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...