Lehava proteste contre l’honneur fait à une journaliste arabe
Rechercher

Lehava proteste contre l’honneur fait à une journaliste arabe

Pour le groupe anti-assimilation, Lucy Aharish, "qui n'est pas sioniste", ne devrait pas allumer une des flammes lors de la cérémonie de Yom HaAtsmaout

Le président de Lehava, Benzi Gopstein, amené à la cour de Jérusalem, le 16 décembre 2014. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash90)
Le président de Lehava, Benzi Gopstein, amené à la cour de Jérusalem, le 16 décembre 2014. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash90)

L’organisation anti-assimilation Lehava manifestera mercredi soir en marge de la cérémonie annuelle du Yom HaAtsmaout au mont Herzl, où la présentatrice de télévision israélo-arabe Lucy Aharish devrait allumer une flamme.

Le chef de Lehava, Bentzi Gopstein, a déposé lundi une demande auprès de la police pour organiser le rassemblement, déclarant qu’Aharish n’était « pas sioniste » et était donc inapte à jouer un rôle prépondérant dans la cérémonie annuelle. Selon le site de nouvelles Ynet, la police a autorisé la manifestation mais a exigé qu’elle ait lieu dans une zone située à l’écart de la cérémonie.

« Il est regrettable qu’ [Aharish] ait été choisie pour allumer une torche pour Yom HaAtsmaout, a déclaré Gopstein. Si un représentant du secteur arabe qui accepte que la terre d’Israël soit la terre du peuple juif avait été choisi, j’aurais compris. »

Le militant d’extrême droite a ajouté qu’ « avec une femme dont le drapeau n’est pas l’étoile de David, dont l’armée israélienne n’est pas son armée et dont l’âme n’aspire pas à l’espoir de deux mille ans, il manque un point énorme dans l’allumage d’une flamme et dans la communication d’un message, précisément le Jour de l’Indépendance ».

Aharish a été la première présentatrice arabe d’Israël à la télévision en prime-time. La vedette, âgée de 33 ans, a été décrite par le Comité ministériel des symboles et des cérémonies dirigées par l’ancienne ministre de la Culture Limor Livnat comme une « journaliste musulmane d’avant-garde, qui apporte un discours de tolérance et d’ouverture interconfessionnelle dans le débat public d’Israël », dans le communiqué expliquant la décision d’accorder à Aharish le rôle d’allumage d’une des flammes lors de la cérémonie.

« Nous vivons dans une démocratie, et la police décidera d’autoriser ou non la manifestation », a déclaré lundi Aharish suite à la publication de la demande de Gopstein. « Je me rends à présent aux dernières répétitions pour la cérémonie, et je n’ai pas envie de commenter cette histoire. »

L’organisation Lehava est un groupe nationaliste principalement actif à Jérusalem où il distribue de la littérature contre l’assimilation aux passants sur la rue Ben Yehuda, dans des bars et des restaurants du centre-ville très fréquenté. Goptein a été arrêté en novembre avec neuf autres membres de l’organisation pour son implication dans l’incendie d’une école israélo-arabe de Jérusalem.

Selon ceraines sources, le ministre de la Défense Moshe Yaalon aurait envisagé en janvier de classer le groupe comme organisation terroriste et de l’interdire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...