« Leopoldstadt » de Stoppard, acte de révélation déchirant d’un maître dramaturge
Rechercher

« Leopoldstadt » de Stoppard, acte de révélation déchirant d’un maître dramaturge

A 82 ans, l'écrivain salué comme le plus grand dramaturge britannique vivant a enfin abordé son sujet le plus personnel - sa propre famille, et sa mort durant la Shoah

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Luke Thallon (à gauche, dans le rôle de Leo) et Sebastian Armesto (Nathan) dans Leopoldstadt de Tom Stoppard. (Marc Brenner)
Luke Thallon (à gauche, dans le rôle de Leo) et Sebastian Armesto (Nathan) dans Leopoldstadt de Tom Stoppard. (Marc Brenner)

Après une carrière qui remonte au début des années 1960, ce n’est que maintenant que Sir Tom Stoppard a enfin écrit une pièce qui se rapporte à sa judéité. « Leopoldstadt », qui a été présentée au début de ce mois au Wyndham’s Theatre de Londres, est dévastatrice. Elle est fascinante. Elle rend également service à la communauté juive anglaise, car elle offre un aperçu remarquable des origines, des motivations, des loyautés et des qualités d’au moins une partie de cette petite communauté dynamique.

La pièce est à la fois de la fiction et semi-autobiographique, comme l’a expliqué Stoppard dans une interview accordée le mois dernier au Jewish Chronicle : « C’est tellement loin d’être l’histoire que j’ai vécue. Cela a beaucoup à voir avec le fait d’être juif, de savoir qu’on est juif, de reconnaître qu’on est juif, d’agir comme si on était juif… ou pas. Et c’est dans ce domaine que j’ai eu l’impression de regarder vers l’intérieur plutôt que vers l’extérieur ».

En tant que tel, il explore une histoire familiale que Stoppard lui-même n’a commencé à apprendre pleinement que dans les années 1990, auprès de cousins. Dans un article inclus dans le programme, Stoppard commence par montrer une photo de sa propre mère, âgée de 3 ans, et d’autres membres de sa famille, et explique qu’elle est d’origine tchèque, contrairement à la famille autrichienne Merz dont il raconte l’histoire fictive dans « Leopoldstadt ».

Mais, poursuit-il, « la photographie est celle que nous avons vue d’innombrables fois – le groupe familial qui n’a jamais réussi à se réunir pendant la Shoah ».

De gauche à droite : Ed Stoppard (Ludwig), Alexis Zegerman (Eva), Faye Castelow (Grtl) et Adrian Scarborough (Hermann) dans la pièce Leopoldstadt de Tom Stoppard. (Marc Brenner)

« Leopoldstadt » commence avec plus de deux dizaines d’acteurs sur scène ; un peu plus de deux heures et demi plus tard, nous apprendrons que la plupart d’entre eux ont péri aux mains des nazis. Le vrai Tommy Straussler, le garçon qui est né en Moravie, en Tchécoslovaquie, en 1937, et qui a grandi pour être salué comme le plus grand dramaturge britannique vivant, il s’avère qu’il a perdu ses quatre grands-parents dans les camps de la mort nazis.

Le dramaturge britannique Tom Stoppard. (AP Photo/Sang Tan, File)

La mère de Stoppard ne lui en a jamais parlé. Elle a écrit ses mémoires en 1981, dans lesquelles le mot « Juif » n’apparaît pas. La chose que j’ai encore besoin de m’expliquer, et encore moins à quelqu’un d’autre, c’est que je ne suis pas allé voir [ma mère] pour lui dire : « Qu’est-ce que tout cela signifie alors ? Je sentais qu’elle aurait l’impression que je la réprimandais », a-t-il déclaré à The Observer au début de ce mois.

« Elle avait ses propres raisons pour ne pas en parler. Nous n’en avons donc jamais parlé de manière complète ou approfondie, ce que je regrette aujourd’hui ».

Si c’est le cas, cette pièce magistrale est aussi un acte de révélation et de contrition.

La troupe de Leopldstadt. (Marc Brenner)

La pièce de Stoppard fourmille de vie juive viennoise animée, marquée par des drames familiaux mineurs et des débats intellectuels majeurs – y compris, bien sûr, la pertinence ou non de l’assimilation, et l’attrait ou non pour le sionisme.

Nous assistons au déroulement des fêtes et des rituels, des amours et des convoitises, avec une redoutable prescience, alors que l’ère nazie approche pour briser le contentement involontaire de la famille Merz.

La troupe de Leopldstadt. (Marc Brenner)

Le soir où je suis allé la voir, la salle comble des spectateurs londoniens était si silencieuse que le tic-tac de l’horloge au fond des gradins était la seule perturbation ; cela et les petits bruits de pleurs alors que la représentation approchait de son apogée.

Stoppard ne peut pas et n’essaie pas de nous emmener dans les camps ; sa scène la plus puissante est celle de l’après-guerre dans laquelle son propre personnage fictif, le jeune Viennois Leo Rosenbaum qui devient le très anglais Leonard Chamberlain, s’effondre sous le poids de la mémoire refoulée qui ressurgit.

Luke Thallon (à gauche, dans le rôle de Leo) et Sebastian Armesto (Nathan) dans Leopoldstadt de Tom Stoppard. (Marc Brenner)

Le dramaturge se permet de démolir ce bouffon pompeux et joyeux qui a travaillé si dur pour oublier et nier son passé ; c’est comme si Stoppard se confessait et se reprochait son propre échec apparent à cet égard. « J’ai bien réussi en tant qu’Anglais honoraire », écrit-il dans le récit de ses propres années de jeunesse.

J’ai vu des parallèles et des similitudes, inévitablement, entre certains aspects de l’histoire familiale semi-fictionnelle de Stoppard et la mienne, puisque la famille de mon père était des juifs allemands relativement aisés (bien que beaucoup plus orthodoxes) ; mon grand-père a combattu pour l’Allemagne pendant la Première Guerre mondiale ; ils ont résisté à tout attrait de la Palestine ; ils ont pu trouver la sécurité et reconstruire leur vie au Royaume-Uni.

Mais, bien sûr, ce n’est pas un conte universel. La famille du père de ma femme, en revanche, était composée de juifs polonais démunis dont toute l’énergie était consacrée à la survie pure et simple, qui ne se faisaient aucune illusion sur leur appartenance à un quelconque régime, et qui ont presque tous été tués dans la Shoah.

Voilà tout ce qui est universel à propos de l’ère nazie – l’omniprésence du génocide ; les miracles individuels de la survie.

L’arrivée des nazis. Une scène de Leopoldstadt de Tom Stoppard. (Marc Brenner)

Mais dans une pièce à la fois déchirante et résolument non mélodramatique, « Leopoldstadt » de Stoppard ouvre les yeux d’une nouvelle génération de Britanniques sur une saga retentissante de tragédie et de semi-résurrection – la sienne. Il se pourrait bien que ce soit sa dernière pièce, a-t-il également déclaré, un rideau final sur mesure.

De sa mère, écrit-il dans la pièce, « le fait d’être juif ne faisait pas partie de sa vie jusqu’à ce que cela la perturbe, puis cela l’a mise sur un chemin de déracinement, de chaos, de deuil et – finalement – de refuge dans un pays étranger, l’Angleterre, reconnaissant au moins que ses garçons étaient maintenant en sécurité.

A 82 ans, son fils Tommy a enfin abordé son sujet le plus personnel. Ce n’est peut-être que maintenant qu’il a senti qu’il pouvait le faire avec une justesse tellement émouvante.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...