L’équipe qui a permis de détruire les tunnels du Hezbollah est mise à l’honneur
Rechercher

L’équipe qui a permis de détruire les tunnels du Hezbollah est mise à l’honneur

Tsahal a déclaré que l'opération a "retiré des mains du Hezbollah un élément important dans sa stratégie d'attaque"

Le général Rafi Milo, commandant de la 91ème division de Galilée (à droite), remet une récompense au major Y du corps d'ingénierie pour son action dans l'opération Bouclier du nord. (Crédit : Tsahal)
Le général Rafi Milo, commandant de la 91ème division de Galilée (à droite), remet une récompense au major Y du corps d'ingénierie pour son action dans l'opération Bouclier du nord. (Crédit : Tsahal)

Le Commandement du nord de l’armée israélienne a remis des citations d’honneur à l’unité qui a découvert et détruit les tunnels d’attaque du Hezbollah qui pénétraient dans le territoire israélien, a déclaré l’armée israélienne.

Mardi, dans une cérémonie visant à marquer la fin de l’opération Bouclier du nord, des citations militaires ont été attribuées à un officier du grade de major, qui n’a pu être identifié que par l’initial de son prénom, et à l’unité Yahalom du Corps d’Ingénierie, qui a détecté et détruit les tunnels. L’armée a déclaré qu’il a fallu quatre années pour préparer et mener à bien l’opération.

« L’opération a retiré des mains du Hezbollah un élément important de son plan d’attaque, et a aidé à renforcer la sécurité d’Israël à sa frontière nord. De nombreuses forces distinctes ont joué un rôle dans l’opération, et la coopération entre ces unités a contribué à remplir la mission avec efficacité, force et détermination », a précisé le communiqué de l’armée israélienne.

Lors de l’opération, des soldats israéliens ont travaillé à seulement quelques mètres de terroristes du Hezbollah de l’autre côté de la frontière, au Liban. Israël a lancé l’opération le 4 décembre dernier, et l’a achevée le 13 janvier, après avoir découvert et détruit six passages.

Lundi, Gadi Eizenkot, l’ancien chef de l’armée qui a récemment pris sa retraite, a expliqué qu’Israël a failli entrer dans un conflit total avec le Hezbollah pendant son mandat et que les tensions avec le groupe terroriste libanais soutenu par l’Iran ont presque conduit à un conflit à plusieurs occasions.

Israël a combattu une guerre avec le Hezbollah pour la dernière fois en 2006, mais les tensions le long de la frontière sont restées fortes et des avions israéliens ont mené des frappes en Syrie pour empêcher les transferts d’armes vers le groupe terroriste.

Le Hezbollah a nié que la destruction de ses tunnels par Israël avait porté un coup majeur aux opérations du groupe.

« La découverte des tunnels n’a pas affecté 10 % de nos plans visant à reprendre la Galilée. Si nous décidons de le faire – même s’ils ont détruit les tunnels – ne pouvons-nous pas les reconstruire ? » a déclaré le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah en janvier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...