Les actes antisémites en baisse de 27 % en Ukraine en 2019
Rechercher

Les actes antisémites en baisse de 27 % en Ukraine en 2019

Cette évolution est notamment attribuée à l'élection de Volodymyr Zelensky, un acteur juif, à la tête du pays, en mai dernier

Un monument dédié à l'écrivain et humoriste yiddish Sholem Alicheim dans la capitale ukrainienne de Kiev a été vandalisé avec des croix gammées le 25 novembre 2019. (Twitter)
Un monument dédié à l'écrivain et humoriste yiddish Sholem Alicheim dans la capitale ukrainienne de Kiev a été vandalisé avec des croix gammées le 25 novembre 2019. (Twitter)

JTA — Une organisation juive d’Ukraine affirme que le nombre d’incidents antisémites enregistrés dans le pays l’année dernière avait diminué de 27 % par rapport à 2018.

Dans un rapport publié lundi, la Communauté juive unie d’Ukraine, l’un des différents groupes représentant les Juifs ukrainiens, a recensé 66 incidents antisémites en 2019, contre 90 l’année précédente.

Cette évolution est notamment attribuée à l’élection en mai de Volodymyr Zelensky, un acteur juif, à la tête du pays.

Le groupe juif qui a publié le rapport est dirigé par Igor Kolomoisky, un milliardaire juif nationaliste qui possède la chaîne de télévision où Zelensky travaillait.

L’Ukraine ne dispose pas de groupe de veille gouvernemental qui recense les incidents racistes et publie des rapports globaux.

Les organisations de la communauté juive d’Ukraine indisciplinée sont souvent en désaccord sur ces questions.

Une effigie d’Igor Kolomoisky à l’entrée de la synagogue Brodsky à Kiev en Ukraine, le 14 octobre 2019. (Crédit d’Eduard Dolinsky via JTA)

En 2018, le ministère des Affaires de la Diaspora d’Israël rapportait qu’en 2017, le pays d’Europe de l’Est avait enregistré plus de 130 incidents antisémites – soit plus que l’ensemble des cas recensés cette année-là pour l’intégralité de l’ex-Union soviétique.

Certains groupes, dont l’association Vaad des organisations et communautés juives, ont contesté ces chiffres, alors que d’autres, dont la Commission juive ukrainienne, ont estimé qu’ils semblaient fiables.

Le rapport de lundi fait état d’une agression physique sur une personne – un militant pour la liberté de parole que ses agresseurs ont passé à tabac en décembre à Kiev tout en le traitant de Juif.

Les autres cas comprennent des menaces et des actes de vandalisme antisémites sur des cimetières juifs et des monuments de la Shoah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...