Les aînées juives indiennes renouvellent la tradition musicale de Pourim
Rechercher

Les aînées juives indiennes renouvellent la tradition musicale de Pourim

Le coronavirus empêche la fête de la synagogue à Mumbai, mais les membres de la plus grande communauté juive d'Inde Bene Israel transmettent leur art d'inspiration hindoue

Des femmes de Bene Israel exécutent des kirtans au programme de l'AJDC à Mumbai, 2016. (Surabhi Sharma)
Des femmes de Bene Israel exécutent des kirtans au programme de l'AJDC à Mumbai, 2016. (Surabhi Sharma)

Cette année, la COVID-19 fait concurrence à Haman comme « méchant » pour la fête juive de Pourim pour les « kirtankars » Bene Israel de l’Inde. Les kirtankars, un groupe de femmes âgées de la communauté juive de Mumbai qui chantent les kirtans, des chants religieux traditionnels, avaient prévu de chanter pour la fête un kirtan sur la reine Esther, à la synagogue. Mais les lieux de culte étant pour la plupart fermés en raison de la pandémie, le spectacle des femmes a été annulé.

Les kirtans sont une tradition d’histoires chantées inspirée de la musique religieuse hindoue. Celles que chantent les Bene Israël sont en marathi, la langue locale, et incluent des mots en hébreu. Ils célèbrent de grandes figures de la Bible hébraïque, comme Joseph, Moïse, David et Élie. Celui que les femmes espéraient interpréter cette semaine s’appelle « Esther Ranichi Katha » ou l’histoire de la reine Esther qui a sauvé les Juifs.

« Il y a eu un pic dans le nombre de cas de Covid, donc les pratiques religieuses ont été limitées. Nous aurons probablement cinq à dix personnes — pas même un minyan [NdT : le quorum de dix hommes nécessaire à la récitation de certains passages de la prière et à la lecture de la Torah] — à la synagogue. Et c’est dangereux pour ces femmes, qui ont pour la plupart entre 70 et 80 ans, de quitter leur domicile pour voyager », a déclaré Elijah Jacob, l’ancien directeur du Joint Distribution Committee en Inde.

« C’est dommage parce qu’elles étaient tellement enthousiastes de faire leur récital », a-t-il déclaré à propos des kirtankars, ou chanteuses de kirtan.

Jacob s’est démené ces dernières années pour travailler avec les femmes afin de préserver et d’exécuter les kirtans de la communauté Bene Israel, populaires des années 1880 aux années 1940. L’intérêt local pour ces kirtans a considérablement diminué après que la majorité des Juifs de Bene Israël a émigré en Israël ou dans les pays du Commonwealth après les indépendances d’Israël et de l’Inde.

« La dernière fois que je me souviens d’avoir entendu un kirtan joué, c’était à l’école Elly Kadoorie ici à Mumbai au milieu des années 1990 », a déclaré Jacob.

Les Bene Israël, la plus grande communauté juive indienne, aurait été fondée à la suite du naufrage d’un bateau de Juifs du Royaume d’Israël au large des côtes indiennes de Konkan, vers 175 avant l’ère commune. Ces Juifs vivaient au sein de la communauté hindoue locale, et comme tout était perdu pour eux, ils n’avaient pas de textes de la Torah et du Talmud pour guider leur vie. Ils n’avaient pas de rabbins, et ne se souvenaient pas de toutes les fêtes.

« La plupart des traditions ont été transmises oralement après le naufrage. Les Bene Israël ont pratiqué les bases du judaïsme, comme le fait de ne pas travailler le jour du Shabbat, la circoncision, les lois de casheroute et la récitation de la prière de Shema », a déclaré Jacob.

Selon le Dr Shalva Weil, anthropologue de l’Université hébraïque et spécialiste du judaïsme indien, les premiers témoignages de la communauté des Bene Israel remontent à la fin du 18e et au début du 19e siècle, lorsque cette communauté – comme beaucoup d’autres – a émigré à Bombay (comme Mumbai était autrefois appelée) sous la domination britannique.

« La première synagogue de Bombay, appelée la synagogue de la Porte de la Miséricorde, a été établie en 1796 », a expliqué Weil au Times of Israel.

Shalva Weil, anthropologue à l’université hébraïque de Jérusalem. (Autorisation)

Selon un récent article publié dans The Times of India, Samuel Mazgaonkar David Haeem Divekar, Benjamin Ashtamkar, Isaac Abraham Talegaonkar et plusieurs autres membres de la communauté de Bene Israel ont commencé à écrire et à interpréter des kirtans dans les années 1880.

D’abord désapprouvés par certains, ces kirtans sont devenus un succès lors des célébrations locales comme les mariages, les cérémonies de circoncision et les pendaisons de crémaillère. En quelques années, un répertoire de 42 kirtans a été créé. L’exposition du Bene Israel à la fin du 19e siècle à la Bible écrite par des missionnaires chrétiens écossais et américains a stimulé la composition et l’interprétation des kirtans en mettant l’accent sur les héros de la Bible hébraïque.

Certains kirtans ont été publiés dans des livres publiés, tandis que d’autres ont été consignés dans des carnets de notes.

Les kirtans de Bene Israel sont sans conteste inspirés des traditions musicales hindoues, et sont souvent accompagnés d’instruments de musique indiens. Cependant, ils sont également inspirés des airs liturgiques séfarades, appelés zemirot.

Ces mélodies sépharades ont été introduites chez les Bene Israel par des dirigeants juifs cochinchinois venus du sud de l’Inde à Bombay pour aider à établir la communauté et à l’aligner sur le judaïsme conventionnel à partir de la fin du 18e siècle. Les Juifs séfarades sont arrivés en Cochin après leur expulsion de la péninsule ibérique à la fin du 15e siècle.

https://www.facebook.com/100045863439716/videos/181099143428866/

« Les airs des kirtans permettent aux gens de les suivre et de chanter avec eux, car ils les connaissent bien », a déclaré Jacob.

Si la plupart des kirtans sont tombés en désuétude à Mumbai, ils ont été maintenus en vie au sein de la communauté Bene Israel en Israël.

« Lorsque j’ai effectué des travaux de terrain chez des Bene Israel à Lod il y a de nombreuses années, nous avions des soirées kirtan », s’est souvenu Weil.

« Ils étaient dirigés par une femme nommée Flora Samuel, qui était l’ancienne directrice de l’école Sir Elly Kadoorie. Elle a même publié un article dans un journal sur les kirtans », a-t-elle déclaré.

L’ancien directeur de l’AJDC Elijah Jacob (à droite) avec des artistes de kirtan lors de la conférence sur le patrimoine juif indien à Delhi, 2017. (Crédit : Elijah Jacob)

Alors que les kirtans – qui intègrent une narration et un style proche du spectacle – ont été produits et interprétés par des hommes à leurs débuts, ils sont devenus le domaine des femmes depuis le 20e siècle. Par conséquent, ce sont les femmes les plus âgées de la communauté Bene Israel de Mumbai vers lesquelles Jacob s’est tourné pour faire revivre cette forme d’art éducatif.

En 2015, l’ethnomusicologue américaine Anna Schultz a entendu la conférence de Weil sur les kirtans juifs lors d’une conférence à l’université de Stanford. Schultz s’est ensuite rendue en Inde pour faire des recherches sur la traduction culturelle des chants de dévotion du contexte hindou vers le contexte juif. Elle a présenté à Jacob un kirtankar hindou qui avait composé un kirtan comparant le Noé biblique à Manu, le premier homme selon la tradition hindoue.

Recueil de kirtans Bene Israel, publié en 2016 (Crédit : Elijah Jacob)

C’est ce qui a incité Jacob à prendre contact avec les femmes du groupe Orot HaTorah de la communauté juive locale pour travailler avec lui à la collecte et à l’enregistrement des kirtans (par écrit et en format audio) dont elles se souvenaient de leur jeunesse. Heureusement, un membre du conseil d’administration du JDC avait également une réserve d’une vingtaine de kirtans écrits par son arrière-grand-père, qu’il a heureusement remis au projet. Jacob a également demandé aux femmes d’écrire leurs propres kirtans.

Un recueil de kirtans a été imprimé en 2016. Il est en marathi, et donc accessible uniquement aux locuteurs et aux lecteurs de la langue. Jacob a déclaré qu’il espérait collecter des fonds pour traduire les kirtans en anglais et en produire une deuxième édition.

Jusqu’à présent, les kirtankars de Bene Israel se sont produits deux fois à Mumbai et une fois à Delhi – toujours devant des salles combles.

Lors d’un entretien avec le Times of Israël par Zoom, les kirtankars Ruby Moses (Rivka Moshe), Diana Korlekar et les sœurs Shoshanna et Hannah Kolet ont déclaré qu’elles aimeraient être invitées à se produire en Israël.

Compte tenu de l’intérêt de la jeune génération d’Israéliens indiens pour leur héritage, exprimé dans les groupes sur les réseaux sociaux, il semble que les femmes seraient bien accueillies.

Les kirtans font vivre l’identité juive

Moïse, 68 ans, a déclaré qu’elle n’avait pas peur que la tradition du kirtan ne soit pas transmise, même en Inde où il ne reste qu’un millier de Juifs âgés de 13 à 30 ans à Mumbai, selon Jacob.

« Il s’agit de ce que nos grands dirigeants ont fait pour nous. Les kirtans maintiennent l’identité juive en vie », a-t-elle déclaré.

Contrairement à Moïse, qui ne connaissait pas les kirtans lorsqu’il était jeune, Shoshanna Kolet, 75 ans, se souvient que son oncle lui avait enseigné un kirtan sur Moïse.

« C’est notre culture traditionnelle. Nous la transmettons aux nouvelles générations. C’est pour cela que nous écrivons des kirtans », a-t-elle déclaré.

Korlekar, 76 ans, n’allait pas laisser la pandémie de coronavirus l’empêcher complètement d’exécuter le kirtan de la reine Esther. Avant de quitter l’interview par vidéoconférence, elle a sorti les paroles et a commencé à chanter un morceau de la chanson. Moïse l’a accompagnée sur un tambourin et les sœurs Kolet l’ont rejointe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...